Prévenir la maladie d'Alzheimer avec le cannabis ?

Publié le :
Catégories : Blog

Prévenir la maladie d'Alzheimer avec le cannabis ?

Une bouffée par jour éloigne la démence

« Si vous fumez un peu de cannabis quand vous avez une vingtaine ou une trentaine d'année, vous pourriez bien éliminer toute inflammation dans votre cerveau et tout faire repartir à zéro. Et vous mourrez simplement de vieillesse, avant que l'inflammation ne devienne un problème pour vous. » Cette déclaration a été faite par le Professeur Gary Wenk, qui fait autorité sur les effets des drogues sur les fonctions du cerveau et qui est un expert en neuroscience, psychologie, génétique médiale et immunologie à l'Ohio State University. A la lumière de ses recherches, ce professeur déclare que le cannabis, en éliminant l'inflammation, semble avoir un effet positif sur l'état des neurones.

Comprendre la maladie d'Alzheimer

Le déclin cognitif provoqué par la maladie d'Alzheimer, la maladie d'Huntington, la sclérose multiple, le SLA et la maladie de Parkinson est une crainte répandue chez la population vieillissante. Il est couramment considéré que ces maladies peuvent être prévenues grâce à une alimentation saine, des exercices physiques et mentaux, et un engagement social. Mais en réalité il n'existe encore aucune preuve factuelle que tout ceci puisse éviter la démence ou la maladie d'Alzheimer. Ironiquement, de récentes recherches affirment que fumer du cannabis peut réussir là où les pratiques de santé courantes échouent.

La maladie d'Alzheimer, en particulier, est un trouble neurodégénératif provoqué par la mort d'une grande quantité de cellules du cerveau. Avec l'avancée de la maladie, la capacité de la personne à se remémorer des informations stockées et à penser de manière cohérente diminue. Malgré les avancées médicales, les causes de cette dégénérescence neuronale restent obscures. Cependant, des études sur des sujets post-mortem ont révélé que les cerveaux de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer contenaient des agglomérats de protéine b?ta-amyloïde et des enchevêtrements de protéine tau. Les conditions de ces protéines interfèrent avec les signaux envoyés d'une cellule du cerveau à l'autre. Il semble également que, dans le cadre d'une réaction du système immunitaire, la présence de ces protéines provoque une inflammation.

L'état actuel de la recherche suggère que l'inflammation chronique joue un rôle très important dans la maladie. Cette théorie a des implications énormes sur les possibles traitements pour la maladie, en particulier parce que les interventions actuelles sont limitées au traitement des symptômes, plutôt que de la maladie en elle-même.

Le cannabis en tant qu'intervention médicale

Dans la plupart des maladies neurodégénératives, l'inflammation se développe comme une réaction locale sous l'action des macrophages dans le système nerveux central. C'est une réponse saine, conçue pour combattre les stimulus néfastes : dans l'idéal, cette réponse rétablit l'intégrité des tissus neuronaux. Sans traitement, la neuro-inflammation peut provoquer l'apparition de troubles du système nerveux, dont des maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer.

Le cannabis est considéré comme l'une des substances anti-inflammatoires les plus vieilles, puissantes, sûres et économiques. Il contient des ingrédients actifs nommés cannabinoïdes, et ceux-ci semblent promouvoir le développement de nouveaux chemins neuronaux parmi les neurones endommagés ou vieillissants.

Les données scientifiques derrière l'action anti-inflammatoire du cannabis

En plus de l'inflammation, le stress oxydant, l'excitotoxicité, les dysfonctionnements mitochondriaux et intracellulaires ainsi que le support trophique réduit entrent en jeu et compliquent en aggravant les dégâts des troubles neurologiques. Des études sur le sujet suggèrent fortement que la présence de THC et de CBD dans le cannabis réduit ces symptômes. Le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (Cannabidiol) ont prouvé leur action positive sur le système endocannabinoïde, composé de lipides neuromodulateurs et de leurs récepteurs. Les cannabinoïdes semblent non seulement diminuer l'inflammation, mais également agir en tant qu'antioxydants, ce qui élimine les cellules endommagées et démarre la production de nouvelles cellules. Les cannabinoïdes aident à améliorer la mitochondrie, ce qui entraîne une amélioration des fonctions cellulaires. Dans une expérience, réalisée sur des souris, il a été montré que les sujets affichaient des amélioration de la mémoire et de la reconnaissance, deux des problèmes majeurs chez les patients atteints par la maladie d'Alzheimer.

Implications de la consommation de cannabis

Les implications des recherches sur le cannabis sont monumentales pour les millions de personnes susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer. Rien qu'aux États-Unis, plus de 5 millions de personnes vivent avec la maladie, et environ un demi million de personnes meurent chaque année à cause de la maladie. Actuellement, le gouvernement américain dépense environ 203 milliards de dollars pour les traitements de cette maladie en 2013, et on estime qu'elle pourrait coûter 20.000 milliards de dollars sur les 40 prochaines années. Ceci ne prend pas en compte les soins assurés directement par les familles dont un membre est affecté par la maladie.

Avec le cannabis, il est possible que l'argent dépensé pour la maladie d'Alzheimer puisse être libéré et réaffecté vers d'autres besoins urgents. Au-delà de ces considérations financières, le cannabis pourrait bien créer la possibilité pour les personnes âgées et leur famille d’échapper à la maladie et à l'angoisse qui l'accompagne. Le vieux proverbe conseillant de manger une pomme par jour pourrait bien se transformer en : « Une bouffée par jour éloigne la démence » après cette étude du Professeur Wenk.

comments powered by Disqus