Le cannabis médical au Royaume-Uni : disponible grâce à une faille

Publié le :
Catégories : BlogCannabis médical

Le cannabis médical au Royaume-Uni : disponible grâce à une faille

Le Royaume-Uni applique actuellement une politique de tolérance zéro pour ce qui est du cannabis. Il est illégal à tous les niveaux, mais il semble que cela pourrait un jour changer.

Le Royaume-Uni applique actuellement une politique de tolérance zéro pour ce qui est du cannabis. Il est illégal à tous les niveaux, mais il semble que cela pourrait un jour changer.

Le point de vue sur le cannabis dans le monde est lentement en train de changer, et le Royaume-Uni en prend note. Les récentes évolutions aux États-Unis et en Uruguay sonnent le début de la fin de la prohibition.

Un membre de « Clear » importe du cannabis médical au Royaume-Uni

Récemment, un citoyen britannique a importé légalement avec succès du cannabis médical au Royaume-Uni. Il s'agit de Jamie Watling, un homme de 33 ans souffrant de troubles dégénératifs de la colonne vertébrale qui provoquent douleurs chroniques, spondylarthrite, sténose lombaire et sciatiques.

Watling a été diagnostiqué il y a peu avec la maladie de Dercum, une maladie rare qui provoque la dissémination dans le corps entier de tumeurs douloureuses de la colonne vertébrale. Comme les traitements conventionnels ont cessé d'être efficaces, Watling cherchait des alternatives. Il avait consommé à l'occasion du cannabis dans le passé, et il s'est dit qu'il allait réessayer pour en tester les effets. Il a été très plaisamment surpris : le cannabis lui offrait un grand soulagement, avec peu d'effets secondaires.

En communiquant cette information à son médecin, Watling a été surpris de découvrir que celui-ci était très ouvert à l'idée d'utiliser du cannabis, au point où le docteur a pris les choses en main et a mené ses propres recherches. Le médecin a fini par suggérer et prescrire du Bedrobinol, une variété médicale de cannabis produite par la compagnie hollandaise Bedrocan.

Avec cette prescription en main, Clear, une organisation faisant campagne pour une réforme de la loi sur le cannabis, a fait une demande au Bureau de l'Intérieur de Watling pour obtenir une licence d'import de cannabis personnelle. Ils ont aussi permis à Watling de voyager aux Pays-Bas où sa prescription a été transmise à une pharmacie, pour qu'il puisse en prendre livraison.

De manière compréhensible, le voyage du retour a été assez éprouvant pour les nerfs, et il a fallu une bonne dose de courage pour se présenter devant les agents de la douane et leur dire qu'il y avait quelque chose à déclarer. Heureusement, tous les papiers étaient en règle, et les douanes britanniques n'ont eu aucun problème avec. Les agents de la douane ont déclaré que si le cannabis n'avait pas été déclaré, Watling aurait fait face à de graves problèmes. Ils ont aussi affirmé qu'ils allaient se tourner vers le Bureau de l'Intérieur pour demander des conseils sur la marche à suivre au cas où un cas similaire se représentait dans le futur.

Ce n'est pas la seule avancée pour le cannabis au Royaume-Uni. La pression pour que le gouvernement reconsidère sa politique est de plus en plus pressante.

Sanjay Gupta s'intéresse au Royaume-Uni

Le Dr Sanhay Gupta est un célèbre neurochirurgien et reporter médical pour CNN américain qui a radicalement changé son point de vue sur le cannabis l'année dernière. Il était auparavant une figure de l'opposition au cannabis et il pensait qu'il faisait plus de mal que de bien. Mais son point de vue à changé. Les multiples recherches sur le sujet ont changé son opinion, au point où il a déclaré publiquement que nous avons été trompés sur la nature du cannabis au cours du siècle dernier, et qu'il s'excusait pour avoir joué un rôle dans cette tromperie.

Gupta a depuis créé un documentaire pour CNN exposant la vérité sur le cannabis, dans des termes auxquels les américains moyens peuvent s'identifier, permettant d'éliminer les préjugés traditionnellement associés au cannabis:

Gupta s'intéresse maintenant à l'évolution au Royaume-Uni. Il a rapporté l'histoire de Watling dans un interview et il a créé un documentaire exposant les pièges de la législation britannique actuelle (diffusion prévue en Mars 2014). Avec la législation actuelle, le cannabis est une substance prohibée qui est classée comme n'ayant absolument aucune valeur médicale. Ceci contredit évidemment toutes les preuves scientifiques, la décision du Bureau de l'Intérieur de laisser Watling importer du cannabis au Royaume-Uni et l'autorisation accordée à GW Pharmaceuticals pour cultiver du cannabis pour la production de Sativex, un médicament à base de cannabis.

Le Ministre de l'intérieur ordonne une évaluation des politiques sur les drogues

Récemment, le ministre de l'intérieur Theresa May a commandé une étude sur les politiques des autres pays ayant décriminalisé ou adopté des lois moins strictes sur le contrôle du cannabis. Cette étude va probablement s'intéresser aux pays qui ont légalisé la consommation de cannabis à but médical, et à des régions comme les États de Washington et du Colorado où existent des projets pour légaliser la consommation à but récréatif. L'étude va également comparer la consommation de cannabis à d'autres substances et aux « drogues légales » difficiles à réglementer, car les preuves qui suggèrent que le contrôle du gouvernement est supérieur à la prohibition s'accumulent.

Ceci dit, May a rejeté une demande pour un rapport spécial sur la politique des drogues qui serait produit en 2015, ce qui pose la question de savoir combien de temps ils comptent prendre. Ceci signifie que le Royaume-Uni ne doit pas espérer connaître de changements radicaux dans un futur immédiat pour la consommation à but récréatif, mais le changement est cependant en marche. Espérons que le mouvement ne sera pas stoppé avant d'arriver à son sommet. Cela ne veut pas dire que rien ne peut être fait pour les consommateurs à but médical : le cas de Watling a ouvert une faille que Clear espère utiliser pour permettre aux consommateurs à but médical d'obtenir l'herbe dont ils ont besoin, du moment qu'ils suivent les étapes nécessaires.

S'en procurer

Avant de continuer, il est très important de comprendre que ceci est une faille dans la loi. La culture, la consommation et la possession de cannabis restent illégales à tous les niveaux au Royaume-Uni. L'existence prouvée d'une nécessité médicale n'est qu'une circonstance atténuante si le consommateur est poursuivi d'après le Coroners and Justice Act de 2009. Nous ne soutenons aucune activité illégale.

La clé pour un patient cherchant à utiliser du cannabis médical au Royaume-Uni est la transparence complète. Le médecin doit enregistrer la demande de son patient pour une prescription de cannabis, notant qu'il déclare que le cannabis aurait une influence positive sur l'état du patient, qu'il sera consommé discrètement et en sécurité, qu'il n'en abusera pas et que le cannabis n'a pas d'effets secondaires négatifs. Il faut également faire figurer au dossier que le patient a envisagé la possibilité d'une prescription privée, même si ces dernières sont quasi-inexistantes. Il faut ensuite faire une demande au Bureau de l'Intérieur, demandant l'autorisation d'importer du cannabis Bedrocan, tout comme Watling. Il faut noter que toutes les tentatives ultérieures ont été refusées depuis l'affaire Watling. Ce qui est important, c'est que des preuves aient été créées. Si le patient est traîné en justice, il pourra démontrer qu'il avait uniquement l'intention d'utiliser du cannabis dans un but médical et qu'il a épuisé toutes les autres possibilités de s'en procurer.

Avec ces preuves, et une quantité de cannabis pouvant être considérée comme correspondant à une consommation personnelle à des fins médicales, la condamnation pourra varier entre un abandon des poursuites ou de légers travaux d’intérêts publics. Une fois de plus, nous n'incitons pas à violer la loi, et suivre les étapes précédentes ne soustrait pas les patients à la loi : elles prouvent seulement les circonstances atténuantes.

Comme beaucoup de pays et d’États choisissent de légaliser le cannabis, particulièrement aux États-Unis et en Amérique du Sud, la pression se fait plus forte sur les lois prohibitives ayant échoué. Après tout, l'économie du cannabis va générer des millions de revenus en taxes. On a donc jamais eu autant de chances de voir des changements bientôt, et aussi au Royaume-Uni.