Histoire du Cannabis : Les Origines de la Skunk

Published :
Catégories : Art & CultureBlogCannabisHistoire
Dernière édition :

Histoire du Cannabis : Les Origines de la Skunk


La weed Skunk est célèbre dans le monde entier. La réputation de cette super variété la précède. Remontons dans le temps pour explorer comment la première variété de cannabis commerciale du monde a été développée.

Il y a Bien Longtemps

L’arrivée de la Skunk était l’aube de la révolution de la culture ; nous plongeons dans les mythes, légendes et désinformations pour vous apporter les vraies origines de la Skunk.

Avant les années 1970, le cannabis contenait toujours des graines, en fait il était plein de graines. Le cannabis était presque exclusivement cultivé à partir de graines en extérieur et personne ne connaissait de méthode fiable pour prélever des boutures durant la croissance végétative.

À l’Époque

Pendant les années 1970, pratiquement toute la weed des États-Unis était importée, la grande majorité venant du sud de la frontière, Acapulco Gold du Mexique et Colombian Gold de Colombie.

Les rares Thaï sticks étaient un régal et le hasch de Turquie transporté en contrebande en bagage à main était un souvenir de vacances parfait jusqu’à la sortie de “Midnight Express”.

Comme tout le cannabis était plein de graines, les premières expérimentations de culture domestique aux États-Unis sont venues de ce qu’on appelle de nos jours les « graines de fond de pochon ». Tout était une expérimentation et vers le milieu des années 1970, ces cultivateurs pionniers avaient appris que cultiver à maturité uniquement des plants femelles améliorait grandement la qualité et la quantité de la beuh.

Ils avaient découvert la « Sinsemilla », ou la weed sans graines. En 1976, le livre “Sinsemilla Marijuana Flowers” par Jim Richardson & Arik Woods est devenu un succès chez les fumeurs de joints et a servi de premier guide pour les cultivateurs américains.

 

 

Sac de graines de cannabis

« Les temps changeaient » comme chantait Bob Dylan. Des expérimentations continues et des croisements contrôlés incorporant des gènes Indica grâce à des croisements avec du pollen venu de variétés Afghanes permettaient de réduire la période de floraison, ce qui autorisait la culture dans les états du nord comme celui de Washington, et même dans le sud du Canada.

De plus, les connaisseurs du cannabis de la fin des années 1970 ne fumaient que de la Sinsemilla ; tout ceci est venu de la Côte Ouest, un fait qui n’est pas passé inaperçu pour les forces de l’ordre américaines.

« Le Programme Domestique d’Éradication/Suppression du Cannabis a commencé à financer des programmes d’éradication à Hawaï et en Californie en 1979. Le programme s’est rapidement étendu pour inclure 25 états en 1982. » - www.dea.gov

Les Années 80 : L’arrivée de The Skunkman

En 1983, Sam The Skunkman est arrivé à Amsterdam avec des milliers de graines, certains disent des centaines de milliers.

Ces graines comprenaient les légendaires Sativas cérébrales et des hybrides expérimentaux dont le prototype Skunk #1 (Colombian Gold x Afghani #1) x Acapulco Gold, déplacées pour fuir les États-Unis en emportant les joyaux de la couronne du collectif Sacred Seeds, d’après l’histoire après une descente de la DEA.

Montée de l’Hybride

Hybride

Des collaborations avec des breeders hollandais maintenant légendaires ont donné la Skunk #1 telle que nous la commençons. Dire que Sam est arrivé avec des variétés 100 % parfaites est fallacieux et difficile à croire, sans oublier que c’est minimiser les contributions des maîtres des Pays-Bas.

Les cultivateurs aux Pays-Bas étaient en train d’expérimenter avec les variétés Indicas à la même période que les cultivateurs de sativa aux États-Unis. La fusion de ces gènes, et plus important l’adaptation à la culture en intérieur, tout ceci à eu lieu aux Pays-Bas et non en Californie.

À la fin des années 1980, les lampes HID avaient fait passer la culture en intérieur et Skunk #1 est devenue la toute première variété commerciale au monde. Remporter la première Cannabis Cup en 1998 a fait de cette variété une légende, qui n’a cessé de se renforcer depuis.

Cet hybride 75 % Sativa et 25 % Indica allait devenir un standard de qualité. Les cultivateurs sont tombés amoureux de ce plant productif à floraison rapide avec une odeur unique et prononcée. Facile à cultiver même pour les débutants, et puissante entre des mains expérimentées.

Une Touche Internationale

Des banques de graines entières ont été construites à partir de Skunk #1, les exemples les plus notables des collaborations anciennes avec Sam the Skunkman sont bien sûr Sensi Seeds, qui a toujours en stock sa version particulière de Skunk #1 et d’innombrable hybrides, le catalogue de Mr. Nice Seeds qui est rempli de croisements et The Flying Dutchmen avec leur version appelée « The Pure » ainsi que de nombreux croisements comme les deux autres banques de graines.

La Skunk a connu un succès immédiat chez les cultivateurs britannique et c’est à partir d’un paquet de graines Skunk #1 de Sensi Seeds que la « Cheese » a été dérivée au début des années 1990. Des croisements sélectifs pour l’odeur super puante de la Cheese en ont fait une légende à son tour.

De nos jours, tout le cannabis de haute qualité est appelé « Skunk » au Royaume-Uni, la variété est vraiment devenue un synonyme de qualité. La Skunk est à la weed ce que le Scotch est au ruban adhésif au Royaume-Uni.

 

 

Skunk 1 Sensi

Désinformation des Médias

Dans les médias grand public en Europe, Skunk a souvent une mauvaise réputation bien peu méritée. Ce journalisme de piètre qualité ne se limite pas qu’aux pires torchons britanniques.

Même en Irlande, où la variété est une favorite des cultivateurs et fumeurs depuis la fin des années 1990, des journaux comme l’Irish Independant sont remplis de propagande anti-cannabis.

Un article récent par Alan O’Keefe donne une fausse idée de la variété : « les benzodiazépines sont surtout utilisés pour aider les toxicos à descendre lors de montées intenses après avoir pris des drogues comme de la Skunk – une puissante drogue au cannabis » - Irish Independent 14/9/16

Impossible De Se Passer De Cette Merveilleuse Skunk

Les banques de graines de cannabis du monde entier détestent exclure Skunk de leur catalogue de variétés. En général, elles ont au grand minimum un hybride à base de Skunk en stock. La Skunk originale est toujours immensément populaire ; mais le large éventail de croisements Skunk est une preuve de la qualité des gènes de l’original. Il y a une Skunk pour tous les goûts et en plus les rendements sont encore plus élevés grâce à l’influence Afghane améliorée par des rétro-croisements.

 

Lemon Skunk

 

Peut-être que vous préférerez un goût plus d’agrumes avec de la Lemon Skunk, un délicieux croisements de phénotypes citronnés. Si vous préférez les oranges, vous adorerez Orange Skunk, délicieux croisement avec California Orange.

Vous n’avez pas assez de rendement avec Blueberry ? Essayez Blueberry Skunk ou Blue Cheese dans votre jardin. Ou peut-être que vous êtes un hippie à l’ancienne connaisseur de sativa et que vous aimez planer en orbite, alors essayez Skunk Haze ou même Jack Herer, c’est bien ça, il n’y a que des légendes dans la famille.

La liste des Skunks est sans fin et elle continuera probablement à s’allonger et se diversifier. Une chose est absolument sûre : la Skunk n’est pas prête de disparaître.

Les débats sur les origines de la Skunk, les participants clés et leurs contributions précises continueront probablement pour toujours malgré nos efforts pour clarifier les choses. Peu importe qui est crédité de sa création, la légende continue.

 

         
  Top-Shelf Grower  

Written by: Top-Shelf Grower
Veteran cannabis cultivator originally from Dublin, Ireland and currently on the loose in southern Spain. 100% committed to Top-Shelf reporting until captured or killed.

 
 
      Find out about our writers  

Produits Connexes