Comment créer un Cannabis Social Club

Publié le :
Catégories : Blog

Comment créer un Cannabis Social Club

Des Cannabis Social Clubs apparaissent dans toute l'Europe : ils sont la prochaine étape logique vers un marché du cannabis sain et régulé. Voici comment ils fonctionnent et comment en créer un.

Des Cannabis Social Clubs apparaissent dans toute l'Europe : ils sont la prochaine étape logique vers un marché du cannabis sain et régulé. Voici comment ils fonctionnent et comment en créer un.

Les Cannabis social clubs sont un nouveau phénomène très prometteur et nous commençons à en voir de plus en plus, surtout en Espagne et en France. Le nombre de social clubs a rapidement augmenté au cours de l'année passée, encouragés en partie par les vagues de la réforme mondiale des politiques sur la drogue.

Qu'est-ce qu'un cannabis social club ?

Le concept du cannabis social club est l’œuvre de l'organisation non-gouvernementale ENCOD, qui travaille pour une réforme de la politique des drogues dans toute l'Europe. Le club est une association légale de consommateurs de cannabis adultes qui facilite la culture de cannabis pour une consommation personnelle. Le club est responsable de la production et de la distribution de cannabis de haute qualité à ses membres. Chaque club cultive juste assez pour ses propres membres et ne fait pas de publicité ou n'essaye pas activement de vendre à ceux qui n'en sont pas membres. En résultat, le cannabis social club est un réseau fermé, ou un cercle privé de consommateurs, qui offre une alternative sûre, régulée et transparente au marché de rue de la drogue.

Comment fonctionnent les cannabis social clubs ?

En essence, le club couvre l'intégralité de la chaîne de la graine à l'herbe : culture, contrôle de la qualité, transport et distribution. Comme ce sont des associations à but non-lucratif, les clubs sont financés par les cotisations de chaque membre. Chaque membre définit exactement ce qu'il veut et combien il en veut, que ce soit pour une consommation à but médical ou bien récréatif. Les cotisations couvrent les coûts de la culture, de la maintenance et de la distribution. Pour qu'un cannabis social club puisse fonctionner, il faut que la majorité de ses membres y participe activement. Ceci signifie que les membres s'impliquent eux-mêmes dans la culture et la distribution.

Quels sont les avantages d'un cannabis social club ?

L'avantage le plus important et évident d'un club est qu'il offre une sécurité dans de nombreux aspects. Les problèmes courants du marché noir, comme la violence de la rue, la coupe du produit, les prix élevés et la mauvaise qualité, sont évités. De plus, les clubs créent des emplois et une quantité considérable de produits et services taxables.

Les cannabis social club jouent également un rôle éducatif en conseillant ses membres sur les effets de la consommation du cannabis et en offrant un espace pour le partage des expériences et connaissances.

Sont-ils légaux ?

C'est une question difficile, et elle n'a pas de réponse évidente. En Espagne, où près de 500 clubs sont en activité, de nombreuses cours de justice ont attesté de leur légalité. En même temps, l'Espagne est actuellement en train de poursuivre activement l'un de son plus vieux cannabis club, le Pannagh. Son président est accusé de « trafic de drogue d'une importance considérable », et la peine requise est de 4 ans et demi de prison avec une amende jusqu'à 2,5 millions d'euros. Il semble que les courts de justice espagnoles essayent de créer un précédent sur lequel pourraient se baser d'autres actions répressives.

Créer un cannabis social club

ENCOD, (la Coalition Européenne pour une Politique des drogues Juste et Efficace), a décrit le processus de création d'un club en détail. Une chose importante dont il faut se rappeler, surtout dans les pays où ils sont illégaux, est qu'un cannabis social club est une opération fermée de culture et de distribution, sans aucun lien avec le crime organisé ou d'autres activités illégales. Ceci n'est pas seulement important pour l'image des cannabis social clubs et leur rôle dans la réforme des politiques, mais également à un niveau plus pratique, si le club devait être poursuivi en justice. Il est également sage d'avoir un avocat de son côté, s'il fallait constituer une défense.

Première étape : Déclaration publique d'intention

La première étape dans la création d'un cannabis social club est de faire connaître son intention d'en créer un. Pour ce faire, il faut faire une présentation publique avec la présence de la presse locale.

Au cours de cette présentation, l'énoncé de mission de l'initiative doit être clairement présenté : comment le club ne fournira que des adultes, et comment il offrira un moyen sûr, responsable, transparent et auto-régulé à ses membres de se procurer du cannabis sans se tourner vers le crime organisé.

Il est également recommandé de s'assurer de la venue d'un personnage public pour soutenir le projet lors de la présentation publique. Ceci permet d'augmenter la couverture médiatique et de réduire les risques de poursuites grâce à ce soutien public.

Après ceci, vous et les autres membres devraient attendre quelques temps. S'il n'y a aucune réaction ou indication des autorités locales que votre initiative serait poursuivie, alors continuez à l'étape 2.

Étape 2 : Créer le club

Il s'agit maintenant de former officiellement le cannabis social club en une entité légale. Commencez par créer un comité exécutif pour diriger le club. Ce comité doit inclure au moins un président, un secrétaire et un trésorier. Ceci permet un processus de prise de décision transparent et démocratique.

Créez ensuite les statuts du club, en vous assurant qu'ils incluent le but du club, à savoir de permettre d'éviter les risques pour la santé et le danger du cannabis obtenu de manière illégale. Il est également bien avisé de se référer à un but de recherche sur le cannabis, et sur les moyens les plus écologiques de le faire pousser. Si vous ne savez pas par où commencer, vous pouvez vous procurer un modèle de statuts par ENCOD, basé sur des social clubs déjà constitués en Espagne et en Belgique.

Afin de maintenir la transparence, les statuts devraient être enregistrés et approuvés par les autorités locales.

Une fois que c'est fait, vous pouvez commencer à accepter des membres et des cotisations. Il est important de n'accepter que des membres qui consomment déjà du cannabis où dont les troubles de santé ne sont pas aggravés par la consommation de cannabis.

Le club peut alors commencer à cultiver son cannabis. Il est recommandé de créer la plantation sur une propriété privée loin des regards du public. Les plantes devraient être cultivées biologiquement en ayant une qualité élevée à l'esprit. Cultiver ainsi et proposer une diversité de variétés permet d'assurer aux membres des options de la meilleure qualité possible.

Il est également très important que toute personne impliquée dans le club porte toujours des documents prouvant leur appartenance au club. Ce point est vital, en cas d'arrestation de tout travailleur pour sa participation aux activités du club.

La distribution et la consommation se déroulent dans l'enceinte du club.

Étape 3 : Professionnaliser l'organisation

Avec le temps, et tant que vous ne rencontrez pas de problèmes légaux, le club va sûrement grandir. Comme votre organisation se développe, il faut plus de transport et de culture, il est donc recommandé de professionnaliser le club.

Des exemples de professionnalisation : créer de multiples petites plantations, permettant un meilleur contrôle sur la qualité des cultures. Envisagez également de créer des règles pour les membres en complément des statuts du club. Ces règles peuvent comprendre des points comme la distribution aux non-membres, l'utilisation de la salle du club, la culture et les contributions, etc.

Il est sage, une fois de plus, d'informer les autorités que vous agissez en tant que collectif pour la culture du cannabis, surtout auprès de la police locale. Certains clubs le font en écrivant aux administrations représentant l'autorité, alors que d'autres envoient un communiqué de presse général.

Comme le social club est une association à but non-lucratif, il est important de maintenir la transparence auprès des membres comme avec l'extérieur. Assurez-vous que les prix soient équilibrés et créez des budgets annuels qui font apparaître les entrées et les sorties d'argent.

Si vous réalisez un profit, il est important de le réinvestir dans le social club, en améliorant les locaux, où en les utilisant pour provisionner les cotisations des membres, réduisant ainsi les sommes qu'ils ont à payer.

Tenir des comptes transparents et complets est vital pour l'association : il est très important de conserver les documents et les reçus. Ces traces sur le papier sont un autre aspect qui sépare le club du marché noir, et elles seront vitales pour prouver les intentions et la transparence du club si jamais il devait être traîné en justice.

Il est également recommandé d'impliquer un tiers ou une organisation extérieure dans le club, comme un avocat ou un conseil juridique qualifié. Ceci permet d'avoir une opinion impartiale pour savoir si le club est géré d'une manière conforme aux standards attendus par les organisations extérieures.

Étape 4 : Faire campagne pour la régulation légale et l'acceptation des cannabis social clubs

Une fois que le club fonctionne entièrement, c'est une bonne idée de commencer à s'investir plus profondément dans la politique et la campagne pour la régulation. Les cannabis social clubs sont un concept nouveau et de nombreux politiciens, forces de l'ordre et administrations gouvernementales ne savent pas encore comment les traiter. Établissez votre club en un environnement transparent et responsable qui crée des emplois, contribue à l'économie et fournit une alternative au marché noir.

Bien sûr, le degré de votre succès dépend des lois du pays dans lequel vous vivez. Par exemple, il sera bien plus difficile d'être reconnu comme une association bénéfique médicalement et sans danger au Royaume-Uni, où le cannabis n'est pas reconnu par la loi comme ayant des bénéfices médicaux, en comparaison aux pays où il l'est. Dans tous les cas, il est important de se forger la réputation d'une organisation qui prend des décisions responsables et sensées, tout comme il est important d'activement faire campagne pour une meilleure régulation et intégration dans la loi des cannabis social clubs.

A propos d' ENCOD

Le guide qui précède est basé sur « l'approche en quatre étapes » officielle telle qu'elle est suggérée par ENCOD. Cette organisation est un réseau européen constituée de plus de 140 ONG et experts impliqués au quotidien dans les problèmes et la législation des drogues. Ils offrent des conseils pour les cannabis social clubs et font activement campagne pour leur légalisation et régulation. Si vous envisagez de créer un cannabis social club, c'est une bonne idée que de rentrer en contact avec eux, de leur demander conseil et de devenir membre. C'est à travers de telles organisations factuelles, ouvertes et progressives, et les informations qu'elles fournissent, que les gouvernement commencent à considérer les politiques sur la drogue et les informations en leur possession.