Le Cannabis Montre Un Grand Potentiel Dans La Prévention De La Maladie D’Alzheimer.

Publié le :
Catégories : BlogCannabis médicalScience

Le Cannabis Montre Un Grand Potentiel Dans La Prévention De La Maladie D’Alzheimer.

Une étude révolutionnaire montre que le THC pourrait jouer un rôle clé dans l’élimination d’une protéine toxique et réduire les inflammations neuronales causées par la maladie d’Alzheimer.

Une équipe de chercheurs à récemment trouvé la preuve que les cannabinoïdes peuvent réduire les inflammation des cellules neurones et la quantité d’une protéine toxique généré dans le cerveau humain par la maladie d’ Alzheimer. Cet état pathologique est la forme la plus commune de démence et s’aggrave avec le temps. Elle touche le cerveau causant des pertes de mémoires, des difficultés pour parler et comprendre. Dans le monde entier, 44 million de personnes ont la maladie d’Alzheimer ou une forme apparentée de démence. Seul 25% de ces personnes ont été diagnostiqué, bien que ce soit une cause principale de mortalité. Les patients atteints d’Alzheimer devraient tripler durant les 50 prochaines années.

D’autres études durant les 10 dernières années offrent des preuves que le THC et le CBD peuvent agir comme des neuroprotecteurs contre les symptômes d’Alzheimer et d’autres maladies neurologiques. Cette recherche récente se concentre sur le THC et est la première étude de laboratoire à démontrer que les cannabinoïdes peuvent réduire les inflammations et l’accumulation des composés toxiques dans les cellules nerveuses humaines.

LE THC POURRAIT GAGNER LA BATAILLE CONTRE LE BÊTA-AMYLOÏDE

Des scientifiques du Salk Institute for Biological Studies, basé en Californie, ont publié en Juin 2016 une étude préliminaire appelée “La protéo-toxicité de l’Amyloïde engendre une réaction inflammatoire bloquée par des cannabinoïdes”. L’équille de recherche du Salk Institute conduisent ces études sur des neurones cultivés en laboratoire. Les résultats ont montré que le THC supprime la protéine toxique bêta-amyloïde, qui se forment sur les cellules neuronales quand elle sont attaquées par la maladie d’Alzheimer.

La buta-amyloïde est l’un des principaux composants de la plaque qui commence à s’accumuler dans les cellules de cerveaux vieillissants, avant même que les symptômes de la maladie d’Alzheimer ne se manifestent. L’inflammation des cellules du cerveau est une cause majeure des dommages importants causés par la maladie d’Alzheimer aux personnes âgées.

Des hauts taux de buta-amyloïde sont associés à une inflammation cellulaire et à la mort des neurones. Les plaques qui se sont formées sur les cellules du cerveau avec cette protéine toxique interfèrent avec la communication normale entre les neurones, causant ainsi une démence constamment croissante. Toutes les recherches récentes ont découvert que le système endocannabinoïde joue aussi un rôle sous la forme d’une réponse neuronale face au vieillissement naturel ou induit des cellules.

COMPRENDRE L’ACTION DES CANNABINOIDES CONTRE LES MALADIES NEUROLOGIQUES

Le rôle de la bêta-amyloïde dans la maladie d’Alzheimer n’est pas tout à fait clair. En revanche, ce qui est évident c’est que les cellules des récepteurs nerveux du cerveau sont aussi activées par les cannabinoïdes, qui peuvent déclencher, ou inhiber, des réactions défensives biochimiques. En essayant de comprendre les mécanismes de la bêta-amyloïde, des scientifiques du Salk Institute sont allés plus loin que les précédentes recherches puisqu’ils ont modifié des cellules neuronales humaines pour stimuler la production de cette protéine. Après cela, ils ont inoculé du THC de cannabis aux cellules malades dans le but de vérifier une éventuelle variation des taux de bêta-amyloïde. Ce qui a eu pour résultat de diminuer drastiquement les valeurs de cette protéine toxique après l’administration du Tetrahydrocannabinol, tandis que la réaction inflammatoire cellulaire causée par cette protéine avait totalement disparu. Les cellules cérébrales humaines cultivées en laboratoire et utilisées dans cette expérience ont pu survivre par la suite.

Il n’y a aucun médicaments traditionnels pouvant inhiber efficacement la mort cellulaire associée aux maladies d’Alzheimer, Parkinson ou Huntington. C’est aussi la raison pour laquelle durant les dernières années, le système endocannabinoïde est devenu la nouvelle cible pour une nouvelle approche thérapeutique afin de traiter ces maladies. Cette dernière recherche de Salk Institute est toujours à un stade précoce en revanche. Comme beaucoup d’études concernant le cannabis en médecine, la prochaine tache difficile sera de vérifier ces résultats de laboratoires encourageant sur de vraies personnes lors d’une étude clinique. En tout cas, ces résultats encouragent aussi plus d’études sur les actions neuroprotectives des cannabinoïdes, et peu importe ce qui se passera si et quand elles auront accès au stade clinique, ces nouveaux résultats scientifiques offrent maintenant des indices importants pour de nouvelles thérapies contre certains des pires types de maladies cérébrales.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs