La MDA a été approuvée pour un essai clinique

Publié le :
Catégories : BlogScience

La MDA a été approuvée pour un essai clinique

La DEA donne le feu vert à la MDMA pour des essais cliniques dans le traitement de l'anxiété.

Dans un autre grand bond en avant, MAPS vient d'obtenir l'approbation de la DEA pour l'utilisation de la MDMA dans un essai clinique pour traiter l'anxiété provoquée par des maladies en phase terminale.

Quand on parle de MDMA, la plupart des personnes pensent à une drogue de soirée que l'on retrouve dans des festivals du monde entier et qui est vendue par des dealers louches, à cause de son statut illicite. Cependant, les sensation d'euphorie et d'empathie que cette substance provoque lui donne une application plus que récréative et de nombreuses personnes pensent à présent que la MDMA peut être utilisée avec succès dans le cadre d'une thérapie.

C'est la Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies (MAPS), qui ouvre actuellement le chemin. Jusqu'à aujourd'hui, ils ont mené six expériences sur les applications thérapeutiques de la MDMA, avec différents types d'applications, comme le traitement du SSPT et la formation de thérapeutes pour utiliser la MDMA dans le cadre d'une thérapie. Ils envisagent maintenant de mener des essais cliniques sur l'utilisation de la MDMA dans le traitement de l'anxiété provoqué par des maladies terminales et ils viennent juste d'obtenir l'autorisation de la DEA pour le faire. De plus, si les essais sont réussis, ils auront alors de forts arguments pour soutenir la légalisation thérapeutique de la MDMA à la FDA, ce qui pourrait faire de la MDMA une substance de traitement répandue dès 2017.

C'est un grand pas en avant pour enfin arriver au point où la MDMA peut avoir une utilisation vraiment bonne, et cela souligne des objectifs clairs pour son implémentation potentielle en tant que remède reconnu.

L'ESSAI CLINIQUE

L'essai clinique en lui-même sera menée avec 18 participants tous atteints de maladie à un stade terminal, qui ont une espérance de vie de moins de neuf mois et qui ont développé un état d'anxiété lié à leur maladie. Cinq de ces sujets recevront au hasard un placebo, alors que le reste recevra une dose de 125mg de MDMA, en combinaison avec une psychothérapie. Et nous parlons ici de MDMA pure de laboratoire, pas le genre de produit coupé que l'on peut acheter dans la rue et qui ne contient souvent même pas de MDMA ! Pour être équitable (et faire preuve de compassion), les participants ayant reçu le placebo recevront également de la MDMA durant la deuxième étape de l'essai clinique.

UTILISER LE POUVOIR DE L'ANXIÉTÉ

Une des plus grandes critiques face à l'utilisation de la MDMA comme traitement contre l'anxiété est que la MDMA est connue pour potentiellement provoquer de l'anxiété, surtout avec des doses particulièrement fortes. Cependant, selon Brad Burge, directeur de la communication pour MAPS, tout est question d'intensité et de cadre. « Ce n'est pas tant de l'anxiété que la MDMA produit que de l'excitation. Quand cette excitation est ressentie dans une situation peu sûre, comme en dehors d'une thérapie, ou dans un cadre récréatif, elle peut être ressentie comme de l'anxiété. Mais dans le contexte d'une psychothérapie, cette excitation peut être ressentie sous forme de peur mais aussi d'enthousiasme et de tension, associés à la MDMA. Donc cette anxiété peut être utilisée de manière productive pour aider au processus thérapeutique. »

Bien entendu, pour de nombreuses personnes, aucune anxiété n'est ressentie, ou du moins ce qui est ressenti n'est pas considéré comme de l'anxiété. Les sensations d'empathie et d'allégresse peuvent être un bon moyen de brises des schémas de pensée négatifs (dans le cadre d'un processus guidé) et aider les personnes à mieux se comprendre ainsi qu'à accepter leur situation. Nous souhaitons à MAPS une belle réussite dans ce qu'ils entreprennent.