Un village albanais en conflit avec la police pour de l'herbe

Publié le :
Catégories : Blog

Un village albanais en conflit avec la police pour de l'herbe

Lazarat est connu comme étant la capitale albanaise de la drogue : les rapports des services concernés de cette année suggèrent que le village est entouré de plus de 60 acres contant environ 300 000 p

Lazarat est connu comme étant la capitale albanaise de la drogue : les rapports des services concernés de cette année suggèrent que le village est entouré de plus de 60 acres contant environ 300 000 plants de cannabis pour une récolte estimée à près de 500 tonnes de cannabis.

La dernière fois que la police et les forces spéciales d'intervention ont tenté de pénétrer dans ce village à flanc de montagne, situé près de la cité historique méridionale de Gjirokastra en Albanie, l'été dernier, elles se sont retrouvées face à une situation qu'un commissaire de police local a décrit au Global Post comme étant "une fusillade très violente, avec des mitrailleuses lourdes et des missiles anti-tanks, comme à la guerre". Depuis cette opération, les forces de l'ordre ne sont pas revenues et le commerce de la drogue a pu prospérer.

Lazarat est un petit village connu pour son industrie du cannabis florissante : selon la police financière italienne, la récolte annuelle a une valeur de presque 6 milliards de dollars. On pense que 90% des habitants du village sont impliqués dans cette activité illégale. Les villageois se battent pour interdire l'accès du village aux forces de police et aux médias et ne font pas semblant : quand la police a tenté d'envahir le village, les habitants se sont défendus et la police a fini par battre en retraite sous la menace d’affrontements violents et de pertes civiles.

Des policiers continuent à saisir les expéditions à l'extérieur de Lazarat et empêchent les camions d'eau d'y entrer mais ils ne peuvent, tout comme les journalistes et autres membres des médias, y pénétrer car les routes menant au village sont gardées par des criminels. L'année dernière, la police a saisi presque 15 tonnes.

Lazarat va probablement continuer à prospérer jusqu'à ce que les politiciens comprennent qu'il faut une loi bien pensée pour pouvoir mettre fin à cette guerre. C'est une décision venue du bureau du Premier Ministre qui est nécessaire, et rien de moins.