Un bref guide de la culture du cannabis en guérilla

Publié le :
Catégories : BlogCannabisCulture du Cannabis

Un bref guide de la culture du cannabis en guérilla

Avec le printemps qui pointe son nez, vous envisagez peut-être de planter quelques pépites vertes en extérieur cette année ; mais qu'en est-il de vos voisins curieux et du bras armé de la loi ? Eh bien, jetez un œil sur la culture en guérilla.

Si vous avez déjà lu notre article sur les coûts de la culture du cannabis en intérieur, vous êtes probablement resté sans voix quand vous avez réalisé l'impact de cette culture sur Mère Nature, en raison des dépenses énergétiques élevées et des émissions de CO2 en rapport. Le meilleur moyen d'éviter d'endommager l'environnement est bien sûr de laisser Mère Nature prendre elle-même soin de vos cultures. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire, car la culture du cannabis est toujours illégale dans la plupart des pays. Même si nous n'encourageons pas les activités illégales, nous nous opposons à l'interdiction totale de cette plante merveilleuse et nous pensons que les patients qui n'ont aucun moyen légal ou fiable de se procurer leur remède naturel pourraient ressentir le besoin de prendre les choses en mains et de cultiver leur propre remède. C'est là où la culture en guérilla entre en jeu.

Qu'est-ce que la culture en guérilla et quels sont ses avantages ?

A moins d'avoir une autorisation pour cultiver du cannabis, ou une zone isolée sur sa propriété, la seule option restante est de cultiver en guérilla. La culture en guérilla est le terme utilisé pour décrire une culture secrète et cachée dans la nature. La culture en guérilla a des avantages évidents ; le premier et plus important est que si quelqu'un tombe sur vos opérations horticoles secrètes, votre nom n'est pas écrit sur les plants, donc la probabilité de poursuites judiciaires est bien plus faible. Un autre avantage de poids est l'absence d'équipement électrique obligatoire : il vous faut toujours quelques équipements pour votre opération secrète dans la nature, mais rien d'aussi cher que des ballasts, filtres, lampes et systèmes de ventilation etc. La culture en guérilla a aussi des inconvénients. Il faut penser à protéger les semis, le site doit être préparé (au moins le sol) et il est bien plus difficile d'apporter aux plantes ne serait-ce que la moitié des soins que vous aimeriez leur donner.

Cannabis

Choisir le lieu adapté pour vos opérations secrètes

Comme pour la plupart des choses, la préparation est primordiale également pour une culture en guérilla réussie. Tout d'abord, vous devez trouver le(s) lieu(x) adapté(s) pour vos précieuses filles vertes, et vous devez les choisir intelligemment. Pour d'évidentes raisons, vous devriez éviter les chemins fréquentés, les sentiers de randonnée et les endroits publics comme les parcs, ou vous ne verrez probablement pas vos plants arriver à maturité. Un bon endroit pour commencer : à côté de rails de chemin de fer, juste à côté du remblai. Comme toujours, soyez prudent, ne vous approchez pas trop des rails et ne vous faites pas remarquer en entrant sur la propriété. Ronces et orties sont des indices d'un bon sol, et elles ont l'avantage d'éloigner les promeneurs (qui aime ramper dans des buissons piquants?). De plus, elles montrent que la zone est très humide, mais attention à ce qu'elle ne soit pas trop humide. De plus, s'il y a une rivière ou une autre source d'eau naturelle dans les environs, vous pouvez vous épargner la corvée de transporter des quantités suspicieuses d'eau en bouteille à travers la forêt. Envisagez votre endroit depuis tous les points de vue, et même par le haut ; et ne révélez à aucun de vos amis l'endroit ! Encore une chose très importante à garder à l'esprit : NE PLANTEZ PAS SUR LA PROPRIÉTÉ DE QUELQU'UN D'AUTRE !

Préparez vos plantes

Rien n'est gravé dans la roche, mais vous pouvez en général commencer à planter vos belles plantes après le dernier risque de gel. Dans les pays européens et aux USA, cette période commence début/fin mai.
Semer les graines dans la nature n'est pas une bonne idée : premièrement, vous n'avez aucun contrôle sur le climat et même si les semis arrivent à ouvrir leurs premières paires de feuilles, ils restent soumis à de nombreux périls, comme les fourmis, lapins, escargots, etc. Afin de donner un bon départ à vos plantes, il est préférable de faire germer les graines à la maison et de donner aux pousses, dans des petits pots, tout l'amour et les soins dont elles ont besoin pour se développer en des petites plantes en bonne santé de 30cm. Plus les plantes sont en bonne santé, plus les chances d'une culture en extérieur réussie et abondante sont élevées. Mais attention, avant de vous précipiter à votre endroit choisi, donnez aux plantes un certain temps pour qu'elles s'habituent à la vie en extérieur : vous devez les introduire à leur nouvel environnement doucement. Ceci peut être fait dans votre jardin, laissez-les recevoir deux ou trois heures de soleil de plus par jour.

Lâcher les petits monstres verts

Une fois que les plantes sont habituées à l'extérieur et que le gel n'est plus un danger potentiel, il est temps de libérer vos petits monstres verts. Ce que vous devez faire maintenant : couper le fond du pot et attacher un morceau de carton au bas du pot. Emportez les pots dans votre jardin secret et retirez le carton du bas avant de les placer en terre. Si vous voulez respecter un peu plus l'environnement, utilisez des pots en pulpe, ils sont biodégradables.

Préparer vos plantes est un aspect de l'opération, mais la préparation du lieu de culture peut également être crucial. Si vous avez trouvé un lieu isolé, mais que vous doutez de la qualité du sol, vous pouvez toujours l'enrichir en ajoutant du terreau d'empotage professionnel ou des fibres de coco, aussi bien que des additifs organique ou de la perlite et vermiculite pour un sol plus léger qui retient cependant l'humidité pour les jours plu secs. Pour obtenir la meilleure herbe, vous devez utiliser un bon terreau d'empotage avec plusieurs ajouts, sauf si la terre du site est très argileuse, sombre et semble riche. Ne faites pas d'économies pour cette étapes !

Protéger vos plants

Si vous pensez que vos plantes sont en sécurité, vous vous trompez ! Fourmis, limaces, lapins, cerfs et autres animaux sont une menace sérieuse si vous ne prenez pas de mesures de précaution, ou que vous n'utilisez pas de répulsifs. Utilisez des produits antiparasites comme une barrière à limace ou de l'urine ou des excréments de prédateur (furet, chat ou chien) ou une solution légèrement savonneuse pour décourager cerfs et autres animaux ou insectes de se régaler de vos jeunes plantes. De plus, vous pouvez installer du grillage à poule pour faire une barrière. Les plantes en extérieur ont besoin d'une forte tige pour résister aux rafales de vent et aux fortes pluies, attachez donc vos plants à des tuteurs si vous pensez qu'elles pourront nécessiter du support.

Garder vos plantes heureuses pendant l'été

Pendant l'été, les plantes développent les branches solides nécessaires pour supporter le poids des têtes qui se forment plus tard. La chaleur et l'absence de pluie peuvent rapidement devenir un problème : toute période de 10 jours sans pluie est un danger potentiel pour vos cultures. Rendez visite à vos plantes au moins une fois par semaine et préparez-vous à apporter assez d'eau pour saturer complètement les racines. Seulement arroser n'est pas suffisant : examinez toujours vos plantes. Cherchez des dégâts sous les feuilles et le long des tiges pour pouvoir combattre immédiatement toute infestation. Vérifiez les signes de déficiences, qui révèlent la nécessité d'engrais supplémentaires.

Alors que l'automne approche

Alors que l'automne approche, vous feriez bien d'ajouter des engrais spéciaux floraison pour optimiser le rendement final. C'est le moment parfait pour asperger la zone des racines avec du guano de chauve-souris et arrosez dessus. Autrement, n'importe quel engrais de floraison fera l'affaire. Des plants en floraison nécessitent des nutriments particuliers, rappelez-vous de cherchez des produits avec du phosphore et du potassium ajoutés.

Mesures post-récoltes (optionnel)

Quand l'endroit que vous avez choisi pour la culture en guérilla s'est montré sûr et discret, redonnez donc quelque chose à Mère Nature : vos plants ont « mangé » beaucoup d'azote pendant leur cycle de vie et si vous voulez utilisez le même endroit l'année prochaine, vous pourriez planter une culture de couverture automnale ou de l'herbe pour améliorer les conditions du sol. Parmi les plantes qui se comportent bien en hiver on peut citer le trèfle d'Alexandrie, la vesce velue, qui peuvent être retravaillées dans le sol au printemps, l'enrichissant naturellement car les matières végétales sont décomposées par les microbes.

Les variétés auto-florissantes sont le choix parfait pour les opérations secrètes

Comme la culture du cannabis dans des endroits accessibles au public (et dans des climats moins tempérés) a des risques potentiels, il est crucial de maintenir la période de culture la plus courte possible, c'est pourquoi les variétés auto-florissantes sont le choix parfait. Mais ce n'est pas uniquement la longueur de la période de la graine à la tête qui doit être prise en compte. Des plantes plus petites nécessitent moins d'eau, elle se cachent facilement dans les feuillages naturels et le moment de la récolte est assez prévisible. Consultez la sélection de variétés auto-florissantes de Zamnesia.

comments powered by Disqus