Une nouvelle comédie musicale psychédélique, LSD: The Opera

Publié le :
Catégories : Art & CultureBlogPsychédéliques

Une nouvelle comédie musicale psychédélique, LSD: The Opera

L'opéra est une forme d'art puissante, et même si l'opéra est traditionnellement utilisé pour raconter de vieux mythes, il est à présent utilisé pour raconter l'histoire du LSD.

Pour les nombreuses personnes qui ont déjà essayé des substances psychédéliques, essayer de décrire l'expérience à une personne n'en n'ayant jamais pris est massivement difficile. Peu importe les efforts que vous mettez, le langage humain a du mal à décrire ces expériences avec des mots. Distordre le temps, les perceptions et la conscience d'une telle façon ne peut être décrit par des mots.

Mais qu'en est-il de la musique ? La musique, par essence, peut être très trippante, éthérée et inspiratrice, et peut entrer en réverbération avec votre âme. C'est l'une des raisons pour laquelle la musique est un tel accompagnement parfait pour un voyage psychédélique. Une nouvelle comédie musical, « LSD : The Opera » essaye de capturer tout ceci, dans sa complexité, ses microtonalités, et ses sons parfois étranges et pourtant rythmiques. Il est très facile de s'y perdre.

Et pourtant, même si cette nouvelle comédie musicale peut vous ramener des réminiscences de voyages passés, ou vous captiver par ses mélodies hypnotiques, essayer d'expliquer ou simuler une hallucination n'est pas son but. Au lieu de cela, la véritable intention de LSD : The Opera est de raconter l'histoire turbulente du LSD, de sa découverte accidentelle, à notre époque actuelle, d'après ce qu'il semble. Pour nous il est assez difficile d'en parler car l'opéra est encore en cours d'écriture. Ce qui a déjà été créé et répété inclut l'histoire d'Albert Hoffman, le premier voyage sous mescaline d' Aldous Huxley et les recherches secrètes de la CIA sur le LSD.

L'opéra est composé par Anne LeBaron, compositrice accomplie et reconnue. En parlant du début de son opéra, elle décrit comment tout commence avec Albert Hoffman :

« Quand [Hoffman] a accidentellement absorbé du LSD à travers le bout de ses doigts et en a tiré des sensations, il a décidé d'en prendre une dose par lui-même et il est ainsi devenu la première personne à faire un voyage. Il n'avait aucune idée de la dose à prendre. En 1943, en Suisse, il n'y avait pas beaucoup de voitures, alors il a pris son vélo pour rentrer à la maison et il était sous les effets du LSD pendant le chemin. Quand il est enfin arrivé chez lui, il a écrit dans son journal qu'il s'est senti comme totalement immobile. Il cherchait désespéramment une antidote pour la substance, car il en avait trop pris, alors il a demandé du lait. Sa voisine lui a apporté du lait. Mais elle lui est apparue sous la forme d'une sorcière hideuse portant un masque. Tout ceci est inclus dans l'opéra. »

Tout ceci semble pouvoir donner une œuvre très intéressante. Même si l'opéra n'est peut-être pas une chose à laquelle on associe les substances psychédéliques, nous pensons le contraire. L'opéra est une forme d'art, une forme d'art pouvant être vraiment frappante par son message et les sensations apportées. Pour un compositeur cherchant à montrer au monde comment le LSD peut être utilisé pour s'équilibrer, pour nous montrer le bien et le mal en chacun d'entre nous, il ne pourrait avoir meilleur moyen d'expression.

comments powered by Disqus