Voici Comment, Quand Et Pourquoi Donner Des Nutriments Aux Plants

Un plant de cannabis en bonne santé nécessite un régime d’engraissage assez strict. Visualisez le plant comme un athlète de haut niveau dont vous seriez le nutritionniste. Optimiser l’apport en nutriments est la clé pour obtenir les meilleurs résultats. Ci-dessous et en commençant par le plus simple, nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir sur la façon d’engraisser correctement les plants de cannabis.

Comment Administrer Des Nutriments Aux Plants De Cannabis

Depuis les raisons pour lesquelles les plants ont besoin de nutriments, jusqu’aux nutriments dont ils ont besoin en passant par la clarification de certains termes clés, nous passerons tout en revue. Bientôt, vous vous sentirez beaucoup moins anxieux à l’idée d’engraisser votre weed !

Pourquoi les plants de cannabis ont-ils besoin de nutriments ?

Pourquoi les plants de cannabis ont-ils besoin de nutriments ?

Pour faire simple, les plants de cannabis ont besoin de nutriments pour grandir et survivre. En tant qu’animaux, nous ingérons les nutriments principalement par la bouche, surtout sous forme d’aliments et de boissons. Les plantes les absorbent en grande partie dans le substrat via leurs racines. Comme nous, les plants de cannabis fonctionnent au mieux lorsqu’ils reçoivent des ratios et des concentrations optimales de nutriments. En fait, ils peuvent être assez pointilleux en matière d’engraissage et se tromper peut leur être fatal.

Les nutriments, en combinaison avec l’eau, l’éclairage, l’oxygène et le CO₂, fournissent au cannabis tout ce dont il a besoin pour croître, se développer et produire de grandes quantités de têtes puissantes et savoureuses.

Besoins en nutriments des plants à autofloraison

Les plants à autofloraison, qui contiennent des gènes de Cannabis ruderalis, ont tendance à survivre et à s’épanouir avec moins de nutriments que leurs homologues photopériodiques. En général, un plant à autofloraison a besoin de la moitié voire un tiers de la quantité de nutriments nécessaires aux plants photopériodiques.

De quels nutriments les plants de cannabis ont-ils besoin ?

De quels nutriments les plants de cannabis ont-ils besoin ?

Le cannabis (et la plupart des espèces végétales) a besoin de toute une série de nutriments pour se développer. Certains de ces nutriments sont totalement essentiels et sans eux, elles passeront l’arme à gauche. D’autres sont moins essentiels, mais contribuent à une bonne croissance, à la fructification, à la reproduction et à une bonne santé générale.

Par exemple, même si vous pouvez survivre longtemps en vous nourrissant uniquement de pain, vous ne vous sentirez probablement pas au top en le faisant. Voyez donc les choses ainsi : plus vous offrez de variété à vos plants, plus ils seront en bonne santé.

Les macronutriments

Les macronutriments sont ceux dont le cannabis a besoin en plus grande quantité et qui sont les plus essentiels à sa survie. Si vous les retirez de l’équation, vous n’avez aucun espoir de cultiver quoi que ce soit. Les trois macronutriments sont :

L’équilibre entre ces trois éléments est connu sous le nom de ratio NPK. NPK est un terme essentiel dans la culture du cannabis et dans l’horticulture en général et le comprendre vous permettra de nourrir vos plants de manière appropriée. De plus, la majorité des engrais commerciaux pour plantes affichent bien en évidence leur ratio NPK et il est probable que ce soit le facteur principal qui dicte l’engraissage que vous décidez d’administrer à vos plants.

Macronutriments secondaires

Mais le ratio NPK seul ne suffit pas. Les plants de cannabis ont également besoin de macronutriments secondaires qui sont :

Chacun de ces nutriments remplit des fonctions différentes au cours du cycle de vie du plant. Les engrais spécifiques pour cannabis devraient déjà contenir un équilibre adéquat de ces macronutriments secondaires, mais il est judicieux de vérifier cela avant d’en acheter. Sinon, vous pouvez les administrer séparément. Par exemple, le calcium peut être ajouté en pulvérisation foliaire.

Articles liés

Les Carences des Macros Et Micronutriments Démystifiées

Micronutriments

Enfin, les plantes ont également besoin de micronutriments pour s’épanouir. Ils sont appelés « micro », car ils sont nécessaires en quantités beaucoup plus faibles que les macronutriments ci-dessus et pourtant, ils n’en sont pas moins importants.

Les voici :

  • Bore
  • Chlore
  • Cuivre
  • Fer
  • Manganèse
  • Molybdène
  • Zinc
  • Nickel

Si vous cultivez dans un substrat de qualité, les micronutriments devraient déjà être présents en quantité suffisante et il n’est donc pas nécessaire de s’en préoccuper. En revanche, si vous cultivez dans un milieu inerte, comme en hydroponie, vous devez les ajouter vous-même.

Autres éléments bénéfiques

Les nutriments ci-dessus sont cruciaux pour lebon développement et la survie des plants de cannabis. Les nutriments suivants peuvent aussi être bénéfiques s’ils sont utilisés correctement, mais en faire abstraction n’aura aucune répercussion négative. Voici quelques autres éléments bénéfiques :

Quand et quels nutriments faut-il utiliser ?

La phase de développement dans laquelle se trouve un plant de cannabis déterminera en grande partie la quantité et le ratio de nutriments dont il a besoin. Le tableau ci-dessous donne un aperçu des différents ratios requis à chaque phase.

Stade de croissance N P K
Phase de germination 0 0 0
Début de la phase végétative (semis) 2 1 2
Milieu phase végétative 10 5 7
Fin de phase végétative 7 7 7
Début de la phase de floraison 5 7 10
Milieu phase de floraison 6 10 15
Milieu-fin de phase de floraison 4 7 10
Fin de phase de floraison 0 0 0

Comme vous pouvez le constater, au tout début et à la fin de la vie d’un plant, celui-ci n’a pas besoin d’un ajout extérieur de nutriments. La germination peut se faire dans l’eau ou dans un milieu de culture, mais l’humidité est tout ce qui est nécessaire. Au cours des dernières étapes, de nombreux cultivateurs choisissent soit de rincer le milieu de culture, soit d’éliminer tous les nutriments restants avec de l’eau pure. On pense que cela oblige les plants à puiser dans leurs réserves et cela résulterait en un produit final de meilleur goût.

Besoins En NPK Du Cannabis Par Stade De Croissance

Hormis ce point, les plants ont besoin de différentes concentrations et de différents ratios de NPK tout au long de leur vie. Le décryptage visuel en autant d’étapes que celles présentées dans le graphique ci-dessus n’est pas nécessaire, mais cela permet d’obtenir les meilleurs résultats. Pour les cultivateurs débutants, utiliser un engrais de croissance pendant la phase végétative et un engrais de floraison pendant la phase de floraison devrait suffire.

Si vous cultivez en terre, les nutriments nécessaires à la phase de semis/début de croissance devraient déjà être naturellement présents et il n’est donc pas nécessaire de les ajouter. Si vous cultivez dans un milieu inerte, vous devrez aussi compléter manuellement pour cette étape.

Comment gérer l’équilibre des micronutriments ?

La méthode la plus simple pour atteindre le bon équilibre en micronutriments est de cultiver en utilisant de la terre. Presque tous les types de terres, et en particulier celles destinées au cannabis, contiennent suffisamment de micronutriments pour alimenter votre plant tout au long de son cycle de vie pour éviter d’y penser continuellement.

Articles liés

La Culture Du Cannabis En Terre

Si vous optez pour une culture sans terre/hydroponique, vous devrez les ajouter vous-même. Dans la plupart des cas, il suffit de suivre les instructions du fabricant. Contrairement au ratio NPK, il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les détails des ratios de micronutriments. Malgré tout, sachant que vous remplacerez régulièrement l’eau de votre installation hydroponique, vous pourrez ajuster les équilibres en micronutriments une fois que vous aurez maîtrisé le reste.

Influences environnementales sur les programmes d’engraissage

L’environnement dans lequel vos plants poussent a également une certaine influence sur la façon dont ils doivent être fertilisés. Ceci est un point qui concerne davantage les cultivateurs expérimentés et qui ne devrait pas trop préoccuper les novices. Cependant, pour ceux qui cherchent à affiner leurs compétences et à optimiser le développement, les éléments suivants méritent d’être pris en compte :

  • Si les plants poussent dans des conditions chaudes, il est recommandé de réduire l’azote de 10–20 %
  • Si les plants poussent dans des conditions froides, il est recommandé d’augmenter l’azote de 10–20 %
  • Si les plants poussent sous une lumière intense, utilisez plus d’azote
  • Si les plants poussent sous une lumière faible, utilisez moins d’azote

Comment tirer le meilleur parti des nutriments ?

Comment tirer le meilleur parti des nutriments ?

Afin de tirer le meilleur parti de vos nutriments, il est conseillé de s’en tenir à une seule marque ou à un seul programme d’engraissage. En effet, outre les macronutriments, les engrais sont susceptibles de contenir de nombreux autres ingrédients et additifs. Les marques créent différents engrais qui fonctionnent de concert et cela signifie qu’elles prennent en compte les équilibres secondaires en macronutriments et micronutriments des différents produits. Il est donc préférable de s’en tenir à une seule marque pour obtenir les meilleurs résultats. Sinon, vous pouvez fabriquer vos propres engrais ou vous renseigner sur le contenu exact de chaque bouteille si vous souhaitez mélanger les marques.

Lecture de tableaux d’engraissage en nutriments

La plupart des engrais du commerce sont accompagnés d’un tableau d’engraissage. Ces tableaux décrivent les ratios nécessaires pour chaque étape du développement et vous indiquent la quantité d’engrais à ajouter par litre d’eau.

Tableau Des Nutriments Du Cannabis

Bien sûr, ils sont standardisés et doivent donc être utilisés à titre indicatif plutôt que comme une règle stricte selon vos plants. Ils se basent sur un cycle de vie de 12–13 semaines puisque cela correspond à la moyenne pour un plant photopériodique. Cependant, vous pouvez avoir une sativa longue durée qui s’étend au-delà de cette durée ou une autofloraison rapide qui termine son cycle en près de 8 semaines. De ce fait, n’oubliez pas que rien n’est figé dans le marbre lorsque vous utilisez ces tableaux.

Bien qu’il ne faille pas s’y attendre, certains tableaux indiquent également les valeurs de pH et d’EC optimales pour chaque étape de développement et selon un engrais donné.

L’importance d’éviter le surengraissage

L’importance d’éviter le surengraissage

L’une des erreurs les plus courantes commises par les cultivateurs débutants est le surengraissage. Il peut être facile de supposer qu’un surplus d’engrais signifie une meilleure croissance et que les plants laisseront simplement ce qu’ils ne peuvent pas absorber dans le milieu. Cependant, le surengraissage est beaucoup plus dangereux que son inverse et il est également beaucoup plus difficile d’y remédier.

Si vous surengraissez vos plants, ils peuvent développer ce que l’on appelle un « blocage de l’absorption des nutriments ». Concrètement, la concentration de nutriments dans le milieu devient trop élevée et les plants ne sont pas en mesure de les absorber correctement, ce qui, contre toute attente, entraîne une malnutrition. Contrairement au sous-engraissage, la terre ou le milieu de culture devra être totalement rincé pour inverser cet effet et les nutriments devront être progressivement réintroduits.

Articles liés

Quand Et Comment Rincer Vos Plants De Cannabis

Il est donc plus facile de faire preuve de prudence et de sous-engraisser vos plants plutôt que l’inverse. Si vos spécimens commencent à montrer des signes de sous-engraissage, vous pouvez simplement en ajouter un peu plus ou administrer un complément par pulvérisation foliaire, même si cela ne fonctionne pas pour les nutriments immobiles.

Il est également judicieux d’utiliser un EC-mètre pour mesurer la ppm des nutriments et un pH-mètre pour s’assurer que votre eau et votre milieu ont une acidité correcte pour garantir une absorption optimale des nutriments. Par exemple, si le pH est trop élevé ou trop faible, les racines ne pourront pas absorber les nutriments correctement et cela entraînera des signes de sous-engraissage même si vous avez beau engraisser minutieusement vos plants. Et si vous augmentez leur alimentation, vous provoquerez la situation de blocage de l’absorption des nutriments mentionnée ci-dessus. De ce fait, une gestion attentive de ces facteurs permet de maintenir l’équilibre dont les plants ont besoin pour rester heureux et en bonne santé.

Engrais à diffusion lente vs engrais à diffusion rapide

En cas de doute, les cultivateurs peuvent utiliser des engrais à diffusion lente qui libèrent progressivement les nutriments au fil du temps. Ces engrais spécialement conçus atténuent le risque de surengraissage et cela en fait des produits formidables pour les débutants, les amateurs et les cultivateurs en guérilla. Le seul véritable inconvénient est que vous ne pouvez pas personnaliser les ratios en fonction des besoins d’une variété donnée. Ainsi, pour les cultivateurs expérimentés qui veulent un contrôle total, les engrais à diffusion lente peuvent s’avérer contraignants plus qu’autre chose. Hormis cela, ce sont des produits très utiles.

Les cultivateurs peuvent même choisir de créer ou de se procurer un « super soil » organique qui contient tout ce dont un plant a besoin pendant tout son cycle de vie. Ainsi, il n’y a plus qu’à administrer de l’eau pure et de surveiller le niveau de pH.

Comment préparer les solutions nutritives pour le cannabis

Comment préparer les solutions nutritives pour le cannabis

La préparation d’une solution nutritive est assez facile et ne nécessite que quelques étapes simples. Cela dit, il est important de le faire de manière réfléchie, car se tromper dans les ratios peut causer des dommages difficiles à rectifier et certains pourront même ne pas l’être. Voici les étapes de la préparation d’une solution nutritive :

  1. Trouvez votre eau. Il est évident que l’eau filtrée ou l’eau RO (obtenue par osmose inverse) est préférable à l’eau du robinet.

  2. Ajoutez les nutriments comme indiqué sur l’emballage du produit. Utilisez un EC-mètre ou un testeur ppm pour obtenir des mesures exactes.

  3. En fonction de votre eau, ajustez le pH de votre solution en utilisant une supplémentation en pH up/down.

  4. Vous êtes maintenant prêt à engraisser votre plant. Ajoutez la solution et dès qu’une partie de l’eau commence à s’écouler du fond, mesurez le pH et la ppm de cet écoulement pour savoir ce qui se passe dans la terre. Si tout est dans les fourchettes adéquates, vous avez terminé ! Sinon, il faudra peut-être l’ajuster un peu.

Qu’en est-il du pH, des ppm, de l’EC et de la température de l’eau ?

Nous avons mentionné tous les termes suivants tout au long du texte, mais clarifions leur importance lorsqu’il s’agit de fertiliser vos plants :

  • pH : c’est l’abréviation de « potentiel hydrogène » qui indique le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une substance. Un pH de 7,0 est neutre, ce qui correspond au pH de l’eau pure. 1 est très acide et 14 est très alcalin. Habituellement, le cannabis cultivé dans la terre aime un pH compris entre 6,0–6,5, vous devez donc vous assurer que votre programme d’engraissage se situe dans cette fourchette.

  • ppm : c’est l’abréviation de « parties par million ». Cela indique la concentration de différents nutriments dans une solution donnée.

  • EC : c’est l’abréviation de « électro-conductivité ». Un relevé de l’EC peut être converti pour vous indiquer la ppm d’une solution en mesurant la façon dont l’électricité est conduite dans cette solution.

  • Température de l’eau : celle-ci est un peu plus simple. Les racines ont des températures optimales auxquelles elles sont capables d’absorber les nutriments. Pour le cannabis, cette température est d’environ 19–21 °C. Bien qu’ajuster cette température puisse être utile, ce n’est pas essentiel. La nature ne reste pas à une température constante et les plants peuvent opérer efficacement dans une fourchette de températures plus large que celle d’un espace de culture.

En maîtrisant ces facteurs, vous serez plus précis dans votre régime d’engraissage et vous pourrez ainsi obtenir le meilleur de vos plants.

Reconnaître les problèmes de nutriments

Reconnaître les problèmes de nutriments

Comme nous l’avons mentionné, une quantité trop importante ou trop faible d’un certain nutriment peut causer des problèmes. Voici un aperçu des problèmes que vous pouvez rencontrer.

  • Carence en azote : les feuilles entières commencent à jaunir, en commençant par les plus anciennes et en progressant vers les plus récentes.

  • Carence en phosphore : les feuilles les plus anciennes deviennent brunes ou violettes et les extrémités perdent leur vitalité.

  • Carence en potassium : le bord des feuilles les plus anciennes devient jaune vif, puis commence à avoir l’air brûlé. Des taches brunes peuvent recouvrir les feuilles.

  • Brûlure liée aux nutriments (surengraissage) : la brûlure liée aux nutriments est causée par le surengraissage et produit un aspect jaune/bronzé typé « brûlure », sur les extrémités des feuilles nourricières. Cet état peut également conduire à un blocage de l’absorption des nutriments.

  • Blocage de l’absorption des nutriments : cette situation est un autre résultat du surengraissage, ou d’un niveau de pH inadéquat et se produit lorsque les plants ne peuvent pas absorber les nutriments présents dans la terre, ce qui entraîne des signes de sous-engraissage.

Engraissage du cannabis : pas toujours évident

Si vous pensiez qu’il suffisait d’ajouter une dose d’engrais par-ci par-là pour nourrir vos plants, vous allez probablement être surpris. Le cannabis exige des régimes d’engraissage spécifiques et assez stricts, surtout si vous souhaitez obtenir des rendements importants et de qualité.

Mais pour les cultivateurs novices, sachez que cela n’a pas besoin d’être aussi complexe qu’on pourrait le croire. Tant que vous donnez de l’engrais à vos plants et que vous n’en abusez pas, ils se développeront sans tracas. Au fil des récoltes, vous apprendrez à mieux nourrir vos plants jusqu’à être au fait de tous ces facteurs et variables.

Max Sargent
Max Sargent
Max est pigiste depuis plus de 10 ans et s’est tourné vers le journalisme du cannabis et des produits psychédéliques ces dernières années. Rédacteur pour des entreprises telles que Zamnesia, Royal Queen Seeds, Cannaconnetion, Gorilla Seeds, MushMagic et bien d’autres, il est fort d’une grande expérience dans ce secteur.