Auteurs de Zamnesia

Issus de parcours très divers, les auteurs de Zamnesia apportent un mélange éclectique de visions et d'expériences du monde du cannabis, et de la culture drogues en général, à notre site internet.

Ils consacrent leur temps à explorer les profondeurs cachées des substances psychédéliques et les subtilités de tout ce qui est cannabis, en produisant des informations amusantes et informatives à partir de tout ça. Tout ce que vous voyez ici sur le site internet Zamnesia - des articles de blog aux guides et pages d'information, en passant par les descriptions de nos produits - a été créé par eux.

Luke

Luke

Luke est auteur à plein temps pour Zamnesia et son amour des herbes naturelles et des psychédéliques n’a jamais faibli. Ayant grandi dans le sud de l’Angleterre, une fascination pour la vie en plein air a poussé Luke à s’aventurer au cœur d’une forêt locale. C’est là qu’il a passé une grande partie de son enfance, à construire des forts, à disséquer de mystérieux champignons, et à essayer de maîtriser l’art ancestral de l’allumage du feu (en toute sécurité, bien sûr).

Une décennie plus tard, il a quitté la forêt pour le skate park, les parkings de plusieurs étages, et des escaliers à sauter. Le désir d’en apprendre davantage sur le cannabis semblait être un prolongement naturel de la culture skate. Pour lui, faire du skate jusqu’à l’aube était un acte de rébellion, tout comme fumer du cannabis. Les deux allaient de pair, non pas parce que c’était rebelle, mais parce que la société le faisait paraître ainsi. Car voyez-vous, le Royaume-Uni est particulièrement réputé pour son entêtement face à divergentes opinions.

Ignorant de la grande quantité d’informations qui pouvaient être utilisées pour éduquer sa consommation de drogues, on peut dire sans risque de se tromper que les premiers joints qu’il a fumés étaient très douteux ! Lentement mais sûrement, par les rumeurs, le bouche-à-oreille, et les débuts des médias sociaux, il a commencé à comprendre ce que cachait l’interdiction des drogues. Le manque d’informations, tant dans les médias que dans la société, commença à frustrer énormément Luke.

Confronté à peu d’alternatives à l’époque, l’influence de la société moderne a convaincu Luke que la recherche d’un emploi en chemise-cravate était la voie à suivre pour avancer dans la vie. Les années ont passé, et l’effervescence de la gestion d’un magasin étouffa son esprit et fatigua son corps. Toutefois, ce que l’on ne vous dit pas en grandissant, c’est que faire quelque chose parce qu’on vous le demande, et non parce que vous le voulez, n’apporte ni bonheur ni épanouissement. Confronté à la perspective d’un avenir éternel d’esclave en chemise-cravate, Luke s’est tourné vers un secteur plus créatif - l’écriture. Et son sujet-phare, c’est cette plante autrefois diabolisée, le cannabis.

Bien qu’à temps partiel au départ, l’écriture était libératrice. Pouvoir travailler quand on veut, et comme on le veut, n’est pas une mince victoire pour un homme qui faisait des journées de 12 heures, 6 jours par semaine, pour un faible salaire. Comme il s’en doutait depuis le début, le cannabis, c’était bien plus que ça. En voyant les différentes applications du cannabis (incroyables d’après ses expériences), les applications médicinales, les techniques de culture extrêmement variées, et les industries entières consacrées à sa culture, l’étincelle du changement n’avait pas seulement été allumée ; elle avait mis le feu.

Un autre bond dans le temps, et la plupart des gens auront du mal reconnaître dans le Luke de Zamnesia d’aujourd’hui, celui en chemise-cravate d’autrefois. Son esprit a été rempli de légalisation mondiale du cannabis, de méthodes pour prendre sans danger des psychédéliques, de culture bio, de concentrés, de CBD et de système endocannabinoïde, pour ne nommer que quelques sujets. S’il avait su à quel point le cannabis pouvait être polyvalent, plus d’une décennie de sa vie aurait pu être mieux utilisée.

Le désir de Luke d’écrire, quel que soit le sujet, est stimulé par l’objectif d’empêcher les autres de faire les mêmes erreurs. Qu’il s’agisse de cannabis, de crypto-criminalité ou des changements de mode de vie nécessaires pour mener une vie plus saine, l’information est là pour vous permettre de la découvrir. La mission de Luke est de déchiffrer la science et de la présenter d’une manière claire, concise, et agréable à lire.

Le profil professionnel de Luke peut être trouvé sur LinkedIn. Quiconque souhaite découvrir ce psychonaute qui a fait une croix sur la vente en magasin n’a pas besoin de chercher bien loin, car les vieilles habitudes ont la vie dure. Dans ses temps libres, il dissèque de mystérieux champignons dans la forêt et essaie passer des tricks sur les marches, avec plus ou moins de succès.

(Il possède également un prêt bancaire, deux chiens, et un historique de crédit bancaire honorable. Au final toutes les chaînes de la société ne sont pas si faciles à casser).

Georg

Georg

Georg est ce que l’on pourrait appeler un geek de base. Il a grandi à une époque où les gens considérait qu’avoir un « ordinateur personnel » était quelque chose de complétement idiot, et tout ça a peut-être un lien. Avec un bagage de développeur logiciel, toujours intéressé par les ordinateurs et l’idée de « bidouiller » avec un fer à souder (et non, les chats et l’électronique ne font PAS bon ménage), il s’est découvert une passion pour la culture du cannabis en déménageant vers le Sud de l’Espagne.

Georg a d’abord commencé à cultiver dans une serre se trouvant sur son balcon, mais il s’est vite rendu compte que cultiver une bonne weed demandait un peu plus que seulement déposer de bonnes graines dans un pot. Particulièrement en Espagne, là où la folie des chaleurs estivales peut parfois transformer la culture en défi. Rien de surprenant dans le fait que sa première culture fut un échec. Ou pour être plus précis, c’était une énorme blague, car sa première auto a fleuri aux alentours de 1 cm de hauteur. C’est alors qu’il commença à s’intéresser à l’aspect technique derrière la culture, il apprit au sujet des nutriments, des parasites et maladies du cannabis, de l’hydroponie, des substrats, de la construction de lampes de culture et bien plus encore. Georg a d’ores et déjà passé des années à rédiger du contenu destiné à être publié en ligne dans bien d’autres domaines, et aujourd’hui, il est plus qu’heureux d’apporter sa contribution en tant que rédacteur sur le cannabis, comment le cultiver et sur la culture qui l’entoure.

Le point de vue de Georg sur les lois concernant le cannabis

L’Espagne a une scène cannabique très active. Les gens disent que l’Espagne peut se comparer à Amsterdam en matière de culture de cannabis, et ce n’est pas faux. Les amoureux du cannabis pensent souvent à nos « cannabis club » lorsqu’on leur dit Espagne, et c’est vrai que les gens du coin aiment fumer, et ils le font bien souvent en public et encore plus en privé. Il y a un tas de magasins de culture en Espagne, où vous pourrez trouver les dernières graines et tout ce qu’il vous faut pour cultiver. Tout cela pourrait vous faire croire que l’Espagne est le paradis des amoureux du cannabis.

Mais les lois concernant le cannabis en Espagne laissent toujours beaucoup à désirer. Tout comme pour d’autres pays, y compris la Hollande, la consommation de weed (et avec un peu de chance la culture de quelques pieds) est « décriminalisée », ce qui signifie qu’elle est tolérée mais techniquement toujours illégale aux yeux de la loi. Le fait que ces lois en Espagne changent parfois d’un mois à l’autre et sont vagues dans le message qu’elle diffuse n’aide clairement pas les défenseurs du cannabis.

Par exemple, certaines personnes considèrent qu’il y a un certain nombre de plants que l’on peut « légalement » cultiver chez soi en Espagne, mais c’est en fait un mythe. La réalité c’est que les autorités auront plus de chance de détourner le regard en ne voyant que quelques plants. Mais légalement, vous faites quand même quelque chose d’illégal. Et même si une petite culture ne présente presque aucun risque, la situation n’est pas optimale pour les amateurs de cannabis.

Ce que l’on demande pour l’Espagne, c’est peu de choses, la même chose que dans de nombreux pays d’Europe et du monde : des lois claires, qui définissent ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. Plutôt que de vagues mots qui peuvent être interprétés d’un tas de manières, pourquoi ne pas dire qu’un certain nombre faible nombre de pied de cannabis peut être cultivé dans le cadre privé de manière légale ? « Légale » dans le sens « Oui, pas de soucis, faites-le sans vous inquiéter, sans jamais vous inquiéter ». Ce serait un soulagement énorme pour ceux qui cultivent leurs plantes en Espagne.

Sherry

Sherry

Née et ayant grandi sur la Côte Est américaine, Sherry est une de nos auteurs à temps partiel et aime cultiver toutes sortes de plantes, en particulier le cannabis. Elle préfère la terre à l'hydro, l'intérieur à l'extérieur et vient juste de se lancer dans les techniques de culture bio. Si elle arrive à s'éloigner assez longtemps de son ordinateur portable, un élevage de lombrics est sur sa liste de tâches à faire, juste après avoir perfectionné sa recette de super terreau.

Quand elle n'est pas en train d'essayer de nouvelles méthodes de cultiver du cannabis, Sherry travaille ses compétences en extraction. QWISO ? C'est bon ! Teintures ? C'est en cours ! Sacs à bubble hasch ? Achetés, mais pas encore essayés. BHO ? Elle rassemble son courage...

Sherry surveille les milieux européens et américains pour l'apparition de nouvelles variétés prometteuses, mais vous ne la trouverez pas à Amsterdam, ni même en Californie – sa famille, la vie à la ferme, 16 chiens et une collection d'autres animaux, sauvages comme apprivoisés, la retiennent fermement en place. Elle a même traité un de ses chiens préférés avec du CBD et des huiles de cannabis quand il a eu un cancer. Pauvre bête !

Auteur indépendante, Sherry a écrit sur tous les sujets, du contrôle des nuisibles à l'astrologie, mais dernièrement elle se spécialise sur le marché du cannabis, un sujet qui la passionne. Elle réalise non seulement beaucoup de recherches dans le domaine, mais elle met également ses connaissances étendues en application en essayant de mettre en pratique autant que possible ce qu'elle lit. Parfois, ses expériences fonctionnent même comme elle s'y attend. Et c'est encore mieux pour ses lecteurs quand les choses tournent mal ; les nouvelles astuces et même les échecs lui donnent quelque chose de neuf et frais à ajouter dans son travail pour Zamnesia.

Sherry est aussi une développeuse système, toujours esclave du monde de l'entreprise. Cette activité, combinée à l'écriture, ne lui laisse pas le temps de créer son propre site web ou de passer trop de temps sur les réseaux sociaux. Alors, ni Facebook ni Twitter pour elle. Peut-être… un jour… une fois que l'élevage de lombrics sera fonctionnel ! En attendant, cela signifie juste qu'elle peut se consacrer à l'écriture d'articles informatifs pour que tout ce savoir devienne le vôtre.

Luke S

Luke S

Luke S travaille en tant que rédacteur professionnel depuis plus de 5 ans pour de nombreux médias et entreprises. Rédigeant au départ dans les domaines de la santé, du fitness et du style de vie, il possède également une vaste expérience en matière de rédaction de revues de produits et dans la communication évènementielle. La majorité de la carrière de rédacteur de Luke a tourné autour de la science derrière le cannabis, ainsi que derrière ses vertus médicales et la législation. Il a rédigé de manière extensive sur les recherches concernant les cannabinoïdes et les terpènes ainsi que sur la manière dont les découvertes passées et présentes se montrent prometteuses pour le futur de la médecine. Il est très coutumier de la littérature scientifique concernant ce sujet, et les utilise afin de faire des références pertinentes au sein des articles informatifs qu’il rédige.

En plus d’écrire sur les potentiels bienfaits thérapeutiques du cannabis, Luke a écrit de nombreux articles concernant la culture de l’herbe, en plus de sujets concernant les carences minérales, la santé de la terre, et les méthodes biologiques. Il met l’accent sur des méthodes plus naturelles de cultiver le cannabis et pousse les cultivateurs à se concentrer sur la vie microbienne du sol, sur le compost, les communautés fongiques, et le contrôle naturel des parasites. Luke a publié de nombreux articles sur les dangers des pesticides et les excès de la monoculture, il défend fermement les techniques qui priorisent le respect et la nutrition des jardins afin d’en augmenter la biodiversité et la productivité.

Luke a commencé sa carrière de rédacteur au début de l’année 2014, après avoir proposé plusieurs articles à des structures telles que Elephant Journal et The Mind Unleashed. Il a reçu le succès avec plusieurs publications concernant la psychologie, la nutrition et la méditation. Ceci l’a poussé à faire encore plus recherches, de rédaction et de publication au sein d’autres domaines, tels que l’exercice physique, la philosophie et le cannabis.

Peu de temps après, Luke a été embauché en tant que journaliste freelance par l’organe de presse Reset.me, où il a commencé par publier des articles concernant la nutrition, le mode de vie, les psychédéliques, le cannabis, et toutes les nouvelles concernant ces catégories. Sur une période de plus de deux ans à écrire pour cet organe, Luke a gagné une expérience inestimable en tant que journaliste et a été à même de découvrir un mode de vie de nomade numérique, voyageant dans de nombreuses régions d’Europe, tout en écrivant à propos de sujets qui le passionnaient. Le travail de Luke est devenu de plus en plus profond, de plus en plus informatif, alors qu’il commençait à interroger des experts tels que des scientifiques, des auteurs, et des docteurs en médecine afin de collecter des informations pour ses articles de types foire à question et ces articles concernant les dernières avancées de la recherche scientifique de pointe.

La prochaine étape dans le voyage rédactionnel de Luke eut lieu après avoir été embauché pour fournir un contenu rédigé pour des sites internet tels que Zamnesia, Zambeza, Royal Queen Seeds, Cannabis.info, Cibdol, et autres. Tout cela permis à Luke de se concentrer sur le cannabis en tant que sujet majeur, une expérience qui lui a permis de développer son expertise dans ce domaine. Cela lui a également offert une expérience professionnelle importante, en collaboration avec une équipe d’éditeurs, de pigistes, et de traducteurs, travaillant tous ensemble dans le même but, en tant qu’unité solidaire.

Bien que la rédaction soit la principale passion de Luke, il étudie en ce moment même dans le but d’obtenir un diplôme en physiothérapie. Des années de lectures, de recherches et de rédaction sur la santé, le fitness et le style de vie l’ont influencé et poussé à pénétrer ce secteur. Ses zones d’intérêt principales sont la rééducation physique, l’optimisation et le mouvement. Il est particulièrement passionné par l’encouragement des humains à accepter le fait que le passé évolutif des humains les force à se mouvoir, à se nourrir convenablement, et à conserver un corps et un esprit actif. Il croit fermement que de nombreux troubles physiques trouvent leurs racines dans l’oisiveté et que le mouvement est le remède qu’il faut. Il défend cette cause et fournit des informations, un contenu relatif au style de vie, et des astuces concernant les mouvements sur son compte Instagram : @sapien_systems.

Grant Robinson

Grant Robinson

L’HISTOIRE D’UN IDIOT DU VILLAGE GLOBAL

Vers la fin de mon adolescence, plus vers 20 ans que vers 15, j’ai pris mon premier bang dans le garage d’un pote. Je me souviens encore avoir pensé : « Ah oui, ça c’est pour moi ». C’est ainsi qu’a commencé une relation à la vie à la mort avec la toute puissante herbe. Il est vite devenu évident que l’hystérie de « Reefer Madness » et les raisons pour lesquelles le cannabis était interdit étaient complètement absurdes. À l’époque, Amsterdam était un lieu de légende où la consommation ouverte de cannabis ne recevait pas un méchant regard comparé aux punitions excessives de mon pays natal.

Il est devenu évident qu’aucune des craintes entourant l’herbe n’était tout à fait vraie. Si les clichés étaient vrais, comme l’ont réitéré les médias complices qui m’ont lavé le cerveau et celle des générations précédentes, j’aurais dû finir gros, scotché au canapé, sans emploi, et stupide. En effet, si les effets secondaires négatifs du cannabis, mis en avant depuis longtemps, avaient été un fait, je n’aurais pas pu faire ce que j’ai fait : finir ma formation, occuper un emploi intellectuellement stimulant, surfer autant que possible, et être en forme, intelligent et motivé.

J’ai passé deux ans à travailler et à voyager à l’étranger, la plupart du temps dans des pays où l’on peut surfer. Ces voyages m’ont prouvé que les gens aiment l’herbe ; partout où vous allez, les gens se font plaisir. Le haschich marocain bon marché et les vagues sans fin sur les côtes atlantiques espagnoles et françaises ont été une combinaison de rêve. J’ai passé des semaines aux Pays-Bas, à apprécier la décriminalisation, à rencontrer des cultivateurs d’intérieur et à être époustouflé par plus de cannabis que ce que mes yeux voilés par la prohibition, n’avaient jamais vu.

Être dans l’océan et en immersion dans la nature m’a permis d’apprécier grandement la beauté de notre monde. Voyager vous permet de voir des choses étonnantes. Cela vous ouvre aussi les yeux sur les dégâts choquants que les humains ont causés à la planète. Convaincu que le radicalisme environnemental n’était pas la solution, je me suis engagé à trouver une solution commerciale qui pourrait aider à réparer la planète. C’était très difficile car, au début des années 90, les grandes et les petites entreprises s’en moquaient tout simplement et c’était terrifiant.

Puis je me suis cassé le dos en faisant un « handplant » en skate sur la rampe d’un ami. Je vous passe les détails de ma récupération et à essayer de s’habituer à ne plus être capable de surfer. J’ai laissé mon âme sur le bord de la plage.

Fatigués de la société de consommation, ma partenaire et moi avons déménagé dans une cinquantaine d’acres envahies par la végétation au milieu de nulle part, et nous nous sommes taillés une vie hors réseau. De nos propres mains, nous avons défriché la terre tout en vivant dans une tente pendant des années, construit une maison avec des matériaux recyclés et commencé à créer un bout de paradis béni des dieux et isolé pour la permaculture. Très, très consciencieusement et très, très lentement, l’hyperthyroïdie n’est pas facile à gérer. Si nous ne pouvions pas changer le monde à grande échelle, le mieux que nous pouvions faire était d’être exemplaires sur la façon dont les humains devraient interagir avec l’environnement d’une manière durable. Il est logique de faire de la façon dont vous vivez un cadeau pour tout le monde.

Nous recueillons notre propre eau et produisons notre propre énergie. Nous produisons nos propres aliments autant que possible compte tenu de l’environnement très difficile dans lequel nous vivons. Il y a d’innombrables espèces d’oiseaux et d’animaux, une variété incroyable de lézards, et certains des serpents les plus venimeux de la planète. La seule déception c’est pour cultiver de l’herbe ; toujours en mode guérilla, qui est un boulot à se casser le dos pendant les étés chauds. Mon gouvernement est stupide.

J’ai toujours su écrire et ayant toujours été un défenseur du cannabis, j’ai participé à un concours pour écrire sur l’herbe et on m’a demandé d’en écrire d’autres. Et encore d’autres. Et maintenant j’en suis là. Sinon, entre mettre en pot dans le jardin, cultiver et croiser du cannabis, peindre, dessiner, écrire un livre, et en étant toujours follement amoureux : j’écris.

Steven Voser

Steven Voser

Steven Voser est journaliste et auteur indépendant, nominé aux Emmy Awards.

Originaire de Suisse, la famille de Steve a déménagé en Australie au début du siècle. Après avoir atterri à Perth, en Australie occidentale, ses parents ont loué un camping-car et se sont lancés dans l’exploration de la campagne australienne.

Après 6 mois à battre la cambrousse, la famille de Steve s’est finalement installée à Melbourne, dans l’état de Victoria. Après des études de journalisme à l’Université Monash, Steve a commencé sa carrière en travaillant pour Al Jazeera dans ses bureaux de Kuala Lumpur. Pendant son séjour, Steve a participé à la création de documentaires pour l’émission phare d’Al Jazeera, 101 East, consacrée aux affaires publiques.

En 2015, l’une des idées originales de documentaires de Steve, Stray Bullets, a été nominée pour un Emmy Award international. Le documentaire, présenté par Steve Chao, de 101 East, examine la culture des armes à feu aux Philippines.

Après son passage à Al Jazeera, Steve a réservé un vol aller simple pour l’Amérique du Sud. Des glaciers de la Patagonie argentine aux salines arides de Bolivie, en passant par les magnifiques zones humides du Pantanal au Brésil, Steve a passé des mois à explorer cet immense continent.

Au cours de ses voyages, il a commencé à travailler en tant qu’auteur indépendant pour des entreprises du monde entier. Grâce à une opportunité unique chez greenRush, une plateforme californienne de livraison de cannabis, Steve s’est découvert une passion pour le cannabis. En l’espace de quelques mois, Steve a fait des recherches approfondies sur le cannabis, ses utilisations médicinales et récréatives, et l’industrie légale croissante de la plante aux États-Unis, en Europe, et en Amérique du Sud.

En 2017, Steve a couvert une étape importante de la politique argentine en matière de cannabis ; pour la première fois, le congrès national argentin a ouvert un débat pour dépénaliser l’usage médicinal du cannabis. Steve a rencontré des militants, des membres du Congrès, des médecins, et des patients en Argentine pour couvrir l’histoire, qui a finalement été publiée par High Times Magazine.

À part le cannabis, Steve écrit régulièrement sur le marketing numérique, les médias sociaux, les langues, la crypto-criminalité et les soins de santé. En 2016, il a publié son premier livre, The Ultimate Guide To Aging In Place, en collaboration avec Home2Stay et Macdonald’s Home Healthcare. Le livre fournit des solutions détaillées pour les personnes âgées qui cherchent à vieillir de façon autonome dans leur propre maison.

Aujourd’hui, Steve produit du contenu pour une grande variété d’entreprises. Pour plus d’informations sur les projets actuels de Steve et les témoignages de certains de ses clients, n’hésitez pas à consulter son site professionnel, www.stevenvoser.com.

https://www.linkedin.com/in/stevenmikevoser/

Alexandra Hicks

Alexandra Hicks

Alexandra est native du Sud de la Californie et vit actuellement dans le désert Mojave. Elle est depuis toujours une amoureuse de tout ce qui touche au cannabis, et est depuis son plus jeune âge une rédactrice passionnée. Elle a toujours été intéressée par les remèdes naturels et alternatifs, et la polyvalence du cannabis en tant que plante capable de soigner est quelque chose qui l’attire énormément. La consommation régulière de cannabis, entre autres remèdes naturelle, ainsi que de vitamines, accompagné d’un régime sain et d’exercice régulier fait partie intégrale du mode de vie d’Alexandra.

Alexandra a beaucoup d’expérience avec le cannabidiol (CBD). Elle travaille avec des docteurs et chercheurs des quatre coins du globe afin d’apprendre les divers bienfaits médicaux du cannabis. Elle est également une testeuse et critique avide.

Ces dernières années, elle a été les bienfaits d’autres cannabinoïdes tels que le tétrahydrocannabinol (THC), le cannabigerol (CBG), et le cannabinol (CBN), entre autres. Le cannabis contient des milliers de cannabinoïdes et de terpènes et Alexandra est très intrigué par « l’effet d’entourage », ou la manière dont ces composants interagissent afin de donner une plante capable de soigner presque tous les maux du monde.

Alexandra travaille en tant que rédactrice et éditrice depuis de nombreuses années, la racine de son savoir se trouvant au sein de l’industrie du cannabis. Cependant, elle est aussi capable d’écrire à propos du langage, de la culture, de la finance, du commerce, de l’éducation ou d’autres sujets techniques. Elle possède également de l’expérience dans l’industrie du cinéma pour avoir travaillé dans la postproduction.

Lorsqu’elle n’est pas en train de rédiger, d’étudier ou de s’entraîner. Alexandra adore passer autant de temps que possible en extérieur. Elle croit fermement que plus on s’enfonce dans la nature, plus on apprend sur nous-même et sur l’univers. Vous pourrez la croiser randonnant hors-piste au travers de la poussière californienne, ou peut-être juste assise dehors, profitant de la paix et la tranquillité de la nature. Lorsqu’elle est bloquée en intérieur, elle adore cuisiner, faire des bijoux en chanvre, écrire des nouvelles ou des poèmes, ou simplement passer un peu de temps détendu en famille.

Ben Wolfson

Ben Wolfson

Pseudonyme : Ben Wolfson

Passionné d'expériences extraordinaires, Ben et le cannabis sont devenus les meilleurs amis du monde. Il aime souvent savourer cette plante merveilleuse à chaque fois qu'il rédige du contenu pour Zamnesia. Toutes les choses liées à la philosophie et à la psychologie sont pour lui d'un grand intérêt. Maïmonide, Camus, Kant et bon nombre d'autres philosophes morts occupent les étagères de sa bibliothèque. Il aime les plants Thaïs et Mexicains, tout comme cuisiner et préparer des délices organoleptiques. Il ne joue pas au golf, a l'intention de ne jamais jouer au golf, car pour lui, c'est le sport le plus ennuyeux de l'histoire de l'humanité. Il dit que c'est même plus ennuyeux que le curling, ce qui veut dire beaucoup.

Il vient de Suède et apprécie grandement la chaleureuse caresse de l'herbe dans le froid hivernal. Ben aime visiter régulièrement les galeries d'art, mais ne se considère pas comme étant trop sophistiqué. Ben est toujours à la recherche de nouveaux produits intéressants sur le marché du cannabis. Quand de nouvelles variétés de cannabis apparaissent, il se doit tout simplement d'enquêter sur le sujet avec son vaporisateur Volcano. C'est un passionné du cannabis depuis bien longtemps et il n'a pas l'intention de s'arrêter de sitôt. Il espère que la légalisation s'étendra au monde entier, pour que les gens de toutes les cultures puissent contribuer avec leurs connaissances pour développer des variétés merveilleuses.

General Stevens est le nom de son chien. Tous les membres de sa famille et ses amis pensent que c'est bizarre. Chez Zamnesia, on pense aussi que c'est bizarre. On a fortement suggéré à Ben de changer le nom de son chien, mais il insiste qu'il a pris la bonne décision. Ben est toujours célibataire.

Ben ne sait pas ce que le futur lui réserve, mais il a hâte de voir ce qui va se passer. Il a l'intention de déménager dans un nouveau pays exotique, dont le nom n'a pas encore été révélé. Son idée est de se détendre, de s'installer confortablement, de siroter une de ces délicieuses boissons que les ménagères d'âge mûr adorent, puis d'écire avec General Stevens à ses côtés.

Val Watts

Val Watts

Pas assez zen pour être Alan Watts. Pas assez talentueux pour être Reggie Watts. Val Watts est un auteur venu de l'Île Émeraude. Watts a étudié les politiques publiques sur le cannabis dans le monde entier et a travaillé dans la recherche sur les politiques des drogues en Irlande. Rédacteur politique pour des ONGs et pour un parti politique qui restera anonyme, Watts adorerait voir le cannabis accepté en Irlande. Toutes les régions où les lois sur le cannabis ont été assouplies ont également vu naître tout un ensemble d'avantages sociaux, économiques et culturels. Et c'est sans parler du potentiel médicinal du cannabis, dont Watts a aussi une expérience directe.

Grandir avec le Syndrome d'Asperger a entraîné beaucoup de tension et de désagréments pour Watts. Comme si le fait de socialiser n'était pas assez difficile, la vie sociale en Irlande tourne fortement autour de l'alcool et Watts n'en boit pas. Watts a bien essayé de boire. Mais curieusement, Watts saute la phase joyeuse et passe directement à la gueule de bois. Tout le monde a sa propre sensibilité, sa propre réponse à différentes substances. De quoi briser le stéréotype voulant que tous les Irlandais aiment boire. Si seulement les villes irlandaises n'affichaient pas un spectacle à l'opposé chaque week-end…

Ce n'est qu'à la vingtaine que Watts a découvert l'impact que pouvait avoir le cannabis. Watts était en visite à Amsterdam pour la première fois, pour un concert de System of a Down, pour réaliser une de ses envies majeures dans la vie. Amsterdam est apparue comme remarquable pour le jeune visiteur irlandais, car c'était une ville propre, avec des transports en commun bien organisés. L'air était respirable. Les bâtiments étaient rarement désagréables à l’œil. Et parmi de nombreuses politiques néerlandaises progressistes, le cannabis était vendu ouvertement dans les coffeeshops.

Watts a commencé à consommer du cannabis et a découvert qu'il traitait assez bien les symptômes de l'autisme. Même si Watts ne peut parler que de sa propre expérience, et non pas de la situation médicale de toute autre personne, le cannabis a semblé l'aider fortement. Watts pouvait socialiser bien plus agréablement, se détendre après une journée bien remplie et éliminer bien plus rapidement les pensées négatives. En partant de là, Watts a découvert les façons dont le cannabis pouvait aider face à un éventail de troubles. Watts s'est particulièrement intéressé à la manière dont les lois variaient dans le monde entier. Watts suit de près les dernières avancées légales dans de nombreux pays différents.

Watts suit toujours les dernières nouvelles du secteur du cannabis, avec un accent sur l'international. De tous les modèles qui émergent pour réglementer le cannabis, Watts aura toujours une tendresse particulière pour les coffeeshops d'Amsterdam. Quand Watts écrit au sujet des voyages, il se concentre souvent sur la diversité de la culture cannabis des coffeeshops d'Amsterdam. Peu importe où émerge une culture cannabis, Watts espère qu'elle influence l'Irlande, puis le monde entier.

Autrement, le travail journalistique de Watts a couvert la santé mentale, les arts martiaux, la politique, l'histoire et l'industrie du divertissement. Quand ces sujets sont entremêlés avec le cannabis, Watts prend un grand plaisir à faire des recherches, en découvrant à quelle vitesse le secteur change. L'opinion mondiale change aussi. À notre époque historique, rester à jour au sujet des informations sur le cannabis est une joie pour Val Watts.

Puis il y a aussi bien sûr les variétés. Watts n'écrit pas uniquement au sujet des meilleures variétés disponibles maintenant sur Zamnesia. Il écrit aussi en utilisant son expérience directe de ses visites à Amsterdam. Watts pourrait bien être un sommelier du cannabis avec toutes ses connaissances. Watts a généralement une préférence personnelle pour les indicas, en particulier avec des saveurs sucrées comme la fraise, la myrtille, la lavande, le bonbon ou les cookies. La variété préférée de Watts est à ce jour la Skywalker OG.

Val Watts s'intéresse aussi au monde au-delà du cannabis, comme les autres herbes utiles et les accessoires pratiques que propose Zamnesia. Watts peut également parler de santé mentale et de la manière de trouver un équilibre avec le cannabis dans sa vie. Il consacre son temps libre à rester en bonne santé, grâce aux arts martiaux et au yoga, tout en évitant les réseaux sociaux.

Watts aimerait aussi encourager les gens à être conscients des difficultés des autres. Même si c'est une bonne chose de voir la tendance s'inverser pour le cannabis légal, des millions de personnes sont oubliées : les victimes de la guerre contre les drogues, souvent incarcérées à cause de discriminations raciales. Pour que nous puissions profiter d'une industrie légale du cannabis, nous devons prendre en compte les sacrifices qui nous ont fait avancer jusqu'ici, tout comme les injustices qui persistent dans notre société. Quand les problèmes d'injustice historique auront été résolus, et que plus personne n'aura de casier judiciaire à cause du cannabis, nous pourrons profiter du chemin parcouru. Il nous faut aussi nous attaquer à l'impact environnemental du cannabis, qui est difficile à comprendre sans réglementation. Comme à terme, toutes les industries doivent devenir durables, c'est à nous de montrer le bon exemple.

Maximilian

Maximillian

Auteur et traducteur professionnel, Maximilian fait partie de l’équipe de Zamnesia depuis l’été 2016. Il a commencé à temps partiel, mais il aime tellement ce travail et l’équipe qu’il le fait aujourd’hui à temps plein. C’est aussi un musicien indépendant passionné, producteur, et professeur de guitare. Avant de travailler comme indépendant, il a étudié la littérature allemande, la philosophie, l’histoire et la préhistoire à Iéna, le « poumon vert de l’Allemagne ». Il a obtenu avec succès une maitrise de lettres dans ces domaines. Vous voyez, c’est un homme qui s’intéresse à tout !

Son travail réunit ses passions de toute une vie - la musique, le cannabis, et les langues – c’est un rêve devenu réalité pour lui. Ce qu’il aime particulièrement dans son travail chez Zamnesia, c’est bien sûr qu’il peut explorer en profondeur l’un de ses sujets favoris, le cannabis. En tant qu’auteur, il écrit surtout sur les variétés, toutes sortes de sujets de culture, les psychédéliques, et divers produits liés au cannabis. Il peut vraiment se plonger dans ces sujets parce qu’ils le fascinent tellement. Et malgré toutes ses connaissances du monde du cannabis, il en apprend encore beaucoup en écrivant sur le sujet. N’est-ce pas merveilleux ? Lorsqu’il traduit, l’éventail des sujets relatifs au cannabis s’élargit encore plus, ce qui lui permet d’apprendre encore plus. Il aime ce genre de dynamique où il peut mettre son énergie et son expertise au service d’un travail, mais où il reçoit aussi beaucoup de nouvelles idées et de nouveaux commentaires en prime !

Sa relation avec le cannabis a commencé très tôt dans sa jeunesse, à l’âge de 15 ans. Et oui, avec ce qu’il sait maintenant, il est pleinement conscient que cet âge n’est pas le meilleur moment pour commencer à consommer du cannabis, mais ça a marché pour lui. Maximilian a consciemment commencé à utiliser cette plante magnifique pour combattre la dépression et a expérimenté le grand potentiel thérapeutique du cannabis de cette façon. À partir de ce moment, il est devenu un consommateur de cannabis à vie, malgré toutes les bêtises qu’il a entendus de ses professeurs, de sa mère, et de pratiquement tout le monde sur ce sujet.

C’était une époque où la plupart des gens considéraient que le cannabis était comparable à l’héroïne. Vous imaginez ça ? Mais Maximilian savait intuitivement que cette merveilleuse plante l’aidait et avait un grand impact sur sa vie et son bien-être en général, alors il est resté fidèle à lui-même et consomme du cannabis quotidiennement. Plus tard, au milieu de la vingtaine, il a eu l’une des plus grandes révélations de sa vie lorsqu’il a découvert toutes les nouvelles études soutenant les propriétés bénéfiques du cannabis, la légalisation arrivant dans certains États américains, et l’association allemande du chanvre. Les mots ne peuvent pas décrire la satisfaction et le réconfort qu’il a reçus de cette prise de conscience et de cette période de sa vie ! Enfin, tout ce qu’il ressentait et avait deviné sur le cannabis a été validé et actualisé. Ce fut vraiment un grand tournant dans sa vie, et cela a tout changé. En conséquence, il a même arrêté de fumer du tabac et de boire de l’alcool grâce au cannabis, et il est fier de fumer pur depuis.

En plus d’améliorer sa qualité de vie générale, le cannabis lui sert de source d’inspiration créative lorsqu’il écrit des chansons, enregistre et produit sa musique. On pourrait dire que le cannabis l’a aidé à devenir la personne qu’il est vraiment et à faire ce qu’il aime. Cette herbe a tellement fait pour lui et a déclenché en lui un tout nouveau regard sur la vie et la planète. C’est pourquoi il vit, pense, mange et respire de façon plus consciente et durable aujourd’hui.

Depuis sa révélation verte, il est également très actif sur la scène allemande du cannabis. Il est membre de soutien privé de l’association allemande du chanvre et participe régulièrement à la Hanfparade à Berlin et à diverses marches mondiales du cannabis dans plusieurs villes allemandes. Il est important pour lui de lutter pour ce rêve de légalisation totale du cannabis et d’éduquer les gens sur cette plante, ses nombreuses utilisations, et ses propriétés. Maximilian pense que le monde pourrait vraiment bénéficier d’une réglementation du cannabis légal de diverses manières, et que cela ferait de notre terre un endroit meilleur.

De plus, il a beaucoup d’expérience avec toutes sortes de substances psychédéliques comme les champignons magiques et le LSD, qui élargissent son esprit et ses perceptions. Quand il n’est pas en train d’écrire un nouveau morceau, un texte, ou qu’il n’est pas en train de traduire, il aime passer du temps avec sa charmante épouse et son adorable fille, lit beaucoup de livres fascinants, aime regarder des films et des séries, se promener dans la nature et prendre soin de ses plantes. Imaginez-le comme un guitariste lisant des livres avec un gros joint à la bouche !

Arielle Friedman

Arielle Friedman

Arielle Friedman est une collaboratrice régulière de Zamnesia. Elle vit au Canada et passe son temps à créer et réparer des choses, souvent en se concentrant sur l'art, les idées et la bioremédiation. Arielle étudie la philosophie, la politique et le cerveau en essayant de comprendre le monde, mais elle pense parfois que tous nos problèmes peuvent être résolus grâce aux champis. Quand elle ne travaille pas, on peut retrouver Arielle en festival, sur son vélo, ou en plein débat.

Écrire a toujours été un aspect important de la vie d'Arielle. Elle a commencé à écrire dans sa tendre enfance et a publié son premier article à l'adolescence. Jeune adulte, l'écriture créative est passée au second plan, comme elle préparait un diplôme en Systèmes Cognitifs. Grâce à son éducation et à ses travaux en laboratoire, Arielle a développé des techniques de recherche, une pensée critique et une rigueur intellectuelle qui s'appliquent toujours à son travail et à sa vie quotidienne.

Arielle s'est intéressée pour la première fois au cannabis et aux substances psychédéliques à l'université, où elle a étudié l'esprit, a découvert la philosophie tout en résidant en Colombie-Britannique. Elle pense que les substances psychédéliques révèlent des visions philosophiques clés, car elles permettent de ressentir la réalité avec un état d'esprit différent de celui connu ordinairement. En vivant sur la Côte Ouest, elle a été exposée à de nombreux différents aspects du monde du cannabis et fait preuve d'un prudent optimisme au sujet de la récente décision légalisant le cannabis récréatif au Canada.

Une fois diplômée, Arielle est retournée vers l'écriture et a connu le succès en rédaction technique, rédaction SEO, rédaction politique et en fiction. Plus récemment, elle a coécrit le scénario d'un documentaire primé projeté pour la première fois au festival du film d'Oaxaca. Elle est enthousiaste à l'idée de combiner ses multiples passions en écrivant pour Zamnesia et d'autres publications sur des sujets reliant la neurologie, le monde naturel, la culture moderne et l'évolution humaine.

Pour plus d'informations, ou pour entrer en contact avec Arielle, rendez-vous sur son site web sur ariellefriedman.com ou sur ses comptes de réseaux sociaux donnés en lien plus bas.

Stefano

Stefano

Stefano est un rédacteur avec une formation scientifique et plus de 20 ans d'expérience dans les marchés technologiques. Une fois diplômé de l'Université Polytechnique de Milan, il a abandonné ses œuvres d'artiste numérique pour rejoindre plusieurs agences de communication et marketing actives dans le domaine florissant des technologies de l'information. Après avoir profité pendant plusieurs années de la « nouvelle économie » en tant que designer multimédia et rédacteur spécialisé en informatique, Stefano a été intégré contre son gré dans une société internationale de conseil avec le grade de responsable du contenu. Ce poste l'a forcé à porter une cravate de temps en temps, mais lui a permis de traverser indemne l'explosion de la bulle du point com. En 2003, il en a eu assez de la routine et du mode de vie en entreprise et a donc lancé sa carrière d'indépendant. Ce qui lui a aussi permis de travailler comme commandant et instructeur de voilier.

Après s'être occupé d'environ 300 personnes à la recherche de leur équilibre sur des voiliers, en 2013, Stefano a décidé d'arrêter de guider les autres autour de la Méditerranée pour de l'argent et a rejoint le domaine du cannabis afin d'avoir une vie plus saine. Il s'est mis à écrire des centaines d'articles pour le groupe d'édition de mode de vie alternatif Dolce Vita, en ayant pour objectif de répandre des mots clairs sur la science du cannabis, tout en contribuant à démolir les préjugés. Il a conçu des structures de contenu sur des sites web pour des clients dans l'industrie du cannabis, tout en remplissant leurs pages de contenu en anglais et en italien. À Milan, Stefano a organisé ou animé plusieurs conférences et événements sur le chanvre industriel et le cannabis médical et récréatif. Aujourd’hui, il créée du contenu éducatif, journalistique, technique et marketing pour des entreprises dans le domaine du cannabis, ainsi que d'autres secteurs.

Parmi ses intérêts personnels, on retrouve les arts, les sciences naturelles, la santé, les technologies durables et tout ce qui est en lien avec la mer. Malheureusement, maintenant qu'il a pris de l'âge, il s'est pris de passion pour le vélo de montage et ne parle plus que de pneus, vitesses et guidons. On peut le retrouver dans les jardins publics et pistes de Milan en train de mettre sa vie en danger à l'aube, ou plus tard en soirée dans les bars à cocktail qui étaient à la mode dans les années quatrevingtdix. Vous trouverez plus d'informations sur la page LinkedIn de Stefano.

David AB

David AB

Je suis un rédacteur pigiste indépendant et un spécialiste du marketing de contenu dans le secteur de la marijuana. Durant ma période de pigiste, j’ai travaillé avec un certain nombre d’entreprises du cannabis, d’agences marketing, et d’agences de contenus afin de développer un contenu des plus pertinents. Je suis depuis longtemps intéressé par l’exploration des marchés médicaux et récréatifs du cannabis en Europe et en Amérique du Nord. Cependant, les récents développements de la légalisation au Canada et aux États-Unis m’ont inspiré à m’impliquer et m’engager professionnellement dans le secteur de la marijuana.

Le but final de mon travail est d’aider les entreprises du cannabis à développer leurs marques, et optimiser leur contenu pour les moteurs de recherches. J’ai un profond intérêt pour le marketing digital et le développement de marque. Mes avancées dans ces domaines m’ont permis d’approcher mon travail d’un point de vue bien plus stratégique et analytique. De nos jours, mon contenu vise à aider les entreprises à communiquer les valeurs de leur marque et à directement bénéficier aux consommateurs. Il aspire également à engager les clients potentiels d’une manière signalant une communication ouverte et honnête, tout en optimisant les sites web de mes clients pour les moteurs de recherches et les initiatives de marketing numérique.

Mes principaux domaines d’intérêt dans le créneau de la marijuana sont le fonctionnement des marchés noirs existants et la dynamique des marchés de la marijuana médicale et récréative en Amérique du Nord. Au cours de ma carrière de pigiste, j’ai travaillé avec des entreprises tant légales qu’illégales, ainsi qu’avec des entreprises opérant à la fois sur les marchés récréatifs et médicaux. Cela m’a permis de mieux comprendre le commerce de la marijuana, ainsi que les besoins et les désirs de ses clients.

Je crois très fortement aux propriétés médicales du cannabis et soutient pleinement la mise en place d’un système de cannabis médical dans le monde entier. Répandre les informations concernant les bienfaits du cannabis médical et m’assurer que les patients ont accès à des informations honnêtes et précises sont parmi les aspects les plus satisfaisants de mon métier. Je crois fermement que l’éducation et l’accès à l’information sont la clé de la disparition des mythes qui entourent encore la consommation de cannabis. La destruction de ces mythes erronés et établis depuis longtemps est cruciale pour la disparition des stigmates associés à la consommation du cannabis.

En termes de cannabis récréatif, je pense que les pigistes et journalistes ont un rôle significatif à jouer dans l’éducation du public sur les échecs et les réussites de nos systèmes légaux. Apporter au public des informations factuelles a le potentiel de changer sa perception et d’influencer les politiques publiques. Les divers résultats obtenus par les systèmes récréatifs légaux rendent extrêmement importants la révélation des inefficacités et des irrégularités.

Quand je ne suis pas en train d’écrire, c’est sûrement que je suis en train de lire. Je suis un lecteur avide de littérature américaine, particulièrement des travaux d’Ernest Hemingway, de Ray Bradbury, de John Steinbeck, de Kurt Vonnegut, et de Raymond Chandler. Je m’intéresse également à la littérature entrepreneuriale, en particulier concernant les modèles commerciaux, le développement des petites entreprises et la gestion des marques. Des livres comme « The Lean Startup » d’Eric Ries et « Les principes du succès » de Ray Dalio ont profondément changé ma façon d’aborder et de comprendre mon travail au quotidien. Certains de mes autres loisirs sont la randonnée, la guitare, le développement Web, et bien sûr, les jeux vidéo.

Chiara

Chiara

Chiara est une spécialiste de la communication aux nombreuses expériences dans tous les aspects du processus créatif et de la création de contenu (vidéo, texte ou image). Elle est habituée à travailler dans des environnements multiculturels au rythme soutenu, souvent sous pression et n’offrant que peu de temps pour faire des choix précis. La weed et le café se sont toujours trouvés utiles pour cela.

Elle a récemment quitté son poste en entreprise aux Pays-Bas, mais existetil seulement un pays mieux placé que celui-ci pour se destiner à une collaboration fructueuse avec Zamnesia ?

Tout en travaillant en tant que spécialiste du marketing dans des start-up schizophréniques multiculturelles, elle a réussi à comprendre les tenants et les aboutissants du monde du cannabis, testant les dernières variétés et discutant de sélection et de techniques de culture avec les plus pointus des connaisseurs. De temps en temps, un plongeon dans le monde des psychédéliques vient pimenter son horizon de kaléidoscopes colorés, de drôles de formes et de folles idées.

Pour elle, il ne s’agit pas seulement de décompresser : sa découverte du monde merveilleux des substances psychotropes s’est toujours accompagnée d’une étude approfondie sur ce qui se passe dans « l’envers du décor » : techniques et outils, caractéristiques et propriétés, effets et bienfaits de la moindre substance sur laquelle elle a pu poser la main.

Ses autres passions vont de l’escalade à l’horticulture en passant par le voyage, la peinture, les expositions, ainsi que la découverte des meilleurs cafés (et coffeeshops) de « Meda », jusqu’à ce que le vent tourne et qu’elle sente le besoin de quelque chose de différent dans sa vie. Et de changer de paysage, car au cas où vous vous poseriez la question, il n’y a que très peu de pays aussi plats que la Hollande dans ce bas monde.

De nos jours, elle travaille comme pigiste et traductrice freelance et se concentre essentiellement sur les sciences, la santé et les modes de vie. Chaque sujet est adressé avec précision et détermination afin d’y plonger en profondeur et d’en extraire des connaissances passionnantes et des faits amusants destinés à ses lecteurs.

Par la même occasion, elle voyage dans le monde entier à la recherche de nouvelles personnes à rencontrer et d’encore plus de choses passionnantes à découvrir. La curiosité, loin d’être un vilain défaut s’occupe en fait de booster son existence, la poussant d’un pays à l’autre pour vivre la superbe vie d’une nomade numérique.

Cassie S.

Cassie S.

Cassie Smith est une auteure, artiste numérique et psychonaute de longue date vivant au Canada. Elle contribue régulièrement à Zamnesia.

Cassie est née sur la côte ouest canadienne, dans une petite ville entourée de montagnes (et du parfum omniprésent du cannabis de la Colombie-Britannique). Elle connaît donc intimement l’une des cultures de cannabis les plus actives à l’ouest de l’Atlantique. Depuis une dizaine d’années, elle est basée à Montréal, une ville décrépie mais dynamique de la province francophone du Québec.

L’écriture a été une partie essentielle de la vie de Cassie, depuis qu’elle a pu enchaîner deux phrases. Elle a suivi des études en création littéraire et en journalisme à l’Université de Victoria, avant de poursuivre ses études en affaires publiques et communautaires. Elle a travaillé comme directrice d’associations à but non lucratif, chercheuse/rédactrice professionnelle dans le secteur communautaire et coordonnatrice du marketing pour plusieurs marques.

Cassie apprécie combiner son expérience en communication avec sa passion pour la réduction des risques et les politiques sur les drogues, fondées sur des données probantes. Elle travaille actuellement comme rédactrice et a publié des articles sur divers sujets liés au cannabis et aux psychédéliques (ainsi qu’à la fabrication durable et au design industriel). Son point fort est d’associer des connaissances complexes et spécialisées, et de la recherche scientifique dans des articles accessibles et informatifs.

La distinction entre l’usage récréatif et thérapeutique de substances psychoactives est une fausse dichotomie. Cassie est plus intéressée à explorer et à comprendre différentes expériences. Grâce à son propre combat contre les douleurs chroniques, elle croit depuis longtemps au pouvoir du cannabis pour apaiser et récupérer. Elle pense que les psychédéliques nous permettent de nous comprendre nous-mêmes, les uns les autres, et de comprendre notre environnement de façon unique. Ils nous aident à dépasser les contraintes d’une expérience cognitive typique. Comme ces substances sont légalisées dans de plus en plus de juridictions, Cassie est optimiste quant à l’ampleur croissante de la recherche scientifique qui continue d’émerger.

Lorsqu’elle n’écrit pas pour Zamnesia ou d’autres publications, Cassie passe son temps à animer sa communauté et à faire de l’art synesthétique bizarre. Elle est fascinée par le biohacking, la physique quantique, et la puissance immuable d’une bonne tasse de café.

Pour en savoir plus ou contacter Cassie, rendez-vous sur Cassienoelle.com

Zamnesia

Zamnesia

Forgé dans le feu d’excellentes variétés et de visions psychédéliques profondes, Zamnesia est le leader européen de la vente en ligne intelligente. Avec un catalogue complet—et l’inspiration divine de son dieu et mascotte Zammi—Zamnesia mène l’industrie avec un contenu informatif et intéressant.

Quand il s’agit de substances psychédéliques, de variétés de cannabis primées et d’accessoires de headshop, Zamnesia a tout ce qu’il faut. Ses connaissances et son expérience se sont accumulées au fil des décennies. Au cours de cette période, Zamnesia a acquis une expertise aux quatre coins du monde. C’est une chose d’acquérir de telles connaissances, mais c’en est une autre de les mettre sur papier et de les publier à la vue du monde entier. Le savoir-faire des auteurs de Zamnesia s’est enrichi avec son inventaire de plus de 3 000 produits. Au fur et à mesure que chaque nouveau produit est mis en ligne, il est complété par une série de blogs, d’instructions et de vidéos produites par des professionnels.

Les talents d’auteurs de Zamnesia ont commencé par une tournée mondiale de graines de cannabis féminisées et autofleurissantes. Avec plus de 1 500 variétés de cannabis, des centaines de bangs, de vaporisateurs et de grinders, Zamnesia s’est sentie bien équipée pour rédiger des descriptions de produits détaillées, des critiques soignées et des campagnes promotionnelles de marketing. Toutefois, la recherche d’offres pour être leader sur le marché n’était pas encore terminée. Avec plusieurs milliers de produits à son actif et des mises à jour quotidiennes de son blog, il était temps pour Zamnesia de diversifier sa collection.

Le Seedshop et le Headshop se sont vus rejoints par le Vaporshop, le CBDshop, le Smartshop et le Shroomshop. Non seulement chaque magasin dédié a fourni de nouveaux produits, mais il a donné à Zamnesia l’occasion d’approfondir ses recherches et ses études scientifiques.

Les interactions entre le corps humain et divers psychédéliques, extraits, compléments pour les after-party et cannabinoïdes ont permis à Zamnesia d’approfondir ses connaissances déjà acquises. Les revues médicales sont devenues nos lectures de chevet, tandis qu’un style d’écriture informel mais académique est devenu l’arme de choix de Zamnesia. Les blogs quotidiens se poursuivent, mais les sujets s’élargissent pour inclure les Top 10 des recommandations, les infos mondiales, et la banque de graines du mois.

Pour de nombreuses entreprises, la rédaction de leur propre contenu est une tâche considérable. Mais Zamnesia a relevé le défi avec brio. Zamnesia a développé une compréhension innée de ses clients, de leurs besoins et de leurs désirs. Chaque produit, chaque mot et chaque contenu a été soigneusement étudié pour que Zamnesia puisse être une force dominante dans l’industrie du smartshop.

La détermination de Zamnesia à rester à l’avant-garde des derniers développements mondiaux et des percées médicales n’a jamais faibli. Ainsi, Zamnesia est bien équipée pour écrire son propre contenu. S’appuyant sur la plus grande sélection de produits de smartshop au monde et sur une fidèle équipe de webmasters, Zamnesia apporte des sujets d’actualité à ses fidèles Zamnesiens—quotidiennement.

Aujourd’hui, vous pouvez trouver Zamnesia fouiller sans relâche les différents plans de l’existence pour trouver encore plus de produits à ajouter à son inventaire. Chaque nouvelle acquisition s’accompagne de la même soif d’information qui a caractérisé Zamnesia dès les premières années. Pour plus de détails sur les références de Zamnesia, vous pouvez vous rendre sur son blog dédié, ses guides de culture et ses pages de réseaux sociaux.