Obama : le cannabis n'est pas plus dangereux que l'alcool

Publié le :
Catégories : Blog

Obama : le cannabis n'est pas plus dangereux que l'alcool

Dans une rare manifestation de bon sens, le Président américain a formellement reconnu que le cannabis est moins dangereux que l'alcool, même s'il considère toujours que fumer du cannabis est une mauvaise habitude.

Dans une rare manifestation de bon sens, le Président américain a formellement reconnu que le cannabis est moins dangereux que l'alcool, même s'il considère toujours que fumer du cannabis est une mauvaise habitude.

Au cours d'un récent interview, le Président Barack Obama a pris une position défendant légèrement les consommateurs de cannabis et la légalisation médicale de cette plante merveilleuse. Il a reconnu que le cannabis est moins dangereux pour la société que l'alcool, et encore moins dangereux pour le consommateur.

« Comme tout le monde le sait, j'ai fumé des joints étant plus jeune, et je considère ça comme une mauvaise habitude et un vice, pas très différent des cigarettes que j'ai fumées en étant jeune et pendant une bonne partie de ma vie d'adulte. Je ne pense pas que ce soit plus dangereux que l'alcool », a-t-il déclaré à David Remnick, éditeur du New Yorker Magazine.

Obama Cannabis

Avec le vent de réforme qui souffle sur tous les États-Unis, ce n'était qu'une question de temps avant qu'Obama ne prenne la parole à ce sujet. Lui aussi pense que le système actuel a failli. Dans l'état actuel des choses, dans la plupart des États les consommateurs de cannabis risquent toujours des poursuites et de la prison pour leur consommation de cannabis, et les personnes les plus pauvres souffrent de leur incapacité à pouvoir se faire représenter et défendre légalement de manière correcte. Ceci signifie qu'il existe un nombre disproportionné de personnes pauvres emprisonnées pour des délits mineurs liés au cannabis. Obama a également reconnu que c'était les personnes issues des minorités qui étaient arrêtées et emprisonnées de manière disproportionnée.

Obama, de même que le Département de la Justice, veut voir un changement des cibles des poursuites, laissant les individus pour se concentrer sur les trafiquants à grande échelle et les criminels violent, afin de libérer les ressources de la police et de s'assurer que les forces de l'ordre se concentrent sur le crime organisé.

Même si Obama s'est prononcé contre la réglementation actuelle, la décrivant comme trop dure, il n'est pas en faveur de la légalisation et il craint qu'elle n'amène à des campagnes pour la légalisation de drogues plus dures comme la cocaïne et la meth.

Selon lui, « Si le cannabis est totalement légalisé et qu'à un moment certains disent, 'Bon, nous pouvons concevoir une dose de cocaïne que nous pouvons prouver comme n'étant pas plus dangereuse que la vodka,' sommes-nous ouverts à ça ? » a déclaré Obama. « Si quelqu'un dit 'Nous avons une dose précisément calibrée de meth, elle ne tue pas et ne fait pas pourrir les dents,' sommes nous d'accord avec ça ? »

A ceux qui n'ont jamais essayé le cannabis, Obama a déclaré que sa consommation n'est pas quelque chose à encourager, que c'était une perte de temps, mais que l'aversion du pays pour le cannabis a été exagérément exacerbé. Il a également affirmé que ceux qui avaient légalisé le cannabis, comme les États du Colorado et de Washington, ne devaient pas voir leurs lois annulées, et qu'il était important que leur légalisation continue. Son raisonnement est qu'il n'est pas raisonnable d'avoir une situation où une grande partie de la population « enfreint la loi » mais seulement quelques individus précis sont punis. Il a également souligné que les législateurs étaient hypocrites quand ils envoyaient en prison pour de longues périodes les consommateurs alors qu'ils avaient eux-mêmes probablement consommé du cannabis à un moment ou un autre.

Mason Tvert, le directeur de la communication pour le Marijuana Policy Project était ravi de la nature progressiste de ce discours et il a félicité Obama pour « avoir rattrapé » le point de vue de la plupart des Américains qui pensent que le cannabis devrait être légal.

« Pendant plus de 80 ans, notre gouvernement fédéral a exagéré les méfaits du cannabis afin de le maintenir illégal », a déclaré Tvert aux journalistes. « Pour l'une des premières fois depuis toujours, l'un des dirigeants de notre nation a reconnu que le cannabis est en réalité moins dangereux que l'alcool pour le consommateur. »

C'est un pas en avant très prometteur, et qui pourrait pousser les politiciens du monde entier à reconsidérer leurs positions sur le cannabis, même si c'est seulement pour une seconde. Il est important que le fait que le cannabis n'est pas dangereux se répande, de même que c'est la prohibition qui est néfaste. Puisse la marche vers la décriminalisation et la légalisation toujours avancer.

comments powered by Disqus