Étude : l'alcool, et non le cannabis, est lié à la psychose

Publié le :
Catégories : Blog

Étude : l'alcool, et non le cannabis, est lié à la psychose

Encore un pan du mythe sur le cannabis qui s'écroule : les résultats d'une nouvelle étude à long terme révèlent que la consommation de cannabis n'est pas liée au développement des troubles mentaux.

Une étude sur quatre ans qui s'est interrogée sur les effets de la consommation d'alcool, de tabac et de cannabis sur les risques de psychose vient d'être publiée dans le journal Schizophrenia Research. Menée par des chercheurs de l'Université de Calgary, cette nouvelle étude a suivi 170 personnes considérées comme ayant un haut risque de développer une psychose au cours des quatre prochaines années. L'étude a analysée la consommation des substances précitées et leur action sur la santé mentale à long terme.

Ce qui a été découvert, c'est que la consommation de ces substances était significativement plus élevée chez ceux souffrant de psychose ou de schizophrénie que chez les autres, mais qu'il n'y avait aucune preuve suggérant que le cannabis était réellement lié au développement de ces troubles. En fait, et ce n'est peut-être pas une surprise, ce qui a été découvert, c'est que s'il y avait bien une substance provoquant la survenue de la psychose, c'était l'alcool.

Jean Addington, le chercheur et auteur en chef de l'étude, a écrit : « les résultats révèlent qu'une faible consommation d'alcool, mais ni la consommation de cannabis ou d'alcool au départ, contribue à la prédiction de la psychose dans l'échantillon clinique à haut risque. »

Ceci renforce le corpus grandissant d'études, dont certaines ont été mises en valeur dans nos articles de blogs précédents, qui suggère que le cannabis n'est pas la cause de ces maladies. En fait, les preuves suggèrent fortement que la survenue de la psychose est largement due à des facteurs héréditaires, ce qui éloigne la responsabilité des drogues dans leur ensemble.

"Impact of substance use on conversion to psychosis in youth at clinical high risk of psychosis": http://www.schres-journal.com/article/S0920-9964(14)00193-5/abstract