Mettre fin à la prohibition du cannabis – Les vicissitudes du Maine aux États-Un

Publié le :
Catégories : Blog

Mettre fin à la prohibition du cannabis – Les vicissitudes du Maine aux États-Un

Le combat pour mettre fin à la prohibition du cannabis a connu un mois de novembre turbulent, et tout s'est joué dans l’État du Maine aux États-Unis.

Le combat pour mettre fin à la prohibition du cannabis a connu un mois de novembre turbulent, et tout s'est joué dans l’État du Maine aux États-Unis.

Novembre a été un mois intéressant pour les habitants du Maine aux États-Unis. Ils ont vu à la fois la légalisation du cannabis au niveau municipal, et son refus au niveau de l’État. Portland, une ville de cet État a voté oui à la Question 1, légalisant ainsi la consommation de cannabis à but récréatif sur le territoire municipal. Cependant, l'Assemblée législative du Maine n'a pas réussi à adopter une loi qui aurait légalisé, taxé et réglementé la consommation à but récréatif dans tout l’État.

Portland, un nouveau bastion du cannabis

Un vote pour légaliser la consommation récréative de cannabis a récemment eu lieu dans la ville de Portland dans le Maine aux États-Unis. La campagne en faveur de la légalisation, menée par Diane Russell, membre de la Chambre des représentants pour le district de Portland, a tenu un référendum demandant aux habitants si la consommation de cannabis privée à but récréatif devait être légalisée. Le résultat du référendum était à 70 % en faveur de la légalisation, et Portland est devenue la première ville de la côte ouest à légaliser le cannabis.

Sous la nouvelle réglementation, les résidents de Portland peuvent posséder jusqu'à 2,5 onces de cannabis pour leur consommation personnelle. Cependant, ceci ne s'applique qu'à une consommation privée : la vente de cannabis à but récréatif reste illégale et on ne peut pas en fumer dans les lieux publics.

Il faut noter que l'accès au cannabis médical est légal dans le Maine, et c'est une situation largement considérée comme une victoire symbolique dans le combat contre la répression des drogues que le gouvernement fédéral applique, une répression qui a prouvé son échec. Espérons que cette situation pourra prouver au reste des États-Unis que la consommation responsable de cannabis est sans danger, et qu'en résultat plus de villes et d’États en légaliseront la consommation.

David Boyert, le directeur politique du groupe de défense “The Marijuana Policy Project”, décrit le vote comme étant un autre domino tombant dans ce qu'il pense être un mouvement inopposable de légalisation qui va s'étendre dans le pays tout entier.

Le référendum n'a pas rencontré d'opposition organisée, même si certaines voix anti-drogues se sont élevées contre la façon dont la campagne était présentée : ils ressentaient que les publicités présentaient la consommation de cannabis sous un jour trop favorable pour les jeunes de moins de 21 ans, au lieu de simplement faire entendre leurs arguments au sujet de la Question 1.

Les vicissitudes du Maine

Bien que Russel ait réussi à légaliser la consommation privée de cannabis dans sa circonscription de Portland, elle a échoué à faire adopter une loi englobant la légalisation, la taxation et la réglementation du cannabis au niveau de l’État. Ceci signifie que la consommation privée de cannabis est toujours légale dans les limites de la ville de Portland, mais qu'elle est toujours illégale dans le reste de l’État. De plus, l'échec de cette loi empêche la vente légale de cannabis à Portland, ce qui fait des dealers illégaux la seule source d'approvisionnement.

Le vote pour la légalisation à l'échelle de l’État a été mené par un groupe de 10 membres de dirigeants législateurs de haut niveau. Ils ont voté 5 pour et 5 contre, et comme la majorité est requise pour l'adoption de la loi, elle n'est pas passée. C'est la troisième fois que cette loi est présentée est qu'elle échoue à être adoptée, elle ne pourra pas être représentée avant 2015.

Russell a décrit le résultat comme décevant, mais elle n'abandonnera pas : « J’apprécie les membres des deux partis qui ont voté avec les habitants du Maine », a-t-elle déclaré. « C'est frustrant qu'il ne nous ait manqué qu'un seule vote, mais nous continuerons à travailler vers une approche pragmatique qui protège les enfants tout en protégeant aussi les libertés de nos citoyens. »

comments powered by Disqus