La vérité sur le Kratom

Publié le :
Catégories : BlogHerbe et graines

La vérité sur le Kratom

Le kratom est une plante originaire des forêts de Thaïlande qui possède de nombreuses applications pratiques.

Lisez cet article pour découvrir comment cette plante innocente est l'objet d'un malentendu, à cause de rapports de faible qualité et d'une volonté d'effrayer le public.

Le kratom est une plante naturelle originaire de Thaïlande qui offre une alternative à la médecine grand public, en offrant un soulagement face à la douleur et une aide pour combattre l'addiction et la dépression. Elle n'est que peu représenté dans les médias occidentaux, peu de gens en ont entendu parler, et ceux qui ont entendu son nom ont tendance à penser que c'est une drogue comme la cocaïne ou l'héroïne. Cependant, c'est totalement faux. Des années de rapports mal-informés, et des rumeurs constantes ont créé une connotation négative pour la kratom, alors que ce n'est en fait qu'un remède naturel utilisé comme médicament traditionnel depuis des milliers d'années, depuis l'aube de la civilisation humaine.

Le kratom n'est pas un opiacé.

Des milliers de personnes considèrent le kratom comme une « drogue légale », ou alternative aux drogues dures qui ne peuvent pas être obtenues légalement. Cependant, les différences sont distinctes : l'héroïne et les autres drogues similaires sont des opiacés. Le kratom n'en est pas un, même si ses résultats sont assez similaires. Le kratom contient des alcaloïdes, une forme de composé azoté qui peut produire un effet apaisant, et ces alcaloïdes se lient aux mêmes récepteurs que les opiacés. La différence entre le kratom et l'héroïne est très simple : le kratom n'interagit qu'avec un groupe limité de récepteurs, et il n'engendre pas la même dépendance que provoque l'héroïne. Il peut produit des résultats réels, mesurables, comme traitement contre la dépression et la douleur, sans comporter le risque de dépendance qui est inhérent aux opiacés.

Le kratom est utilisé pour traiter l'addiction aux drogues.

Même si beaucoup de gens le considèrent comme une drogue légale, au moins autant de personnes traitent leurs addictions aux drogues à l'aide du kratom. Les symptômes de manque d'une drogue sont provoqués par un besoin physiologique de cette drogue, causé par la relation que les opiacés constituent avec les récepteurs. Quand ces récepteurs ne reçoivent plus d'opiacés, les symptômes se font sentir. Le kratom apaise les récepteurs et leur apporte le même soulagement qu'apporterait un opiacé, avec cependant des qualités guérisseuses : avec le temps, le kratom supprime le besoin d'opiacés chez les récepteurs, ce qui guérit de l'addiction. Ce n'est pas qu'une rumeur : des institutions majeures l'affirment, comme l'Institute of Thai Traditional Medicine et l'émission de télévisions du Dr Oz.

Le kratom n'est pas addictif physiologiquement

L'addiction existe sous deux formes : physiologique et psychologique. L'addiction physiologique est une addiction physique : c'est un changement des cellules de l'organisme qui deviennent dépendantes de la drogue. Sans elle, les cellules commencent à mourir. Ceci provoque les graves symptômes de manque et le delirium tremens associés au manque de drogue.
Cependant, il existe une deuxième forme d'addiction : l'addiction psychologique. Elle est provoquée par les personnalités dépendantes, qui sont plus sujettes à l'addiction. Pour ce genre de personnes, les médicaments engendrant une accoutumance devraient être évités en raison des risques. Les seuls traitements pour une addiction psychologique sont des méthodes thérapeutiques aidant le patient à dépasses son besoin imaginaire.

Le kratom n'engendre pas de dépendance physique, le corps n'aurait pas de problèmes si le consommateur stoppe sa consommation et ne la reprend jamais. Il n'y aurait pas de symptômes de manque, aucun signe même d'une consommation antérieur. Cependant, le kratom peut entraîner une accoutumance, une habitude : pour ceux qui souffrent de dépression, le kratom offre un soulagement instantané, intense, produisant des sensations de bonheur. Avec un tel soulagement, la consommation de kratom peut être difficile à arrêter. Cependant, le kratom ne devrait être consommé qu'occasionnellement et de manière responsable, et non comme un remède : la vraie cause de la dépression doit toujours être traitée afin que le problème puisse être résolu définitivement.
Les rapports de dépendance au kratom sont très rares, et ils résultent souvent d'une consommation trop élevée sur de très longues périodes de temps.

Le kratom peut être utilisé comme traitement contre l'insomnie

De nos jours, l'insomnie est un problème courant : le rythme soutenu et le stress de nos vies empêche de nombreuses personnes d'éteindre leur cerveau quand l'heure de dormir est venu. Les somnifères peuvent aider, mais leurs résultats sont souvent peu efficaces. De plus, ils provoquent une forte accoutumance, ce qui provoque un risque d'en être dépendant pour pouvoir dormir.

Le kratom possède un effet sédatif qui peut aider à se détendre et à s'endormir. Au contraire d'un somnifère, il ne vous assomme pas : il travaille en combinaison avec les fonctions naturelles du corps pour réduire les niveaux de stress, ce qui provoque la libération de cortisone et vous apaise. Consommer du kratom en espérant être assommé ne peut qu'être décevant, il ne devrait être utilisé que pour s'endormir naturellement.
Il vaut mieux ne consommer du kratom que lorsque c'est nécessaire, car le corps peut s'y accoutumer, réduisant ainsi l'efficacité des composants. La prochaine fois que vous avez du mal à vous endormir, après une longue semaine de travail par exemple, prenez une dose de kratom environ deux ou trois heures avant de dormir.

Le kratom est absolument sans danger

Des articles sensationnalistes et des journalistes n'ayant rien recherché ont eu pour résultat que de nombreuse personnes pensent que la consommation de kratom est dangereuse. Le kratom est consommé depuis des milliers d'années en Asie du Sud-est, et si ce n'est pas suffisant comme preuve, des études ont montré que la consommation de kratom n'est pas toxique pour le foie et n'entraîne aucun empoisonnement.

Ce n'est pas qu'il est impossible de faire une overdose de kratom, mais ce serait très difficile et il faudrait le faire volontairement, il est possible de faire une overdose de presque tout. Mais même en cas d'overdose, le pire qui peut arriver est un étourdissement, de possibles nausées, et un endormissement. Aucun décès n'a jamais été lié au kratom.

Le kratom est légal presque partout dans le monde

Même s'il est lié d'une certaine manière aux opiacés, vous voyez maintenant clairement que le kratom n'est pas le nouvel opium, et qu'il ne doit pas être craint. Même si le kratom a de légers effets psychoactifs, en faire un opiacé dangereux ne fait qu'empêcher la recherche scientifique et la consommation bénéfique qui pourraient aider des patients. La prochaine fois que vous entendez parler du kratom, recherchez par vous-même avant de croire tout ce que disent les médias. Il vaut toujours mieux être bien informé.

comments powered by Disqus