ICBC Attire Le Canna Business International À Berlin

Publié :
Catégories : Art & CultureBlogCannabisMonde
Dernière édition :

ICBC Berlin


L’ICBC vient juste de tenir sa première conférence business cannabis à Berlin. L’événement a attiré les leaders internationaux du secteur et a marqué la naissance d’une industrie en légalisation en Allemagne.

La Conférence Internationale Cannabis Business a tenu sa première conférence en Allemagne du 10 au 12 avril à Berlin. Des entreprises et leaders du secteur international, ainsi que des Allemands, y ont participé. La conférence très suivie a été un tourbillon de rencontres, de conversations et de sessions d’informations pendant deux jours entiers.

Les participants sont restés nombreux jusqu’à la fin. Beaucoup de personnes ont quitté l’événement en étant encore plus informées sur les prochaines étapes de la réforme dans le pays. Ils sont aussi partis avec les poches pleines de cartes de visite de nouvelles connaissances.

C’EST QUOI L’ICBC ?

Comme les autres conférences de ce secteur, l’ICBC est conçue pour être à la fois des présentations informatives et à la fois une exposition de vendeurs. Les deux aspects n’ont pas déçu. Comme la conférence se tient également aux États-Unis et au Canada, les organisateurs ont également la profondeur, l’étendue et les contacts pour rassembler des personnes venues de tout le domaine.

Mais le plus important à propos de la conférence, c’est que les organisateurs savaient bien que ce marché allait être très différent de nombreuses autres opérations nationales. Pour commencer, l’Allemagne, et la plupart de l’Europe, suit une voie d’abord concentrée sur l’aspect médical. Pour cette raison, il y avait beaucoup de médecins et d’officiels de santé dans le public.

En d’autres termes, l’ICBC essaye de se différencier des autres conférences sur le même thème, surtout de celles tenues par le passé. La légalisation est à présent une toute autre chose. Elle est bien réelle.
Le meilleur moyen de faire avancer cette réforme, c’est de la respecter.

Les organisateurs de la conférence, sans parler des participants, ont montré par leurs paroles et leurs actes qu’ils la respectaient bien.

De quoi mettre la barre très haut. Ce qui a été très apprécié.

CONFÉRENCIERS

Les conférenciers représentaient des personnes parmi les plus intéressantes dans le domaine, venus de tous les pays. Ce qui, par définition incluait également des locaux.

Parmi ceux qui ont pris la parole, il y avait Pierre Debs, le biologiste américain sur les cellules souches qui est devenu la première personne a avoir une autorisation d’import de cannabis médical venu du Canada l’année dernière. Il y a aussi eu des prises de paroles des Dr Eva Milz et Franjo Grotenherman, le « Canna Doc » le plus connu d’Allemagne.

Les tables rondes ont également été très intéressantes. En particulier les discussions sur les réglementations allemandes ainsi que les nouvelles entreprises et business models, qui ont toutes été très captivantes.

Les célébrités à la conférence étaient rares, mais les deux ont une longue histoire dans le mouvement. Le plus improbable, du moins pour les Allemands, était le Parlementaire Républicain Dana Roherbacher. Ce farouche défenseur des droits des états a également mené les efforts américains pour mettre fin à la guerre contre la drogue, depuis de nombreuses années. À Berlin, il a voulu parler de Reagan. Personne n’a été distrait par les politiques de la guerre froide. Au final, le discours de Rohrebacher a été très bien reçu et applaudi.

Tommy Chong, le comédien américain et fumeur de joints légendaire, était aussi présent. Sa session, organisée par Steve Bloom, a été l’occasion de nombreux retours en arrière nostalgiques. Son meilleur conseil pour ceux qui veulent se lancer dans le domaine ? « Soyez comme la plante », a-t-il conseillé. « La voie n’est pas instantanée, mais elle prend du temps. Si vous nourrissez votre entreprise, vous réussirez ».

VENDEURS

Les vendeurs de l’ICBC étaient également intéressant. Il est clair que l’espace d’exposition à la conférence continuera à s’étendre. Mais même cette année, il était impressionnant. Les vendeurs ont présenter surtout une concentration sur les aspects médicaux, même s’ils étaient basés dans des régions avançant vers une réforme complète. Les stands présentaient beaucoup d’échantillons de CBD. Les vendeurs qui ont présenté des essentiels pour la culture ont fait une présentation impressionnante, si ce n’est coûteuse.

Vendeurs ICBC Heliospectra

Du côté du cannabis lui-même, la conférence a été un modèle de responsabilité et de réglementation. Personne n’a « importé » de cannabis au THC pendant la conférence. Sous cet aspect, l’environnement était beaucoup plus professionnel et respectueux des lois locales. La dernière conférence High Times Cup à Amsterdam en 2014 par exemple, était l’opposé complet. Les organisateurs et vendeurs étaient en conflit constant avec les autorités et la police. Cette année, à Berlin, par contraste et avec une organisation différente, l’ICBC semble destinée à prendre le relais.

L’entrée de l’hôtel sentait souvent la beuh fumée, mais personne n’a apporté de sacs pleins de têtes. Il n’y avait aucune présence policière. En fait, la conférence semblait être comme toutes les autres conférences professionnelles.

POURQUOI DEVRAIS-JE Y ALLER ?

Les entreprises dans ce genre d’espace sont enthousiastes à l’idée de promouvoir leur produit. Si vous cherchez à vous lancer dans le domaine comme distributeur, l’ICBC continuera à apporter de bons vendeurs. Mais au-delà, en tant qu’éducateur, médecin ou même patient, la conférence mérite une visite. Il y a peu d’endroits dans le monde, et certainement en Allemagne, où on peut avoir la chance de réellement rencontrer le secteur international.

Les présentations à la conférence étaient également hautement informatives d’un point de vue médical, légal et régulateur. La conclusion ? Si vous voulez en savoir plus sur les cannabinoïdes, prévoyez d’aller à l’ICBC l’année prochaine.

 

         
  Marguerite Arnold  

Écrit par: Marguerite Arnold
Avec des années d’expérience de l’écriture, Marguerite consacre son temps libre à explorer le secteur du cannabis et les développements du mouvement pour la légalisation.

 
 
      De nos auteurs