Gaz Hilarant, Proto, N₂O : Qu’est-Ce Que C’est ?


Dernière édition :
Publié :
Catégories : BlogL'éducation aux drogues

N₂O : Qu’est-Ce Que C’est ?


Avant que l’azote ne se fasse un nom comme analgésique et oxydant fiable, il était consommé comme substance récréative dans des « soirées au gaz hilarant » britanniques. Dans cet article, nous nous penchons sur la composition chimique du gaz hilarant, son histoire et ses nombreuses applications.

Le gaz hilarant (aussi connu sous le nom de protoxyde d’azote, proto ou N₂O) est un type de gaz couramment utilisé dans les secteurs médicaux, de la course automobile et alimentaire. Il sert aussi de substance récréative peu coûteuse, à faible risque, légale dans la plupart des pays, en produisant une bonne euphorie de courte durée.

Mais qu’est-ce exactement que le proto ? Dans cet article, nous explorons ce gaz populaire en détail, en parlant de sa structure, de ses applications et de son histoire.

PROTOXYDE D’AZOTE : COMPOSITION CHIMIQUE

Le protoxyde d’azote est un composé chimique couramment connu sous le nom de gaz hilarant ou tout simplement « proto ». À température ambiante, le proto est un gaz incolore et ininflammable qui a une odeur et un goût légèrement sucrés et/ou métalliques. Le proto est composé de deux composants principaux, l’azote et l’oxygène. Sa formule chimique, N₂O, révèle que chaque molécule de proto est constituée de deux parties d’azote pour une partie d’oxygène.

UTILISATION DU PROTO

N2O Comme Anesthésique Et Analgésique

Le proto a une grande diversité d’applications. Il est très couramment utilisé dans le secteur médical (en particulier durant les opérations ou la chirurgie dentaire) comme anesthésique et analgésique. En fait, le protoxyde d’azote est utilisé en médecine depuis le milieu du 19ème siècle.

Les dentistes utilisent le plus souvent le protoxyde d’azote comme analgésique, car il laisse aux patients suffisamment de capacités mentales pour pouvoir toujours répondre aux questions et rester fonctionnels tout en soulageant efficacement la douleur. Cependant, le proto peut aussi être utilisé pour soulager la douleur durant l’accouchement, la chirurgie traumatique et les troubles coronariens aigus.

En dehors de la médecine, le protoxyde d’azote peut également être utilisé comme oxydant dans les moteurs de fusée. En fait, le proto est très compétitif en comparaison des autres oxydants, car il est non-toxique, facile à stocker et relativement sûr pour le transport en vol.

Le protoxyde d’azote est également utilisé en course automobile (il est alors souvent appelé « Nitro »). De manière plus spécifique, il est utilisé pour apporter plus d’oxygène au moteur, ce qui permet à plus de carburant et d’air de passer dans les cylindres, ce qui finit par accélérer la vitesse d’un véhicule pendant un court moment.

Le protoxyde d’azote peut également être utilisé comme agent propulseur d’aérosol et son utilisation comme additif alimentaire est autorisée. Il est donc couramment présent dans les bombes de crème chantilly, dans les aérosols de cuisine et comme gaz de « remplissage » à la place de l’oxygène dans les aliments emballés pour éviter la croissance des bactéries.

N2O Dans Les Aérosols De Cuisine

L’HISTOIRE DU PROTO

Le protoxyde d’azote a été synthétisé pour la première fois en 1772 par Joseph Priestley, un chimiste anglais. En 1794, un livre intitulé Considerations on the Medical Use and on the Production of Factitious Airs a pour la première fois exploré les potentielles applications médicales du gaz nitreux.

James Watt, l’un des auteurs, avait développé une machine pour produire du proto, ainsi qu’un appareil respiratoire permettant aux patients de l’inhaler. Le livre présentait également de nouvelles théories médicales, selon lesquelles le gaz pouvait aider à traiter la tuberculose et d’autres maladies pulmonaires.

En 1798, les essais cliniques avec le proto ont démarré. En 1800, les chercheurs médicaux avaient noté les propriétés analgésiques du gaz, mais il n’allait être utilisé comme anesthésiant qu’à partir du milieu du 19ème siècle.

En fait, avant que le proto ne devienne un analgésique courant, il était consommé de manière récréative, principalement par la classe supérieure britannique, lors de « soirées au gaz hilarant » uniques.

LE PROTO EN CONSOMMATION RÉCRÉATIVE

Consommation Récréative

Un des principaux effets secondaires provoqués par l’inhalation de proto est une forte euphorie, ce qui explique qu’il soit désigné par l’expression populaire « gaz hilarant ». En fait, le gaz hilarant est une substance récréative relativement courante, listée comme la 7ème substance la plus populaire dans le Global Drug Survey de 2016. Il est le plus couramment consommé en Grande-Bretagne.

Les personnes qui se sont procurées des canettes de protoxyde d’azote pompes généralement le gaz dans des ballons et l’inhalent dans leurs poumons à partir des ballons.

Autrement, certains extraient aussi le gaz à partir de bombes de crème chantilly. C’est réalisé en laissant la bombe posée vers le haut pendant une heure, ce qui permet à la crème de se déposer au fond du récipient. Le consommateur place alors sa bouche autour de l’ouverture et presse légèrement la détente, en ne laissant s’échapper que du gaz.

La popularité du gaz hilarant comme substance récréative n’est pas une surprise. Le gaz est légal dans la plupart des pays, il est peu coûteux, facile à administrer et produit des poussées d’euphorie fiables mais de courte durée.

Le gaz hilarant est également couramment consommé en combinaison avec d’autres substances récréatives afin d’améliorer leurs effets.

DANGERS DE LA CONSOMMATION DE PROTO

Gaz Hilarant Peut Provoquer Des Vertiges

Comme pour la plupart des substances récréatives, la consommation de proto ou gaz hilarant comporte des effets négatifs. Cependant, il est généralement considéré comme étant une substance à faible risque.

Inhaler du gaz hilarant peut provoquer des vertiges ainsi que des vomissements ou nausées (un effet secondaire après une opération chirurgicale au cours de laquelle le gaz a été utilisé comme anesthésiant). L’inhalation de proto peut également endommager les poumons.

Au-delà des effets sur la santé, le gaz nitreux libéré dans l’atmosphère a été prouvé comme dommageable pour la couche d’ozone. Environ 30 % de l’azote atmosphérique semble être provoqué par l’activité humaine, en particulier l’agriculture.

Steven Voser

Écrit par: Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant nominé aux Emmy Award avec beaucoup d'expérience. Grâce à sa passion pour le cannabis, il consacre beaucoup de son temps à l'exploration du monde de la weed.

De nos auteurs