Les héros méconnus de la recherche psychédélique

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliquesScience

Les héros méconnus de la recherche psychédélique

Jetons un œil sur le monde de la science psychédélique et sur les gens qui travaillent pour faire des thérapies à base de substances psychédéliques une réalité.

Récemment, la recherche sur les bienfaits thérapeutiques potentiels des substances hallucinogènes est repartie. Nous devons remercier Amanda Fielding et la fondation Beckley pour ceci, car ils ont lutté, malgré les nombreux obstacles et difficultés mis sur leur chemin. Sans leurs efforts acharnés, l'idée que des substances comme les champignons et le LSD puissent être non seulement sans danger, mais en plus bénéfiques, ne serait jamais apparue. Nous leur devons beaucoup, alors il est temps de les faire connaître.

Amanda Fielding, Comtesse de Wemyss et March, a une longue relation avec les substances psychédéliques. C'est au cours des années 1960, alors qu'elle avait une vingtaine d'années, qu'elle les a rencontrées et elle a continué à en consommer jusqu'à leur prohibition. « C'était une tragédie […] Ann Shulgin [pionnière des substances psychédéliques et veuve de Alexander Shulgin] est une bonne amie. Elle a dit que le jour où elle a entendu qu'ils ne pourraient plus utiliser de LSD ou de MDMA pour leurs recherches, elle était en larmes à l'idée des pertes pour les patients. Ils connaissaient la réelle valeur de ces substances pour aider à résoudre de nombreux problèmes sinon insolubles. »

Depuis lors, Amanda a travaillé sans relâche pour réparer cette injustice, d'abord en tant qu'artiste, puis ensuite comme caution pour la fondation Beckley. Même si elle n'est pas une scientifique, sa position de Comtesse et sa lignée remontant directement à Charles II lui donnent beaucoup d'influence.

Amanda Feilding

Amanda Feilding

Motivée par l'invention du scanner IRM, Amanda Fielding a fondé la fondation Beckley, un institut scientifique consacré à une meilleure compréhension de ces substances et de la façon dont on pourrait les utiliser au bénéfice de tous, pour réduire les dégâts potentiels. « J'ai exploré ces idées dans l'art, personne ne s'intéresse vraiment à l'art, alors vous pouvez dire ce que vous voulez. Ces nouvelles technologies signifiaient qu'enfin il était possible de mesurer, même approximativement, ce qui se passait dans le cerveau. J'ai réalisé que je pouvais avoir plus d'impact avec la science. »

Constituée d'un petit groupe de scientifiques fortement impliqués, la fondation Beckley est maintenant considérée comme faisant autorité sur les substances psychédéliques et elle travaille régulièrement avec le Professeur David Nutt, l'ancien conseiller pour les drogues du Royaume-Uni, et le Dr Robin Carhart-Harris, qui vient récemment de mener à bien la première cartographie du cerveau sous les effets du LSD.

« Ce sont de grands moments », a déclaré Carhart-Harris. « Nous avons l'impression d'avoir parié sur le bon cheval. Rien de tout ceci n'aurait été possible sans Amanda et la fondation Beckley. Nous allons bientôt commencer une étude clinique utilisant la psilocybine pour traiter la dépression, c'est un moment historique. L'Organisation Mondiale de la Santé estime que la dépression est en train de devenir le principal fléau dans les maladies. Vu l'ampleur du problème, il y a un fort potentiel pour que la psilocybine et peut-être d'autres substances psychédéliques puissent être d'une grande aide. D'autres chercheurs étudient la psilocybine dans le traitement de l'alcoolisme et du tabagisme. Et il y a aussi l'anxiété de la fin de vie, sujet étudié depuis un petit moment. »

Malgré les succès continus de la fondation, Amanda Fielding a hésité à se mettre en avant sur la scène médiatique. C'est en grande partie dû à son manque de crédits scientifiques, et à son inquiétude de donner à la fondation l'image d'une lubie d'aristocratique hippie. Si vous voulez connaître notre avis, nous pensons qu'elle n'a pas à s'inquiéter. Les choses sont en marche et la recherche scientifique qu'elle a aidé à rendre possible provoque de nouvelles expériences scientifiques intéressantes dans le monde entier.

Amanda Fielding est la sainte patronne de la recherche psychédélique moderne et nous lui devons beaucoup. Sans elle et les scientifiques de la fondation Beckley, le champ scientifique de la recherche psychédélique ne serait rien de ce qu'il est de nos jours. Alors bravo à eux !

Vous pouvez consulter l'article complet présentant la vie et l’œuvre d'Amanda Fielding ici, sur le site du journal The Guardian.