En Hollande, une ville hollandaise veut cultiver elle-même son cannabis

Publié le :
Catégories : Blog

En Hollande, une ville hollandaise veut cultiver elle-même son cannabis

Le problème du cannabis cultivé de manière illicite et étant fourni aux coffeeshops à Eindhoven, aux Pays-Bas, a été réglé de manière simple mais élégante en faisant pousser du cannabis localement.

Le problème du cannabis cultivé de manière illicite et étant fourni aux coffeeshops à Eindhoven, aux Pays-Bas, a été réglé de manière simple mais élégante en faisant pousser du cannabis localement.

Le maire de la ville, Rob van Gijzel, a décrit mercredi dernier dans un communiqué de presse adressé au Premier Ministre hollandais les détails de la décision dans laquelle les autorités judiciaires de la ville ont finalement autorisé la culture surveillée de cannabis.

Dans la déclaration, le maire a souligné la valeur stratégique de la décision, notamment pour contrer les cultivateurs souterrains et illicites de cannabis qui fournissaient de plus en plus les dispensaires de la ville.

Au niveau fédéral, la culture et la vente de cannabis est toujours illégale, mais l'application de la loi est légère et se fait dans une ambiance très détendue.

En plus de progresser vers la décriminalisation du cannabis, les Pays-Bas continuent à tenir une position contre les groupes anti-cannabis, rejetant une loi qui demanderait à tous les citoyens d'enregistrer leurs informations dans une base de données quand ils achèteraient dans un coffeeshop et qui bannirait les non-citoyens de ces coffeeshops.

Bien que la loi soit stricte, son abandon a donné la liberté du contrôle de la culture du cannabis aux villes des Pays-Bas.

Le Premier Ministre, espérant frapper indirectement les opérations illicites de cannabis à grande échelle, s'est adressé aux conseils pour de l'aide sur les opérations à plus petite échelle début Février.

La réponse du maire d'Eindhoven était succincte et bien informée. Il a décrit la haute concentration du crime organisé dans la partie Sud de la ville et les opérations organisées à haut revenu liées au cannabis qui en faisait partie.

Il a décrit les incidents courants impliquant des menaces, de l'intimidation, des fraudes et même de la violence, notant que le problème poussait les patrons des coffeeshops locaux vers des activités criminelles. La politique actuelle sur les coffeeshops est, d'après lui, totalement inefficace.

Gijzel et sa ville vont cultiver et contrôler la culture du cannabis dans leur secteur, espérant pouvoir se battre contre le crime organisé cannabique et aider les patrons des coffeeshops locaux. Son plan est de continuer à cultiver et de chercher la place de la culture contrôlée pendant les 3 ans à venir.

En plus de Gijzel, de nombreux autres officiels de villes hollandaises ont pris la parole et ont donné des solutions pour des opérations à petit échelle, selon Job van de Sande du Ministère de la Justice. Mais la solution finale ne peut que venir dans le futur.

Van de Sande signale aussi que les lois locales d'Eindhoven contredisent les lois fédérales des Pays-Bas, tout comme le cannabis médical de certains États américains contredit les lois fédérales. Bien que l'application des lois par le pouvoir fédéral ait été léger jusqu'à aujourd'hui, la culture du cannabis reste techniquement illégale.

Il rapporte que le maire est toujours en train de prendre sa décision finale.

La culture de cannabis a été et sera toujours la marque de fabrique des Pays-Bas, pour ses citoyens locaux et pour les touristes venus de l'étranger. Ses plus de 670 coffeeshops distribuent du cannabis aux usages récréatifs dans le pays tout entier.

Bien que la possession de cannabis soit toujours illégale pour la loi fédérale aux Pays-Bas, le délit à été décriminalisé depuis un certain temps. En 1976, la possession et la vente de quantités inférieures à 5 grammes n'entraînent que des sanctions légères.

comments powered by Disqus