La Ville Nord-Allemande De Brême Assouplit Ses Lois Sur La Culture Privée

Publié le :
Catégories : BlogCannabis médicalLois sur les drogues
Dernière édition :

La Ville Nord-Allemande De Brême Assouplit Ses Lois Sur La Culture Privée

La ville allemande de Brême assouplit ses lois sur la culture privée pour les consommateurs récréatifs - mais une nouvelle réforme est encore loin.

Brême, la ville allemande immortalisé par les frères Grimm, a été à la pointe de la légalisation du cannabis dans le pays depuis plusieurs années. Dirigée par une coalition des soi-disants "Verts et Rouges" - le Parti Vert local et le Parti Social Démocrate (SPD), la ville a à plusieurs reprises (et jusqu'à présent, la plupart du temps sans succès) cherché à libéraliser les lois relatives aux drogues dans la ville. Ce n'est pas, comme le débat l'a été aux États-Unis , pour générer des recettes fiscales énormes, mais plutôt pour mettre fin au marché noir et limiter la quantité d'argent dépensé par la police pour les poursuites des petits revendeurs et les consommateurs occasionnels.

  SPD

L'année dernière, la ville a proposé un projet de modèle où le cannabis serait légalisé et réglementé, à la Amsterdam. Cette proposition, cependant, a été abattu par l'Institut Fédéral des Produits Pharmaceutiques et des Dispositifs Médicaux (BfArM) l'année dernière. Cette année, cependant, la ville a remporté une petite victoire. Les consommateurs récréatifs seront désormais autorisés à cultiver de petites quantités de marijuana pour leur consommation personnelle. Cela représente environ 2-3 plantes.

LA CULTURE CANNABIQUE EN ALLEMAGNE

 

Berlin flag

 

L'«avancée» si l'on peut l'appeler ainsi, est plutôt mineure. Les politiques concernant les drogues en Allemagne (comme la légalisation du cannabis à des fins diverses) se produisent au niveau fédéral. Berlin tente depuis des années, en particulier dans le district bohème de Kreuzberg, de mettre en place des coffeeshops pour limiter le marché noir florissant que la police ne peut pas arrêter. Cependant, comme les Pays-Bas, le pays a une étrange relation avec le cannabis (et le haschich). Il est assez facile d'obtenir quelques grammes de haschich de piètre qualité dans la rue dans presque toutes les villes pour entre 10-20 euros le gramme. Selon l'endroit où vous êtes, la police vous laissera généralement tranquille si vous êtes pris avec moins de cinq (bien qu'à Berlin et maintenant Bremen ce montant est de 15 grammes).

En fait la police, s'est exprimée en particulier à Berlin au sujet de leur frustration concernant les lois fédérales et étatiques, qui sont juste assez strictes pour les forcer à épingler les dealers de bas niveau, mais pas assez strictes pour faire quoi que ce soit. La plupart des dealers sont, au mieux, gardés derrière les barreaux pendant 24-48 heures, puis relachés dans les rues où ils retournent vendre.

Pourtant, le gouvernement fédéral refuse toujours de légaliser l'usage récréatif. Et cela signifie que, malgré la présence de magasins headshops dans chaque ville allemande, l'endroit où vous allez pour acheter le «produit» demeure toujours le marché noir de la rue.

RÉFORME MEDICAL

Cela dit, les Allemands sont clairement à l'avant-garde de la réforme en Europe. L'usage médical est légal ici depuis 2008. La culture à titre privé pour les patients malades qui ne pouvaient pas se permettre d'acheter ni les têtes de qualité médicale ni les substituts pharmaceutiques prescrits par les médecins pour certaines maladies graves (SIDA, troubles du mouvement, dépression et SSPT) a été légalisée en 2014. Et l'année prochaine, selon un projet de loi en instance au Parlement fédéral, le gouvernement prévoit le rééchelonnement de cannabis et l'amélioration de sa couverture par l'assurance maladie. Cela est susceptible de faire légèrement avancer la réforme récréative, mais pas assez rapidement, ni assez considérablement. L'accent, au moins pour le futur immédiat, sera porté sur le coté médical, pas récréatif. Comme Israël avant lui, le gouvernement allemand a également indiqué qu'ils importeront le médicament après son rééchelonnement l'an prochain, et n'organiseront pas d'opérations commerciales à l'échelle nationale pour le cannabis médical au moins jusqu'en 2018.

 

 

Marihuana prescription

Ce qui, pour toutes fins utiles semble indiquer que la réforme récréative, en dépit de sa popularité chez les élus régionaux et les maires urbains, ne se produira pas avant au moins trois à quatre ans.

QU'EST-CE QUE LES ALLEMANDS VEULENT?

 

German questionmark

 

La réponse à cette question dépend vraiment de à qui vous la posez. Un sondage du gouvernement mené début 2014, pour coïncider avec le début du marché récréatif du Colorado, a affirmé que, bien que la majorité des Allemands approuvaient le cannabis médical, 30% seulement approuvaient l'usage récréatif. Ce nombre a été vivement contestée, ainsi que la validité du scrutin lui-même par la presse et par les organisations de réforme. Le fait établi est que la consommation de cannabis n'est vraiment pas une grosse affaire ici, et la police fait en sorte d'ignorer toutes les infractions, sauf les plus évidentes. Le concept de la guerre contre la drogue, comme il a existé, en particulier aux États-Unis, est complètement étranger. Se faire arrêter en possession de quelques joints par la police était toujours une infraction assez mineure, et durant la dernière décennie, n'entrainait normalement bien sur que la perte de sa consommation. L'idée de risquer des peines d'emprisonnement, sans parler de poursuites fédérales (comme cela est encore le cas aux États-Unis) est inconnue.

De plus, comme il n'y a pas de dépistage des drogues répandue ici, y compris pour l'emploi, l'usage personnel et privé est tout simplement pas un gros soucis. Même si l'on importe quelques grammes par la frontière de la Hollande.

LES ÉLECTIONS FERONT-ELLES UNE DIFFÉRENCE?

La réponse est presque certainement pas. Le grand changement de l'année prochaine, au niveau fédéral, sera que les patients malades seront, pour la première fois, en mesure d'obtenir environ une once (28 grammes) par mois, compensé par un co-paiement (le montant sera déterminé par le type d'assurance qu'ils possède) . Cependant comme la plupart des Allemands possèdent toujours une assurance santé publique, les prix élevés payés pour les importations entraineront le développement de la culture nationale plus rapidement que n'importe quelle réforme dans les autres pays. Et cette culture, au moins d'après les rumeurs qui plannent sur Berlin actuellement, sera axée au moins au début, et certainement pas avant 2018, sur la communauté médicale. La production et les ventes récréatives auront lieu des années après.

Cela dit, les utilisateurs médicaux allemands sont potentiellement la plus grande population de patients de cannabis en Europe. On estime qu'il y aura environ 800.000-1,5 million de patients remplissant les conditions pour obtenir leur médicament après une véritable réforme médicale. La rapiditié à laquelle cela se produira dépend également du fait de savoir si les patients malades peuvent trouver un médecin prescripteur.

Une fois que le culture commerciale nationale aura été mise en place, probablement pas avant 2020, la discussion sur l'utilisation récréative sera de retour au menu.

Cela dit, ce qui est très susceptible de se produire après l'année prochaine est que la police ignorera essentiellement les petites cultures personnelles (à toutes fins), d'une plante qui produit une drogue qui sera considérée comme peu dangereuse et pas très addictive.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs  

Produits connexes