Blog
L’immigration Mexicaine & Entraîné La Prohibition Du Cannabis
6 min

Voici Comment L’Immigration Mexicaine A Influencé La Prohibition Du Cannabis Aux États-Unis

6 min
Éditoriaux News

Nous examinons les principales raisons de la guerre contre l’herbe aux États-Unis qui a duré un siècle. Et non, on ne parle pas de Harry Anslinger.

Bienvenue dans les Éditoriaux de Zamnesia, où notre auteur, Steven, partage son opinion sur tout ce qui tourne autour de l’industrie du cannabis, du CBD et des smartshop. Rappelez-vous que toutes les opinions exprimées dans ces articles sont celles de l’auteur et ne correspondent pas nécessairement aux opinions de Zamnesia en tant qu’entreprise. Pour partager vos opinions avec notre auteur et notre équipe, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Lorsque nous parlons des origines de la prohibition du cannabis, le grand public a appris à croire que le cannabis est illégal parce qu’il est dangereux. Ceux d’entre nous qui font des recherches sur la prohibition du cannabis en apprennent un peu plus sur Harry Anslinger et sa tristement célèbre guerre contre l’herbe.

Dans cet article, cependant, je vais faire la lumière sur une autre importante raison derrière la prohibition du cannabis qui est apparue bien avant qu’Anslinger ne prenne les rênes du Federal Bureau of Narcotics, à savoir l’immigration mexicaine.

La Légalité Du Cannabis Au Début Du Xxe Siècle

La Légalité Du Cannabis Au Début Du XXE Siècle

Avant d’aller plus loin, permettez-moi de résumer la légalité du cannabis aux États-Unis au début des années 1900.

Jusqu’en 1937, le cannabis était distribué par les pharmacies partout aux États-Unis. En fait, les teintures de cannabis sont apparues dans la US Pharmacopoeia (USP)[1] jusqu’en 1942. Pendant cette période, les teintures de cannabis étaient vendues principalement comme narcotiques et sédatifs. Elles étaient prescrites pour toutes sortes de symptômes, allant du délire et de l’agitation aux douleurs gastriques, aux irrégularités menstruelles et même à la méningite.

Toutefois, l’usage du cannabis sur l’ensemble des États-Unis a commencé à être beaucoup plus restreint à partir de 1906 environ. En 1936, Reefer Madness est apparu sur grands écrans, et en 1937, le Marihuana Tax Act imposait une taxe exorbitante sur la possession, la culture et la consommation de cannabis, ce qui la rendait pratiquement illégale pour quiconque sauf les personnes extrêmement riches.

Heureusement, la Marihuana Tax Act fut votée comme inconstitutionnelle par le Congrès américain en 1969 à la suite de l’affaire Leary Vs United States. Le psychologue Timothy Leary a contesté l’acte après avoir été poursuivi pour possession de cannabis, argumentant que l’acte nécessitait une auto-incrimination, ce qui violait le 5ᵉ amendement de la Constitution américaine. Leary a gagné l’affaire et la Marihuana Tax Act fut déclarée inconstitutionnelle.

Articles liés

L'Échec De La Guerre Contre Les Drogues - Un Résumé

Un an plus tard, toutefois, le Congrès adopta la Controlled Substance Act, qui inscrivait le cannabis à l’annexe 1 comme substance dangereuse, présentant un risque élevé d’abus et pas accepté à des fins médicales.

Acapulco Gold : Comment L’Immigration Mexicaine A Conduit À La Prohibition Du Cannabis

Acapulco Gold : Comment L’immigration Mexicaine A Conduit À La Prohibition Du Cannabis

En une trentaine d’années, les États-Unis ont radicalement changé leur position sur le cannabis. Mais qu’est-ce qui a motivé exactement ce changement ?

Si vous lisez ceci, je suppose que vous connaissez déjà certaines des différentes réponses à cette question. Mais aujourd’hui, je ne parlerai pas de Harry Anslinger et de son travail au Federal Bureau of Narcotics.

Pendant la guerre civile mexicaine (1910–1920), les États-Unis ont connu un afflux massif d’immigrés mexicains fuyant l’agitation de leur pays. Ces gens ont apporté avec eux leur langue et leurs coutumes, ainsi qu’un petit quelque chose appelé « marihuana ».

Aujourd’hui, beaucoup de ressources en ligne suggèrent que ces immigrés ont initié les américains à l’usage récréatif du cannabis. Mais c’est entièrement faux. Le haschisch était fumé dans les salons de toutes les grandes villes des États-Unis à la fin du XIXe siècle. En fait, dans son célèbre livre The Emperor Wears No Clothes, Jack Herer affirme qu’il y avait plus de 500 salons de haschich à NYC dans les années 1880, selon The Police Gazette.

Ce que les immigrés mexicains ont apporté avec eux, cependant, c’est le mot « marihuana ». Les américains ne connaissaient pas le cannabis sous ce nom, et les prohibitionnistes ont sauté sur l’occasion pour l’utiliser à leur avantage. Le fait d’appeler le cannabis « marihuana » donnait cette impression d’être exotique et effrayant, et aidait à garder les américains dans l’ignorance du fait qu’ils consommaient eux-mêmes de la « marihuana » depuis longtemps, tant à des fins médicales que récréatives.

Au lieu de cela, le gouvernement américain a réussi à diaboliser le cannabis (ou la marihuana) comme une substance étrange que les mexicains apportaient avec eux et qui rendait fou.

La diabolisation de la plante de cannabis était une extension de la diabolisation des immigrés mexicains

« La diabolisation de la plante de cannabis était une extension de la diabolisation des immigrés mexicains », écrit le Dr Malik Burnett et Amanda Reiman pour DrugPolicy.org. Et ils ont vu juste ; pour les personnes régissant la prohibition du cannabis, le mot « marihuana » a contribué à transformer le cannabis en quelque chose d’étranger et de menaçant.

Des décennies plus tôt, quelque chose de semblable s’est produit en Californie lorsque San Francisco a interdit l’opium dans ce que les historiens appellent parfois la première véritable loi américaine sur la drogue. Après un afflux massif d’immigrés chinois à San Francisco entre 1870 et 1880, la ville décida soudain d’interdire les fumeries d’opium après avoir commencé à attirer « non seulement les vicieux et les dépravés » mais aussi les jeunes hommes et femmes blancs « de parents respectables... engagés dans des activités respectables dans la ville ».

Articles liés

Top 10 Des Variétés De Cannabis Issues Des États-Unis

Avant cette décision, les fumeries d’opium étaient courantes à San Francisco. Lorsque la population chinoise de la ville a doublé entre 1870 et 1880, tout a changé. Et quelque chose de très similaire s’est produit avec le cannabis.

El Paso, au Texas, est devenue la première ville américaine à interdire le cannabis en 1915. El Paso était l’une des frontières de l’immigration mexicaine après la guerre civile mexicaine. De 1900 à 1920, la population d’El Paso est passée de 15 000 à 77 000 habitants[2]. Des journaux, des écoles et des théâtres en espagnols ont été construits dans la ville, et il y a également eu des conflits violents, alimentés par la guerre de l’autre côté de la frontière.

S’exprimant sur la décision d’interdire le cannabis, le chef adjoint d’El Paso, Stanley Good, a déclaré :

« Une personne sous son influence est dépourvue de peur et aussi insouciante des conséquences que des résultats. Il y a des cas où la victime toxicomane a été mise en prison, mais dans de nombreux cas, les policiers ont été obligés de tuer le démon pour sauver leur propre vie... Un grand pourcentage des crimes commis sont commis par des hommes saturés de drogue... La plupart des mexicains dans cette zone sont accros à cette habitude, et c’est une habitude croissante chez les américains ».

Même Harry Anslinger, l’un des leaders de la prohibition du cannabis, a été crédité de déclarer que la majorité des consommateurs américains de cannabis étaient des « Noirs, des hispaniques, des philippins et des artistes » dont les actions « sataniques » étaient dues à la consommation de cannabis[3].

La Politique Américaine En Matière De Drogue Ne Concerne Pas Que La Drogue

La Politique Américaine En Matière De Drogue Ne Concerne Pas Que La Drogue

Dans cet article, j’ai été très clair : les lois qui interdisent le cannabis n’ont pas été mises en place parce que le cannabis est une menace pour la santé. En fait, ils n’ont même pas été mis en place uniquement parce que Harry Anslinger et le Federal Bureau of Narcotics devaient faire quelque chose. La prohibition du cannabis a été en grande partie motivée par la crainte d’une immigration mexicaine dans les États du Sud et du Sud-Ouest de l’Amérique après la guerre civile mexicaine.

Malheureusement, cette histoire n’est pas nouvelle. J’ai déjà mentionné comment la décision d’interdire l’opium a été motivée par l’immigration chinoise en Californie, et nous pouvons voir des exemples similaires avec d’autres drogues également. Ce que cela nous apprend, c’est que nos gouvernements ne traitent pas la politique antidrogue comme une question de santé, mais comme une question sociopolitique.

Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles. Après tout, les États-Unis sont l’un des principaux pays à changer sa politique en matière de cannabis. Mieux encore, les changements apportés dans des endroits comme le Colorado, Washington, la Californie et le Nevada ont déjà un impact partout dans le monde, notamment au Canada, en Uruguay et au Chili.

Steven Voser

Écrit par: Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant nominé aux Emmy Award avec beaucoup d'expérience. Grâce à sa passion pour le cannabis, il consacre beaucoup de son temps à l'exploration du monde de la weed.

De nos auteurs
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.


Read more about
Éditoriaux News
Recherche par catégories
ou
Rechercher