Les Amérindiens ont reçu l'autorisation de cultiver de l'herbe

Publié le :
Catégories : BlogCannabisLois sur les drogues

Les Amérindiens ont reçu l'autorisation de cultiver de l'herbe

Le ministère de la justice des États-unis vient juste de porter un autre coup dévastateur à la Guerre contre les drogues. Les Amérindiens peuvent à présent légalement cultiver et vendre de l'herbe sur leurs propres terres.

Bien entendu, ce genre de permissions s'accompagne de règlements : il est toujours interdit de vendre aux mineurs, l'herbe ne peut pas être transportée vers des zones où elle est illégale et elle ne peut pas être cultivée sur un terrain public, entre autres. Cependant, le fait que la culture et la vente de cannabis pour les Amérindiens soit devenue légale sur des terres contrôlées au niveau fédéral est extrêmement significatif. C'est parce que cette décision crée un double standard qui ne pourra pas perdurer. Pourquoi serait-il possible pour certaines personnes de cultiver et de consommer du cannabis, et pourquoi pas pour d'autres ? C'est une différenciation qui attire beaucoup l'attention sur la stupidité de la prolongation de la prohibition du cannabis et qui aide les activistes à donner du poids à leurs arguments.

L'heure de sortir le calumet de la paix ?

Avant que vous ne commenciez à imaginer que les États-Unis seront bientôt recouverts de champs d'herbe, il faut savoir que toutes les tribus n'accepteront pas cette offre. Dans l'histoire récente, la toxicomanie est devenue très courante dans certaines communautés amérindiennes, de quoi provoquer l'inquiétude chez leurs dirigeants. C'est pourquoi certaines tribus pourraient voter de continuer à appliquer la prohibition fédérale, que le gouvernement américain acceptera volontiers de continuer à appliquer dans les zones concernées. Même dans des états comme Washington et le Colorado, des tribus peuvent décider d'interdire l'herbe sur leur territoire.

D'un autre côté, certaines tribus pourraient voir qu'une telle décision pourrait être utilisée pour maximiser leurs revenus, comme ils le font avec les lois sur les jeux d'argents et le tabac, alors que d'autres pourront vouloir en faire une fondation culturelle et économique de leur communauté.

Une chose certaine, c'est que la différenciation supplémentaire - installée par cette décision - entre la loi des états et la loi fédérale, ainsi que la possibilité pour les Amérindiens et les non-Amérindiens de se procurer de l'herbe, cette différenciation finira par jouer en faveur du mouvement pour la légalisation. Le fait est que cette nouvelle possibilité de culture a été accordée sans trop d'efforts de persuasion et qu'elle diminue grandement les capacités du ministère de la justice à faire appliquer correctement la prohibition. La prohibition du cannabis est en train de mourir.