La recherche anti-cannabis est financée par les grands groupes pharmaceutiques

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

La recherche anti-cannabis est financée par les grands groupes pharmaceutiques

Ce n'est plus un secret que les fabricants de médicaments sont les principaux donateurs des mouvements anti-légalisation. Mais il se trouve que des chercheurs anti-cannabis reçoivent également des fonds de ces mêmes compagnies.

Les lois sur les drogues sont toutes en lien avec l'argent. Au final, toutes les lois ne font que protéger le fonds de commerce d'une entreprise. Voilà pourquoi si ce n'est pas une surprise de découvrir que les compagnies pharmaceutiques s'assurent que les choses n'évoluent pas, à tous les prix. Grâce au travail de recherche et de détective de l'équipe de VICE, des liens importants et accusateurs ont été découverts entre des chercheurs anti-cannabis influents et leurs maîtres des compagnies pharmaceutiques.

Qui tire les ficelles : les académiciens qui pointent chez les compagnies pharmaceutiques

L'un de ces chercheurs est le Dr Herbert Kleber, l'une des voix les plus fortes contre la légalisation. Kleber, universitaire de l'Université Colombia, est très fortement considéré par ses pairs et il travaille pour faire avancer la science sans préjugés. Ou plutôt, c'est ce qu'il devrait faire, non ? Il se trouve qu'il reçoit de l'argent de beaucoup de grands groupes pharmaceutiques en tant que consultant, dont Purdue Pharma, Reckitt Benckiser, et Alkermes. Il est donc possible que ses opinions sur le sujets ne sont pas fondées sur le meilleur intérêt du patient, au contraire de ce qu'il nous a fait croire.

Ce qui est inquiétant, c'est que son combat anti-cannabis soit cité par les médias et même les institutions gouvernementales comme autant de raison non-faussées et fiables contre la légalisation du cannabis. Un bon exemple du pouvoir que possèdent les grandes entreprises. Quand il s'agit de protéger son commerce, les conflits d'intérêt importent peu.

Kleber n'est pas le seul universitaire dont les motifs sont discutables. Deux professionnels de santé très influents, tous deux membres de la Harvard Medical School, et tous deux membres du comité d'administration du groupe anti-cannabis « Project SAM », ont également des liens financiers étroits avec l'industrie pharmaceutique. Le Dr A. Eden Elvins et le Dr Mark L. Kraus sont très écoutés dans leur combat contre la légalisation du cannabis et sont, encore une fois, pris comme un avis impartial sur le sujet par le gouvernement et les médias, malgré leurs liens à de nombreux groupes pharmaceutiques.

Le Cannabis réduit les décès et ne les augmente pas

Le fait est que même si ces universitaires assassinent le cannabis médical en faveur des médicaments anti-douleur opiacés, comme nous l'avons expliqué récemment dans l'un de nos articles de blog, les anti-douleur prescrits légalement tuent quatre fois plus de monde que les drogues illégales combinées ! Aucune mort directement liée à la consommation du cannabis n'a jamais été rapportée et la légalisation du cannabis médical est en réalité en train de diminuer la prévalence des overdoses aux médicaments. On se demande vraiment comment tous ces universitaires justifient leurs arguments.

L'autre côté de la barrière

Il serait hypocrite de notre part de critiquer de tels universitaires sans jeter un œil de l'autre côté de la barrière. Il est vrai que les groupes défendant le cannabis mènent leurs propres recherches, et qu'il faut prendre en compte leurs potentielles prédispositions favorables. Cependant, nous aimons à penser que ces recherches sont basées sur les besoins du patient plutôt que sur la rentabilité, car la plupart des groupes pro-cannabis sont des organisations à but non-lucratif qui n'ont que peu de gains financiers à réaliser en cas de légalisation : leurs recherches ne sont donc en général pas faussées.

Ce qui est important, c'est que la plupart des recherches sur le cannabis trouvent des résultats sûrs et bénéfiques et que la vaste majorité de ces recherches vient de sources impartiales et objectives qui ne sont pas liées à un côté ou l'autre du combat de la légalisation. La vague s'est retournée contre les anti-légalisation et tout ce qu'ils font provoque uniquement plus de souffrances en empêchant l'accès au cannabis pour ceux qui en ont besoin.

En lire plus sur Les opposants à la légalisation