Une idylle visionnaire : Steve Jobs et le LSD

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliquesTechnologie

Une idylle visionnaire : Steve Jobs et le LSD

L'un des esprits les plus innovateurs de notre temps semble devoir une partie de son inspiration aux produits hallucinogènes. Il se trouve que Steve Jobs, cofondateur d'Apple, et prodige de la technologie, aimait consommer occasionnellement du LSD.

L'un des esprits les plus innovateurs de notre temps semble devoir une partie de son inspiration aux produits hallucinogènes. Il se trouve que Steve Jobs, cofondateur d'Apple, et prodige de la technologie, aimait consommer occasionnellement du LSD.

Cela peut sembler assez difficile à croire pour certains, surtout pour les fanatiques d'Apple, mais lors d'interviews avec le Pentagone précédant une visite au Président, il a été enregistré admettant avoir pris du LSD à 15 reprises entre 1972 et 1974. Il a déclaré aux officiels du Pentagone qu'il n'avait pas de mots pour décrire cette expérience, mais que « le LSD était une expérience positive qui a changé ma vie », et qu'il ne regrettait pas du tout sa décision d'en consommer.

Cette information s'est largement répandue après son décès dû à un cancer du pancréas, grâce à la loi sur la Liberté de l'Information, mais Steve ne faisait pas un grand secret de sa consommation auprès de son entourage.

Steve jobs traitait le LSD avec le respect que le produit mérite. Il affirmait en avoir pris soit sur un cube de sucre, soit sous forme gélatineuse. Il n'est pas déraisonnable de penser que ce LSD sous gélatine n'était autre que le célèbre Clearlight (à ne pas confondre avec le moindre Windowpane).

Clearlight semble avoir été le produit le plus puissant, le plus pur disponible sur le marché. Il était présenté sous forme d'un cube de gélatine avec un dosage de 250 microgrammes, ce qui est beaucoup comparé aux doses de 50-100g standards.

C'était vraiment un produit de qualité supérieure, présenté dans une boîte en bois décorée remplie de 40 petites bouteilles en verre contenant 100 doses. Une de ces boîtes coûtait 1200$ à l'époque. Quand on considère que le LSD de qualité standard trouvé sur le marché de la rue coûtait 500$ pour la même quantité, ou bien 800$ pour le LSD plus puissant « sunshine », on peut se faire une idée de la vraie nature de ce produit.

Waldron Vorhees, le « King of Acid » auto-proclamé et membre du cercle des créateurs de Clearlight, était plutôt heureux de s’attribuer le mérite d'être la muse de tant d'inventeurs et de créateurs. Il est célèbre pour avoir déclaré dans un entretien : « j'ai branché 50 millions de personnes. Pourquoi ne pas me donner un dollar ? J'aimerais lancer un appel. Si un avocat de haut vol veut s'associer avec la personne qui a branché 50 millions de personnes et probablement créé beaucoup du monde des ordinateurs, de la réalité virtuelle et d'autres … Les gens viennent me voir et disent, 'Mec, j'aurais jamais pensé à créer tout ça sans l'acide ».

Réfléchissez un peu, Steve Jobs était un perfectionniste renommé, et le niveau dément de dévotion et de soins mis dans la création et la présentation de Clearlight peut avoir facilement influencé et transpiré dans la façon dont Steve faisait attention à la présentation de ses produits, jusqu'à son attention pour les petits détails

Que Steve Jobs ait ou non consommé le célèbre Clearlight est sujet à spéculations et débats, mais on peut affirmer avec certitude que le LSD et les autres hallucinogènes ont eu une influence majeure sur la création et les inventions humaines depuis très longtemps. Steve Jobs est l'exemple par excellence de quelqu'un en ayant consommé et qui a été guidé positivement par ces produits.

De savoir que le LSD a occupé une place si spéciale dans le cœur de quelqu'un tellement prolifique est quelque chose qui me réchauffe le cœur. Son admiration toute sa vie pour le produit a même influencé la façon dont il se conduisant avec ses employés. Pendant des entretiens d'embauche, Steve Jobs a demandé à des candidats combien de fois ils avaient consommé du LSD dans leur vie, essayant ainsi de leur faire baisser leur garde, mais aussi pour avoir un aperçu de leur fonctionnement interne. Il était profondément affecté par cette expérience, et bien qu'il n'ait pas pas été un défenseur proéminent du LSD, il pensait que c'était dans l'intérêt de tous d'essayer le produit.

En 2007, Steve a été contacté par Albert Hofmann, alors âgé de 101 ans, l'inventeur du LSD. Dans sa lettre à Steve, il lui a demandé son soutien pour prouver l'usage médical du LSD à travers la recherche médicale clinique et pour laver le nom du produit des stigmates de la consommation abusive faite par la culture rebelle des années 1960.
Voici ce qu'il a écrit :

« Cher Mr Steve Jobs,
Salutations d'Albert Hofmann. J'ai appris par les médias que vous pensez que le LSD vous a aidé de manière créative dans le développement d'Apple Computers et dans votre quête spirituelle personnelle. J'aimerais en savoir plus sur la façon dont le LSD vous a été utile.

Je vous écris aujourd'hui, peu de temps après mon 101ème anniversaire, pour vous demander de soutenir la proposition d'étude du psychiatre suisse Dr Peter Gasser pour une psychothérapie assistée par le LSD chez des patients anxieux atteints de maladie mortelles. Ceci deviendrait la première étude de psychothérapie assistée par le LSD depuis plus de 35 ans et elle serait soutenue par le MAPS.

J'espère que vous aiderez à transformer mon enfant à problèmes en un enfant merveilleux.

Sincèrement

Albert Hofmann »

Il n'y a pas de traces officielles d'une éventuelle réponse de Steve Jobs, ni du contenu de cette réponse si elle a existé, mais nous espérons qu'il a offert un support officieux avant qu'Albert Hofmann nous quitte à l'âge avancé de 102 ans.

Comme vous pouvez le voir, le LSD était une partie majeur de la vie de Steve Jobs, le façonnant en la personne qu'il était et façonnant sa vision et sa manière d'agir sur le monde. Qui sait, peut-être que l'iPhone que vous (ou vos amis) possédez est le résultat direct de l'inspiration qu'il a reçue de ce produit célèbre.

comments powered by Disqus