Blog
À La Recherche D’Une Drogue Passerelle — Cannabis Vs Alcool
6 min

À La Recherche D’Une Drogue Passerelle — Cannabis Vs Alcool

6 min
Éditoriaux

Pendant des décennies, nous avons entendu des parents, des enseignants, des scientifiques, et des politiciens parler du cannabis comme d’une drogue passerelle. Mais s’attaquer au problème de drogues et de toxicomanie est-il aussi facile que de pointer du doigt une seule substance ? Et si c’est le cas, cela devrait-il être le cannabis ?

Bienvenue dans les Éditoriaux de Zamnesia, où notre auteur, Steven, partage son opinion sur tout ce qui tourne autour de l’industrie du cannabis, du CBD et des smartshop. Rappelez-vous que toutes les opinions exprimées dans ces articles sont celles de l’auteur et ne correspondent pas nécessairement aux opinions de Zamnesia en tant qu’entreprise. Pour partager vos opinions avec notre auteur et notre équipe, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Fumez un joint un soir et risquez de vous réveiller avec une aiguille dans le bras le lendemain. Pour ceux d’entre nous qui ont grandi dans les années 80, 90, et 2000, la théorie de la « drogue passerelle » a été au centre de notre éducation sur les drogues.

Ayant grandi en Suisse dans les années 1990, mes parents sont passés devant la tristement célèbre Platzspitz de Zurich pour nous apprendre, à nous les enfants, que « c’est ce qui arrivait quand on prenait de la drogue ». Et le cannabis était considéré comme un moyen sûr de réserver votre place parmi les toxicomanes évanouis dans le froid.

Les enseignants et les programmes publics d’éducation en matière de drogues n’ont cessé d’insister sur ce même message. Aujourd’hui encore, nous entendons des parents, des politiciens et même des scientifiques, se demander si des drogues comme le cannabis servent de passerelle à d’autres substances plus « dures ».

Histoire liée à ce sujet

Les Top 6 Publicités Liées Au Cannabis

Mais qu’en est-il de l’alcool ? L’alcool est tout à fait légal et accessible et, comme toute autre drogue, affecte clairement notre comportement et notre prise de décision. Se pourrait-il que l’alcool soit en fait la « vraie » drogue passerelle ?

COMMENT L’ALCOOL AFFECTE LE CERVEAU ?

COMMENT L’ALCOOL AFFECTE LE CERVEAU ?

L’alcool fait une chose très bien ; il change notre façon de nous sentir. Pour ce faire, il affecte la façon dont nos cellules cérébrales communiquent entre elles.

Les cellules cérébrales, aussi appelées neurones, utilisent des neurotransmetteurs pour communiquer. Ces neurotransmetteurs servent de minuscules messagers chimiques qui transportent les messages d’un neurone à un autre.

L’alcool affecte directement la transmission de neurotransmetteurs spécifiques du cerveau. Plus précisément, l’alcool élimine la transmission du glutamate tout en augmentant la transmission du GABA. Le glutamate est un neurotransmetteur excitateur qui rend les neurones plus susceptibles de se déclencher, tandis que le GABA est un neurotransmetteur inhibiteur qui rend les neurones moins susceptibles de le faire.

À son tour, le flux d’information dans le cerveau commence à ralentir. C’est essentiellement pourquoi, quand nous sommes ivres, nous ressentons, percevons et discernons moins bien. C’est aussi ce qui laisse souvent les personnes ivres penser à une seule chose, comme « c’est la meilleure soirée de tous les temps ». Ces effets sont aussi la raison pour laquelle l’alcool est considéré comme un dépresseur ; il diminue à la fois l'activité de notre système nerveux central et périphérique.

Histoire liée à ce sujet

Comment l'Alcool Affecte le Corps et l'Esprit?

Il est intéressant de noter que si l’alcool inhibe les fonctions cérébrales, il ne nous inhibe pas socialement. Après tout, l’une des principales raisons pour lesquelles nous aimons tant l’alcool, c’est parce qu’il nous aide à réduire nos inhibitions et à nous sentir un peu plus libres et ouverts dans des situations sociales.

L’alcool crée également une euphorie évidente qui, associée à nos inhibitions sociales réduites, nous donne soudainement le courage de discuter avec un étranger, de danser sur une table sur du Shania Twain, etc.

En fin de compte, l’alcool doit son succès en tant que lubrifiant social au fait qu’il diminue nos inhibitions et nous rend plus susceptibles d’agir en dehors de notre caractère (à la fois de manière positive et négative). Donc, si nous cherchons un bouc émissaire sur qui rejeter la responsabilité de la question de la dépendance aux drogues du monde, il est difficile de trouver une meilleure « drogue passerelle » que l’alcool.

Maintenant, vous lisez probablement ceci et vous pensez que « le cannabis, tout comme l’alcool, affecte aussi nos inhibitions, notre prise de décision et notre comportement ». Et bien sûr, vous avez raison ; le cannabis, pour beaucoup de personnes, aide aussi à réduire leurs inhibitions sociales, créatives, et même sexuelles. Mais est-ce que cela veut dire que le fait de consommer du cannabis va rendre une personne plus susceptible de courir après d’autres substances, plus dures ?

LE CANNABIS N’EST PAS UNE DROGUE PASSERELLE

LE CANNABIS N’EST PAS UNE DROGUE PASSERELLE

En 2016, le président du US Institute for Behavior and Health, le Dr Robert L DuPont, a écrit une chronique dans le New York Times intitulée « Marijuana Has Proven to Be a Gateway Drug[1] ». Le Dr DuPont commence son argumentation par le bon vieux raisonnement selon lequel la grande majorité des consommateurs d’héroïne ont commencé leur voyage dans le monde obscur de la drogue par le cannabis.

Et c’est difficile de s’y opposer. Indéniablement, la plupart des héroïnomanes ont probablement essayé le cannabis. Cependant, cela ne signifie pas que la plupart des consommateurs de cannabis passeront à l’héroïne ou à d’autres substances plus dures. En fait, la recherche montre que la plupart des personnes qui ont essayé le cannabis ne deviennent même pas des consommateurs réguliers de cannabis.

Un sondage[2] de l’Université Marist et Yahoo News de 2017 a interrogé 1 122 adultes américains au téléphone sur leur expérience avec le cannabis. L’étude a révélé que 52 % des adultes interrogés l’avaient essayé, alors que 22 % en consomment actuellement (ce que l’enquête a défini comme ayant consommé du cannabis au moins une ou deux fois l’année dernière). Par ailleurs, seulement 14 % de l’ensemble des personnes interrogées déclarent consommer régulièrement du cannabis au moins une ou deux fois par mois.

Le risque que les consommateurs de cannabis développent une dépendance ou un « trouble de l’usage du cannabis » est encore plus faible. Selon les données du US National Institute on Drug Abuse, seulement 9 % environ des personnes qui consomment du cannabis en deviennent dépendantes.

Histoire liée à ce sujet

La Liste Des 10 Faits Et Mythes Les Plus Répandus Sur Le Cannabis

Dans son rapport « The Real Gateway Drug[3] », American Addiction Centers indique très clairement que le cannabis n’est pas la première drogue que les gens expérimentent. Dans ce rapport, l’AAC a parlé à plus de 1 000 Américains de la façon dont ils ont commencé et éventuellement approfondi leur expérimentation avec les drogues. Parmi les personnes qui avaient consommé de l’alcool, près de 66 % ont déclaré que c’était la première drogue qu’elles avaient essayée. 23,8 % ont déclaré que le tabac était la première drogue qu’ils avaient essayée, alors que seulement 18 % ont déclaré avoir commencé à consommer du cannabis.

En fait, certaines études suggèrent même que le cannabis peut aider les gens à se sevrer d’autres substances addictives. Une étude publiée en 2014[4] dans The Journal of The American Medical Association, par exemple, a révélé que les États américains dotés de lois sur le cannabis à des fins médicales avaient près de 25 % moins de décès par overdose liés aux opiacés. C’est parce que le cannabis peut offrir aux gens un soulagement plus efficace à la douleur et d’autres symptômes de maladies sans les risques pour la santé associés aux médicaments sur ordonnance.

RECONSIDÉRER LA THÉORIE DE LA DROGUE PASSERELLE

RECONSIDÉRER LA THÉORIE DE LA DROGUE PASSERELLE

Alors, où en sommes-nous avec la théorie de la drogue passerelle ? Est-ce complètement faux, ou y a-t-il une part de vérité dans l’argument selon lequel essayer certaines drogues peut nous rendre plus susceptibles d’en essayer d’autres ?

Eh bien, il existe des recherches qui confirment que certains médicaments peuvent stimuler les circuits de récompense dans le cerveau qui rendent d’autres substances plus attrayantes.

Un article[5] publié en 2017 dans Science Advances a montré que les rats qui avaient reçu de l’alcool étaient beaucoup plus susceptibles d’activer un levier qui libérait de la cocaïne. En fait, il existe des études[6] très intéressantes qui mettent en évidence un lien entre ces deux drogues en particulier.

Même le rapport d’American Addiction Centers que j’ai mentionné plus tôt a mis en lumière certaines tendances dans la consommation de substances ; les hallucinogènes comme les champignons psilocybine et le LSD, par exemple, étaient le plus souvent la 4e substance utilisée et la cocaïne la 5e.

Ces résultats sont vraiment intéressants et confirment la nécessité d’une enquête plus approfondie sur l’abus de drogues et son fonctionnement. Toutefois, il existe beaucoup plus de preuves[7] convaincantes que les facteurs sociaux, comme la santé mentale et la pauvreté, sont beaucoup plus susceptibles d’être les véritables passerelles à la consommation de drogues et à la toxicomanie.

La nature du marché de la drogue a également une incidence sur la façon dont les gens consomment et abusent des substances. Dans des endroits comme les Pays-Bas, la consommation de cannabis et de champignons hallucinogènes est beaucoup moins fréquente que dans d’autres parties du monde où ces deux substances sont encore criminalisées. Vous pouvez consulter les statistiques sur la consommation de drogues du pays ici[8].

CLORE LE DÉBAT SUR LA DROGUE PASSERELLE

CLORE LE DÉBAT SUR LA DROGUE PASSERELLE

Alors, est-ce que l’expérimentation d’une drogue augmente votre risque d’en essayer une autre ? Eh bien, peut-être. Mais comprendre la toxicomanie et ce qui pousse les gens à consommer une substance plutôt qu’une autre est beaucoup plus complexe que de pointer du doigt une seule substance.

Mais si vous choisissez de croire que les drogues passerelles existent, je vous recommande de pointer du doigt l’alcool et notre laxisme à son égard, plutôt que le cannabis.

Steven Voser

Écrit par: Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant nominé aux Emmy Award avec beaucoup d'expérience. Grâce à sa passion pour le cannabis, il consacre beaucoup de son temps à l'exploration du monde de la weed.

De nos auteurs
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.

Ressources externes :
  1. Marijuana Has Proven to Be a Gateway Drug - NYTimes.com - https://www.nytimes.com/roomfordebate/2016/04/26/is-marijuana-a-gateway-drug/marijuana-has-proven-to-be-a-gateway-drug
  2. Yahoo News/Marist Poll | Home of the Marist Poll - http://maristpoll.marist.edu/yahoo-newsmarist-poll/#sthash.HhoBrCxb.dpbs
  3. search - https://americanaddictioncenters.org/the-real-gateway-drug
  4. States with medical pot see nearly 25 percent fewer fatal prescription drug overdoses — RT USA News - https://www.rt.com/usa/182940-medical-marijuana-opioid-overdose/
  5. Prior alcohol use enhances vulnerability to compulsive cocaine self-administration by promoting degradation of HDAC4 and HDAC5 | Science Advances - http://advances.sciencemag.org/content/3/11/e1701682
  6. JourneyPure ® — Take Back Control Over Drugs & Alcohol - https://journeypure.com/study-alcohol-gateway-drug-cocaine/
  7. - https://www.nytimes.com
  8. Drug use in The Netherlands 2018 | www.emcdda.europa.eu - http://www.emcdda.europa.eu/countries/drug-reports/2018/netherlands/drug-use_en

Read more about
Éditoriaux
Recherche par catégories
ou
Rechercher