Le cannabis et le sexe – Quand les bonnes choses se rencontrent

Publié le :
Catégories : Blog

Le cannabis et le sexe – Quand les bonnes choses se rencontrent

Le cannabis et le sexe marchent ensemble depuis longtemps, mais comment cette relation culturellement significative a-t-elle été considérée à travers l'histoire, et comment la science a-t-elle changé la vision que nous en avons aujourd'hui ?

Le cannabis et le sexe marchent ensemble depuis longtemps, mais comment cette relation culturellement significative a-t-elle été considérée à travers l'histoire, et comment la science a-t-elle changé la vision que nous en avons aujourd'hui ?

Le cannabis est consommé conjointement à l'acte sexuel depuis des milliers d'années. Il occupe une place culturellement importante dans de nombreux pays, et il est consommé à la fois pour stimuler et supprimer le désir sexuel. Comment nos ancêtres considéraient le cannabis et sa relation au sexe, et comment la communauté scientifique actuelle le considère, c'est ce que nous allons chercher à savoir dans cet article.

Une euphorie partagée

Le sexe comme le cannabis peuvent produire des sensations très gratifiantes dans notre cerveau. Très proche de la façon dont le sexe provoque notre système de dopamine lié au plaisir, le cannabis active son propre système dans notre organisme, le système endocannabinoïde.

Le système endocannabinoïde est un réseau de récepteurs qui interagissent avec les cannabinoïdes présents dans le cannabis. L'unique source naturelle de cannabinoïdes que nous connaissons et notre propre corps. En y introduisant des cannabinoïdes supplémentaires, nous pouvant provoquer des sentiments d'euphorie, une sensation que nous pouvons retrouver sous une forme ou une autres avec le sexe. Ce n'est donc pas un hasard si beaucoup de nos ancêtres avaient vu la similarité des sensations entre les deux et qu'ils avaient cherché à les combiner en une expérience ultime.

Importance historique et culturelle

TantraL'une des plus célèbres cultures à avoir adopté une consommation sexuelle du cannabis était l'Inde ancienne. Des documents indiquent que le cannabis est massivement consommé en Inde depuis plus de 3000 ans. L’Inde est le pays où certaines variétés de cannabis ont été découvertes, d'où le nom Cannabis Indica. Le cannabis y a été utilisé dans de nombreux élixirs sexuels, ayant tous pour but de stimuler et améliorer l'expérience sexuelle, mais le plus notable était, et c'est toujours le cas, l'utilisation du cannabis dans le Tantra.

Tantra: yoga, méditation et sexe

Le Tantra est une tradition mystique hindoue-bhouddiste qui pense que l'illumination (« Nirvana ») peut être atteinte à travers des exercices mentaux et physiques transcendantaux. Des exemples de ce genre d'exercices sont le yoga, la méditation et le sexe tantrique. Beaucoup de méthodes avancées anciennes du Tantra impliquent la consommation de cannabis. Des textes sacrés ayant été retrouvés décrivent comment ces pratiques utilisant le cannabis étaient courantes dans l'Inde ancienne, et il semble que la complexité, la rigueur et l'intensité de ces pratiques décrites seraient bien au-delà de beaucoup de pratiquants modernes du Tantrisme. C'est parce que la pratique du Tantra s'est répandue dans le monde entier et que beaucoup des pratiquants sont éloignées de la culture, de la vie et des communautés d'origine du Tantra. Bien que le Tantra moderne puisse certainement aider à obtenir l'illumination spirituelle et sexuelle, il n'est en rien comparable à la complexité et l'intensité décrite dans les textes anciens.

Tantra et Cannabis

L'une des idées philosophiques du Tantra est que le corps humain est imbriqué avec un système d'énergie qui est relié aux énergies naturelles et cosmiques. Les hommes et les femmes possèdent des degrés divers de ces énergies et, à travers le sexe tantrique, ces énergies sont déliées pour créer des circuits, permettant aux deux partenaires d'atteindre de nouvelles hauteurs de spiritualité, de plaisir et d'intimité. Cette culture pense que le sexe tantrique aide à équilibrer l'univers et qu'il aide aussi à absorber les péchés de l'homme contre la nature et le cosmos.

Des textes anciens remontant à moins 700 racontent que le cannabis était souvent utilisé dans les rituels tantriques sexuels, à l'époque où le sexe, le cannabis et le Tantra se sont rejoints pour créer une pratique certes exigeante physiquement, mais pourtant délicieuse, qui apportait l'illumination, l'extase et l'équilibre à ses pratiquants.

Ceux qui pratiquaient le sexe tantrique consommaient souvent une préparation au cannabis appelée « Bhang ». C'est un milk-shake au cannabis chaud. Les têtes résineuses étaient mélangées à du lait, avec du sucre et d'autres parfums, avant d'être chauffées pour permettre aux cannabinoïdes dont le THC de se catalyser dans le mélange. Le tout était ensuite bu, puis les pratiquants se livraient à des exercices de respiration et de visualisation avant que les effets du cannabis ne prennent le dessus. Une fois l'ivresse venue, la méditation et le sexe tantrique étaient pratiqués.

Beaucoup de rituels sexuels avec le cannabis sont décrits comme l'adoration de la beauté féminine et se concentrent normalement sur deux actes : le coït et l'acte sexuel oral de l'homme sur la femme. A travers leurs exercices tantriques et la méditation, les deux participants essayaient alors de faire durer l'acte sexuel aussi longtemps que possible. Certains textes décrivent comment le rapport sexuel pouvait durer 7-8 heures avant que les deux participants n'atteignent un orgasme total à couper le souffle, spirituel, propulsé par le cannabis ; un tel orgasme provoquait alors une sensation intemporelle de nirvana tant qu'il durait.

Le cannabis dans les autres cultures

Bien que le sexe tantrique indien soit magnifique et spirituel, le cannabis a également beaucoup d'autres utilisations sexuelles dans le monde, plus pratiques.

Les femmes serbes ont depuis longtemps trouvé un usage pour le cannabis dans les aspects sexuels de leur culture. Premièrement, le cannabis est depuis longtemps mélangé à de la graisse de mouton pour faire du 'Nasha'. Cette substance était donnée aux vierges pendant leur nuit de noces pour les exciter et diminuer la douleur de leur premier rapport. Elles préparaient également une boisson à base de cannabis appelée « Guckand », qui est utilisée comme aphrodisiaque et comme anesthésiant pour les garçons avant la circoncision.

Les cultures du Moyen-Orient utilisent le cannabis pour faire du « Kiff » qui était ensuite consommé par les femmes de ces cultures pour s'occuper pendant que les hommes n'étaient pas présents, ce qui leur permettait de fantasmer et de jouer sexuellement.

Le Cannabis, le sexe et la société moderne

Le cannabis comme le sexe ont un rôle compliqué dans nos sociétés moderne. La prohibition et la religion leur barrent souvent la route, même s'il existe encore des cultures qui ont maintenu leur consommation de cannabis. Par exemple, le bhang est toujours consommé en Inde par les nouveaux mariés pour réduire la douleur, et par ceux qui cherchent une excitation supplémentaire. La croyance que le cannabis est maléfique, ou envoyé par le diable, est à présent lentement remplacée par une reconnaissance de ses effets bénéfiques. Mettons de côté les influences religieuses et politiques, qu'est-ce que la science peut nous dire sur la consommation de cannabis et le plaisir et désir sexuel qu'elle est censée provoquer ?

Découvertes scientifiques - Démystification

Regardons certains des mythes qui sont liés à la prohibition du cannabis. Une croyance populaire veut que fumer du cannabis endommage le système reproductif. La science a en réalité démontré que ce n'est pas le cas : le cannabis diminue le nombre de spermatozoïdes tant qu'il est consommé, mais les niveaux de spermatozoïdes reviennent à la normale quand la consommation stoppe.

Une autre légende en rapport avec le système reproductif est que le cannabis diminue toujours les niveaux de testostérone chez l'homme, diminuant ainsi son appétit sexuel. Cette idée est toujours débattue, mais elle a été largement discréditée par de récentes études. Ceci nous amène au point suivant, que est l'effet de l'herbe sur la stimulation sexuelle ?

THC et Testostérone

Comme nous l'avons évoqué, l'idée de savoir si le cannabis est un stimulateur ou un inhibiteur sexuel est toujours débattue au sein de la communauté scientifique. C'est un débat très animé car, techniquement, les deux côtés ont de bons arguments.

Bien que les descriptions historiques précédentes soulignent la façon dont le cannabis a été utilisé pour améliorer l'acte sexuel, il a aussi été utilisé à travers l'histoire comme inhibiteur sexuel. Par exemple, le livre médical antique des romains, De Materia Medica (Au sujet de la médecine), fait référence à la façon dont le cannabis peut être utilisé pour traiter les douleurs et les inconforts, aussi bien que pour supprimer le désir sexuel.

Alors comment le cannabis peut-il à la fois stimuler et supprimer le désir ? La science moderne suggère que tout est lié à la dose de THC qui pénètre l'organisme. Une étude de l'Université du Texas a trouvé que le cannabis affecte l'activité sexuelle masculine en deux phases. Dans des tests en laboratoire sur des souris, il a été découvert qu'une dose de THC augmentait la quantité de testostérone présente dans le sang d'environ 6 fois par rapport à la normale. Cependant, après 20 minutes, le niveau de testostérone chutait, baissant au-delà du niveau du groupe témoin.

Ce qui est aussi intéressant dans cette étude, c'est qu'il a été découvert que des souris à qui on avait donné une faible dose ont conservé de hauts niveaux de testostérone pendant jusqu'à une heure. Ce sont seulement les souris qui ont reçu de fortes doses de cannabis qui ont vu leur niveau de testostérone chuter rapidement. Ce que cette étude suggère, c'est qu'une faible quantité de cannabis peut certainement donner envie aux hommes, et pour un bon moment. Au contraire, une dose élevée provoquera un pic trop rapide, ou pas de pic du tout. C'est une découverte qui soutient les théories du tantrisme : les pratiquants ne consommaient pas de grosses doses car il n'était pas question d'être « assommé ». Cette idée retrouve un écho dans les témoignages actuels de consommateurs qui rapportent se sentir bien plus excités sexuellement et proches de leurs partenaires, de la même façon que l'étaient les pratiquants du tantrisme, après avoir consommé de petites quantités de cannabis.

Comment ça se fait ?

Pendant l'acte sexuel, sans aucune stimulation de substances extérieures, le corps va produire une hormone appelée hormone lutéinisante. Il faut environ 20 minutes à l'hormone pour être produite dans l'hypophyse et voyager vers les testicules, où elle aide à produire de la testostérone. La testostérone retourne ensuite vers l'hypophyse, créant ainsi un circuit à travers la circulation sanguine. Ce système d'éteint quand le cerveau pense qu'il y a assez de testostérone dans le corps. De grosses doses de THC semblent perturber ce système, peut-être en faisant croire trop tôt au cerveau qu'il y a assez de testostérone, ce qui provoque la chute des niveaux de testostérone après 20 minutes. Comme indiqué précédemment, de faibles doses de THC semblent ne pas avoir cet effet.

Donc, comme vous pouvez le voir, le cannabis peut à la fois stimuler et inhiber le désir sexuel. Il a joué un grand rôle dans l'histoire des rapports sexuels chez l'homme, et il va probablement continuer à en jouer un pendant de nombreuses années. La pratique tantrique nous montre au moins que la consommation de cannabis pendant l'acte sexuel peut être une expérience merveilleuse et très intime.