Réfutation d'une Étude : Tout Est Question De Cause Et Effet

Publié le :
Catégories : BlogCannabisOpinionScience

Réfutation d'une Étude : Tout Est Question De Cause Et Effet

Pour le cannabis, la modération est la clé. C'est pourquoi ce n'est pas une surprise d'apprendre qu'une trop grosse consommation peut poser des problèmes dans la vie - comme tout. Quelle est la cause ?

Récemment, une étude a découvert que ceux qui consommaient du cannabis sur une base régulière et avec des quantités importantes avaient beaucoup plus de risques de se retrouver dans une position socio-économique pire plus tard dans leur vie. Ce qui signifie donc que ceux qui fument des joints tous les jours, toute la journée, ont plus de risques d’avoir un mauvais travail, moins d’argent et moins de prestige en arrivant en milieu de vie.

C’est une étude intéressante et une des premières à s’intéresser aux aspects plus sociaux de la consommation de cannabis, plutôt que ceux sanitaires. Bien entendu, ces découvertes ne sont pas paroles d’évangile, il existe de nombreux docteurs, avocats, architectes, journalistes, chefs d’entreprises et autres gagnants «prestigieux» qui fument tous de l’herbe sur une base régulière, et qui ont beaucoup fumé dans leur jeunesse. Cependant, la vision apportée par cette étude est fascinante.

L’ÉTUDE

Publiée dans le journal Clinical Psychological Science, cette étude a suivi des enfants durant leur vie jusqu’à l’âge de 38 ans. Il a été découvert que ceux qui fumaient quatre ou plus jours par semaine sur plusieurs années finissaient probablement dans une classe sociale plus basse que celle de leurs parents. Ils finissent par avoir un salaire plus faible, un emploi moins qualité que ceux qui ne fument pas, ou ne fument pas autant. Ils ont également plus de risques de rencontrer des problèmes de travail, des problèmes financiers et relationnels.

Il faut noter que cette étude est assez subjective, car elle se base sur les réponses rapportées par les participants eux-mêmes.

DES QUESTIONS SOULEVÉES

Même si les résultats ont peu de chances de provoquer l’enthousiasme des fumeurs réguliers, il soulèvent beaucoup de questions. Même s’ils ne sont pas nécessairement faux, il n’analysent pas pourquoi - la cause sous-jacente. Il est possible de consommer du cannabis et d’être totalement fonctionnel - d’avoir un style de vie «sain». Alors qu’est-ce qui pourrait expliquer ces résultats ? Il y a probablement des problèmes derrière tout ceci.

Le premier est la nature illégale du cannabis. Même si les chercheurs indiquent que les personnes sans casier judiciaires souffrent quand même, ceci ne prend pas en compte d’autres facteurs influencés par la loi, comme les implications sociales pour ceux qui sont perçus comme enfreignant la loi. Par exemple, même dans les régions où le cannabis est légal, peu de lois protègent les consommateurs de cannabis. Il est facile de perdre son travail en un instant quand l’employeur apprend que vous fumez de l’herbe. Il est également facile de se voir refuser des dossiers financiers, de se voir refuser une location par un propriétaire, ou d’être méprisé par les autres, tout ça à cause des préjugés entourant le cannabis. Même si tous ceux qui finissent dans une mauvaise situation n’ont pas forcément subi ces problèmes, il ne fait aucun doute que la consommation de cannabis, et le fait d’y être associé, érige des barrières.

Ceux qui finissent en prison ou avec un casier judiciaire auront un avenir encore pire, car avoir un casier judiciaire empêche pratiquement d’avoir un bon travail. La persécution des consommateurs de drogue non-violents a ruiné l’avenir de millions de personnes.

Il y a également la possibilité que c’est un type de personnalité vulnérable à la dépendance qui est à blâmer et non le cannabis en lui-même. Peut-être que ce n’est pas la consommation de cannabis, mais le besoin sous-jacent d’un mécanisme de survie qui pousse les gens à sous-performer. Le cannabis n’est pas une substance addictive physiologiquement ; une addiction provoquée par la consommation de cannabis est une dépendance psychologique, et certains y sont plus sensibles que d’autres. S’appuyer sur une substance au point qu’elle commence à définir qui vous êtes - quelle que soit la substance - n’est pas sain.

Heureusement, pour la grande majorité des consommateurs de cannabis, ce n’est pas ce qui les définit. Pour qu’une vie soit saine, il faut un équilibre. Une personne qui boit tous les jours aura du mal à garder un travail décent et à entretenir des relations saines avec ses proches. Si le cannabis devient un mécanisme de survie, alors non, sa consommation ne sera pas bonne sur le long terme. Être défini par une substance, au lieu d’en profiter, n’est jamais une bonne chose. Cette étude n’est pas fausse, elle ignore juste les possibles causes et effets et trouvant simplement une corrélation entre une forte consommation de cannabis et une vie déséquilibrée. Eh bien, nous disons que c’est bien vrai.

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs