La guerre contre la conscience

Publié le :
Catégories : BlogLois sur les droguesPsychédéliques

La guerre contre la conscience

Ce n'est peut-être pas le but principal de la Guerre contre les Drogues, mais c'est sans aucun doute une guerre contre la conscience et la liberté de penser.

La Guerre contre les Drogues a échoué de nombreuses façons et affecte de nombreux aspects de la vie. En général, les arguments contre la Guerre contre les Drogues ont tendance à se focaliser sur ses échecs économiques, médicaux et criminels, mais aujourd'hui nous voulons regarder un autre point : l'idée que la Guerre contre les Drogues est une guerre contre la conscience.

La conscience est une chose assez drôle, et nous ne parlons pas du simple fait d'être éveillé. C'est une chose qui affecte tout, de la simple conscience du monde qui nous entoure, en passant par la façon dont nous réagissons et ressentons les choses, jusqu'à nos points de vue et émotions qui nous traversent. C'est un point extrêmement complexe et d'une certaine manière, notre conscience définit qui nous sommes. Même si nous savons tous que nous sommes conscients, la science ne connaît que peu de choses à ce sujet. La conscience va bien au-delà de simples signaux électriques dans le cerveau, ce qui en fait l'un des plus grands mystères actuels de la vie.

De plus, nos perceptions de cette conscience sont fortement limitées par nos propres expériences de vie. Les substances psychoactives ont la capacité d'étendre cette conscience au-delà de ce que nous pensions être possible, nous permettant de voir les choses d'une façon impossible pour un esprit dans un état normal. Cela peut nous apporter, même après la fin du voyage, une nouvelle vision de la vie et une façon de penser plus étendue.

C'est pourquoi il n'est pas déraisonnable de considérer les lois sur les drogues comme étant très limitatives et contrôlant ce que nous pouvons faire avec notre esprit. Aussi simpliste que cela puisse paraître, la Guerre contre les Drogues est une forme de contrôle mental, qui enferme nos esprits dans les cages préconçues de ce que la société considère comme acceptable. C'est un affront à la liberté cognitive, à l'idée que nous ayons un contrôle souverain sur notre esprit et cela va bien au-delà de la simple liberté de pensée.

Terrence McKenna a écrit à ce sujet :

« Nous ne jouons qu'avec la moitié des cartes tant que nous tolérons que les cardinaux du gouvernement et de la science puissent nous dicter où la curiosité humaine peut légitimement diriger son attention et où elle ne le peut pas. C'est une situation absurde. C'est un problème de droits civiques, car ce dont nous parlons ici est une répression d'une sensibilité religieuse. En fait, pas d'une sensibilité religieuse, mais de la sensibilité religieuse. »

Et n'en doutez pas, la prohibition des substances psychédéliques et le contrôle qu'elle engendre sur la liberté cognitive dicte en effet là où la curiosité et la créativité humaine peuvent concentrer leur attention. Des technologies, des innovations et des idées parmi les plus révolutionnaires de notre époque ont été conçues grâce aux substances psychédéliques, et sans elles nos sociétés seraient bien différentes.

Heureusement, il existe de grand esprit qui peuvent approfondir et rentrer dans les détails plus que nous ne le pouvons. L'un d'entre eux est l'auteur Graham Hancock. Il y a quelques années, Graham Hancock a fait une présentation TED sur ce sujet, en détaillant avec beaucoup de détails comment il voit la conscience dans la société et comment la conscience est bridée. Nous vous recommandons fortement de la consulter !