Étude de l'Université d'Harvard : le cannabis ne provoque pas la schizophrénie

Publié le :
Catégories : BlogCannabis médicalScience

Étude de l'Université d'Harvard : le cannabis ne provoque pas la schizophrénie

Un autre mythe sur le cannabis a été démasqué grâce aux cerveaux de l'Université Harvard. Ils ont découvert que la consommation à long terme de cannabis ne provoque très probablement pas la schizophrénie.

Un autre mythe sur le cannabis a été démasqué grâce aux cerveaux de l'Université Harvard. Ils ont découvert que la consommation à long terme de cannabis ne provoque très probablement pas la schizophrénie.

Avec la vague de réformes se déroulant dans le monde entier, le cannabis se banalise. Particulièrement aux États-Unis, où deux États ont déjà légalisé sa consommation récréative pour les adultes. Ceci a provoqué des inquiétudes sur les effets du cannabis sur les adolescents, car certaines études suggéraient une corrélation entre la consommation de cannabis à l'adolescence et un diagnostic de schizophrénie. Cependant, ces affirmations ont été fortement considérées comme un simple épouvantail agité par les partisans de la prohibition. Ce n'est que récemment qu'une équipe de l'université d'Harvard a enquêté plus profondément pour savoir si le cannabis pouvait réellement provoquer la schizophrénie.

Cette étude cherchait à déterminer si les consommateurs de cannabis développaient des taux de schizophrénie plus élevés que les personnes ne consommant pas la plante.

Les chercheurs ont recruté 282 sujets et les ont divisés en quatre groupes : un groupe de contrôle constitué de personnes n'ayant souffert d'aucun trouble psychologique au cours de toute la vie et n'ayant jamais consommé de cannabis ou d'autres drogues, un groupe de contrôle constitué de personnes n'ayant souffert d'aucun trouble psychologique au cours de leurs vies tout en ayant consommé de façon conséquente du cannabis à l'adolescente, un groupe de patients schizophrènes n'ayant jamais consommé de cannabis ou d'autres drogues et un groupe de patients schizophrènes ayant consommé du cannabis de façon conséquente à l'adolescence, mais pas d'autres drogues.

Des informations sur les membres de la famille de chacun des groupes ont été recueillies et analysées, et ensuite comparées aux sujets du test et aux autres groupes. Suffisamment d'informations ont été recueillies sur la consommation de cannabis, les antécédents familiaux et les schémas du développement de la schizophrénie pour produire un résultat statistiquement significatif. Il a été conclu que c'est la prédisposition génétique familiale qui est susceptible de provoquer la schizophrénie chez les consommateurs de cannabis, et non le cannabis.

Un autre mythe sur le cannabis a été démasqué !