Le produit a été ajouté à votre panier.
Commander

Cultiver du Cannabis en Extérieur

Cultiver du Cannabis en Extérieur

Le processus de culture du cannabis en extérieur, de la graine à la fleur, peut être une expérience très gratifiante. Il y a des défis à relever pour faire pousser dans la nature, et c’est aussi vrai que le cannabis est exceptionnellement robuste. Le vieux proverbe qui affirme qu’avec de l’eau et du soleil le cannabis pourrait pousser sur un rocher est assez vrai – tous ceux qui ont vu de la weed pousser dans la nature au Marco peuvent en témoigner.

MAÎTRISER L’ART DE LA CULTURE DE WEED BIO DE HAUTE QUALITÉ

Si vous voulez faire pousser de la beuh bio de classe mondiale, les choses sont un peu plus compliquées que de simplement mettre quelques graines dans un coin de jardin et de laisser la nature faire le reste. Avec des soins et de l’attention pendant quelques mois et sans tornade, inondation, peste ou invasion d’extraterrestres, vous pourrez profiter d’une bonne récolte de cannabis de haute qualité. Comme pour les légumes cultivés soi-même, il a bien meilleur goût.

Le cycle de vie annuel du plant de cannabis commence au début du printemps, après l’équinoxe, quand le soleil réchauffe la terre et que la durée du jour commence à dépasser douze heures. Une veille méthode populaire de jardinier pour déterminer si la terre est assez chaude pour planter au printemps est de s’asseoir les fesses nues sur la terre. Si la température est assez confortable pendant une minute, c’est bon – même si vous n’avez pas vraiment besoin de le faire, ça vous donne une idée des conditions idéales pour semer.

Ces conditions idéales font germer les graines, ce qui est suivi immédiatement par une végétation rapide. La saison prend fin quand les fleurs matures non-fertilisées sont récoltées, comme le temps se rafraîchit et que les jours raccourcissent. Selon les espèces et la localisation géographique, c’est généralement en automne, parfois jusqu’en hiver.

Culture de plante de cannabis

UNE BONNE TERRE ET DES RACINES SAINES SONT LES FONDATIONS DE VOTRE PLANTATION

La terre sera l’ancre pour une vie saine de vos plants. Dépenser du temps ou de l’argent pour une bonne terre apporte plusieurs bienfaits pour vos plants, à chaque étape de leur croissance. Une terre saine, active biologiquement ne fait pas qu’apporter tous les nutriments dont les plants de cannabis ont besoin au cours de leur vie, mais un bon sol aide à contrôler plusieurs autres variables dans la croissance de vos plants.

Ce qui suit présente tous les problèmes pouvant être évités avec une terre active de haute qualité :

• Fluctuations du pH

• Résistance aux nuisibles

• Inondation

• Attaques biologiques

• Stress de chaleur

• Problèmes fongiques

Blocage des nutriments

Cultiver en terre apporte une plus grande marge d’erreur sous tous les aspects pour les fluctuations dans tous les facteurs pouvant affecter la croissance d’un pied.

Si vous êtes un jardinier expérimenté et que vous ajoutez le cannabis à votre répertoire de plantes, vous connaissez déjà l’importance d’une bonne terre. Vous avez déjà préparé un humus de haute qualité avec le temps et votre jardin est riche en compost et en organismes vivants, il est friable au toucher, pas labouré et retient bien l’eau tout en ayant un drainage satisfaisant.

Préparer soi-même sa terre avec plusieurs composants ou acheter du terreau de qualité réputée dans le commerce est une autre option si vous n’êtes pas déjà jardinier. Une terre vraiment de haute qualité n’a besoin d’aucun apport en nutriment ou additif pendant toute la durée de vie des plants, mis à part du purin de compost et des couches supérieurs pour l’entretien de la terre. Les plantes compagnes, le paillis et quelques vers garantiront un fixage de l’azote et la friabilité de la terre, un contrôle passif des nuisibles et la conservation de l’eau.

CHOISIR LA VARIÉTÉ DE CANNABIS PARFAITE POUR VOTRE CLIMAT

Climat et cannabis

Et pot ou en terre. La latitude, la durée du jour et de la saison. Usage récréatif ou médicinal. Culture légale ou en guérilla. Automatique ou à photopériode. Féminisée ou traditionnelle. Monoculture ou polyculture. Indica, Sativa ou hybrides. Autant de variable que vous avez déjà prises en compte dans votre décision de culture du cannabis en extérieur.

Vous savez déjà si vous êtes un peu trop au nord ou dans un climat trop froid pour une sativa à maturation longue. Ou si votre climat est trop mouillé ou humide en général, les indicas denses peuvent avoir tendance à moisir. Peut-être que les longues journées chaudes des longs étés équatoriens pourraient induire les autos en erreur et les faire régénérer après une brève période floraison, les gènes ruderalis étant perplexes devant les dix-sept heures de soleil par jour.

Après des recherches fascinantes, l’épluchage de forums parmi des photos de têtes alléchantes, celui qui s’interroge face aux milliers de styles de weed disponibles peut prendre une décision informée.

Sur internet, c’est vraiment comme si vous étiez un enfant dans un magasin de bonbons. La variété est le sel de la vie pour le cannabis et comme pour de nombreuses substances naturelles, c’est une bonne idée de varier les choses pour éviter de développer une tolérance.

C’est certainement une bonne idée de cultiver plusieurs espèces de puissance égale mais aux effets variés pour avoir quelque chose de différent pour chaque jour. C’est idéal pour garantir que les neurones sont chatouillés par différents terpènes et pour éviter la stagnation de variété (à notre avis, un plant de quelques variétés différentes suffit pour une réserve personnelle).

ASSUREZ-VOUS DE GERMER LES GRAINES À TEMPS

Commencez à cultiver du cannabis

Comme on l’a dit, le cycle de vie du cannabis commence au début du printemps, vous devez donc préparer vos graines à la germination.

Les heures passées à faire des recherches sur les têtes ont enfin payé et vous avez sélectionné les beautés que vous voulez voir en floraison. Celles dont vous voulez essayer les effets, dont vous voulez goûter les arômes. Dont la croissance et la période de floraison convient à votre climat et vos cultures.

Durant la germination, la graine absorbe d’abord de l’eau à travers la coque par imbibition – ce qui signifie imbiber ou boire. L’eau hydrate les enzymes et sources alimentaires présentes et provoque le gonflement et l’expansion de la graine. Comme le métabolisme est plus hydraté, les enzymes sont plus actifs, ce qui augmente la production d’énergie pour le processus de croissance. En même temps, l’eau augmente la turgescence, ce qui encourage l’expansion des cellules.

Le premier signe de vie sera l’éclatement de la coque de la graine et l’émergence d’une petite pousse blanche appelée un radical. Cette pousse s’allonge rapidement et devient la racine primaire. Cette nouvelle racine primaire pousse vers la bas dans le milieu de culture pour ancrer la plante en place et commencer à absorber l’eau et les nutriments. Simultanément, la nouvelle tige pousse vers la lumière et commence à former des feuilles.

Craquage de graines de cannabis

Les premières feuilles sont arrondies, épaisses et caoutchouteuses et ne sont pas vraiment des feuilles. Ce sont des cotylédons et ils sont déjà préformés dans la graine. Quand ils sont hydratés, ils gonflent considérablement et servent à séparer la coque de la graine et à protéger la première paire de vraies feuilles dentées alors que la couronne passe en force vers le haut et l’extérieur à travers le milieu de culture.

Bientôt, une transformation radicale appelée photo-morphogenèse survient. Ce processus dépendant de la lumière rend la plante verte et lance la photosynthèse. Les premières vraies feuilles dentées sont exposées au soleil et la végétation démarre.

La culture du cannabis est un art plutôt qu’un système linéaire a, b et c. Toute action a une réaction et vous découvrirez avec le temps ce qui vous convient mieux alors que vous devenez un maître de l’alchimie de la magie cannabique. Tout commence par le choix de la méthode de germination.

La meilleure méthode et la plus facile pour faire germer des graines de cannabis est de suivre la voie de la nature – en terre. Plantez les graines à environ 0,5cm de profondeur et couvrez-les légèrement. Maintenez le sol à 20°C et assurez-vous que l’environnement soit humide. La terre pour la germination ne doit pas être riche en nutriment – une terre riche en nutriment pourrait être trop à gérer pour le plant de cannabis dans cette phase de vie fragile. La graine contient tout ce qu’il faut pour commencer.

Beaucoup de cultivateurs aiment lancer leurs pieds en intérieur, dans un pot, où les conditions sont faciles à contrôler. Quand ils sont assez forts, les plants sont endurcis, avant d’être déplacés de manière permanente en extérieur – ce qui donne aux pieds un bon départ et ce qui les rend moins susceptibles de succomber aux dangers de la culture en extérieur avant d’être suffisamment forts pour y résister.

CHOISIR LE BON ENDROIT POUR VOS PLANTS DE CANNABIS

Le cannabis se développe au soleil

Cherchez un endroit qui est le plus exposé au soleil. Encouragez l’exposition au vent et à la pluie. La pluie encourage la croissance grâce au dioxyde de carbone dissous dans l’eau. Le vent peut être un bon stress physique qui donne des plants forts – une base de racines plus large pour compenser le vent – qui produisent plus de fleurs.

Pour un plant de cannabis de taille décente en terre, un minimum de quatre mètres carrés est nécessaire pour chaque plant, ou un pot aussi grand que possible pour donner assez d’espace aux racines pour un développement complet de la canopée et des fleurs.

Planter les plants de weed trop proches les un s des autres force les plants à réagir en réduisant les branches latérales et en augmentant l’étirement et la hauteur. Au lieu d’avoir de multiples sites de fleurs sur un gros plant en buisson, le plant développera une longue tige de têtes centrale et ressemblera à la structure du chanvre industriel.

La densité des fleurs est aussi affectée par la distance de semis. Des plants bien séparés produisent des têtes bien plus épaisses que de la weed semée de manière serrée et ils sont moins sensibles aux maladies et infestations car le mouvement de l’air est possible.

TECHNIQUES DE CULTURE POUR LA CULTURE DU CANNABIS EN EXTÉRIEUR

pendant les mois qui suivent, votre cannabis répondra à un arrosage régulier et beaucoup de soleil par une croissance vigoureuse. Vous serez ravi par l’étirement à la pleine lune ou par le gain de volume incroyable après une pluie d’été. Au naturel, avec un étêtage, par mainling, avec une taille FIM, du super cropping ou un Low Stress Training, autant de styles de culture éprouvés pour une grosse récolte de beuh puissante.

low stress training

Pendant la végétation, le plant consomme les nutriments à travers les racines et utilise la lumière, l’eau et le dioxyde de carbone dans la photosynthèse pour pousser autant que possible de différentes façons.

• Le plant devient plus grand.

• Les feuilles grandissent et deviennent bien plus nombreuses.

• Les branches latérales se développent en donnant du volume au plant.

• Le système de racines s’élargit.

• Le tronc et les branches s’épaississent et se renforcent et peuvent parfois être striés ou rainurés.

• De gros nœuds se forment aux jointures des branches.

• La vraie génétique de vos plants s’exprime. Comme les longues feuilles palmées et l’étirement des branches d’une sativa, ou les grosses feuilles larges, le branchage minimal et le côté trapu d’une indica.

Préparez beaucoup de tuteurs et de ficelle, ou un filet et des fils pour apporter du support pendant la croissance de vos plants. Les plants en végétations se brisent rarement et les vôtres, avec des tuteurs dès le début, ne penchent pas et poussent à la recherche de lumens.

Apporter du support pendant la croissance des plants permet d’anticiper les lourdes grappes de fleurs pendant les semaines finales qui peuvent faire s’écrouler des plants entier ou briser des sections de branches pendant le mauvais temps.

Être pris par surprise pendant la floraison, en devant se précipiter pour apporter un support aux branches qui plient et aux arbres qui ploient peut nuire aux fleurs délicates. C’est plus difficile pendant la phase finale et vous risquez d’endommager la plante en devant la manipuler autant – alors prévoyez le support à l’avance.

Des vendeurs peu scrupuleux pourraient essayer de vous vendre des boosters de croissance et des formules pour la végétation, mais avec une bonne terre dès le début et un apport mensuel bio en surface, vos plants auront tout ce dont ils ont besoin.

Les plants de cannabis en végétation, comme toutes les plantes, répondent avec vitalité à un apport en surface de nutriments bio. Il existe beaucoup de produits dans le commerce qui marchent tout aussi bien. De la farine de plume ou du purin de compost fermenté avec une vie microbienne active, du guano d’oiseau ou de chauve-souris ou du vermicompost sont autant d’excellentes sources d’oligo-éléments, de vitamines et de glucides. La règle est bien sûr que le mieux est l’ennemi du bien, il est toujours possible de brûler et empoisonner les plants avec trop d’apport bio.

QUE FAIRE EN CAS DE MOISISSURE DES TÊTES ?

Il y a quelque chose de bizarre au royaume de votre cannabis. Pas de panique si votre weed ne ressemble pas aux têtes parfaites sur les photos en haut définition que vous voyez pour le cannabis en intérieur.

moisissures cannabis

Surveillez de près les moisissures. Les grappes de fleurs denses peuvent retenir de l’eau, ce qui peut provoquer le botrytis ou l’oïdium si la circulation d’air n’est pas suffisante. Soignez bien vos fleurs, retirez les feuilles mortes et sèches car elles peuvent moisir et transmettre la pourriture aux têtes. Retirez les têtes séchées et endommagées pour la même raison. Si vous trouvez des têtes moisies, enlevez immédiatement toute la grappe de fleurs et mettez-la tout de suite dans un sac plastique. Essayez de ne pas laisser les spores dans l’air, ce qui pourrait affecter les plants environnants. Jetez ou brûlez ces déchets.

Les araignées qui font de petites toiles sont intéressantes car elles mangent les insectes. Les quelques feuilles repliées ou des larves sont en mutation ne devraient pas vous faire paniquer. Les coccinelles sont les bienvenues tout comme les insectes bénéfiques attirés par votre jardin par sa vigueur et sa variété d’espèces.

araignées cannabis

Les maladies végétales sont rares dans une plantation bien conçue. Beaucoup d’espace entre les plantes, beaucoup de circulation d’air, du soleil, encore du soleil, pas trop d’eau, le tout renforcé par la résistance naturelle bien connue du cannabis aux nuisibles, champignons et aux attaques microbiennes, voilà ce qui devrait vous permettre une culture sans souci.

Cherchez des solutions biologiques pour un contrôle des nuisibles proactif dans le cadre de l’entretien normal de vos plants. Les chenilles et pucerons parmi les autres nuisibles sont découragés par l’application régulière d’huile de margousier, par exemple. Prévenir les infestations est préférable à devoir se débarrasser d’une infestation.

LES PREMIERS SIGNES DE LA PÉRIODE DE FLORAISON

Alors que les jours commencent à raccourcir autour de l’équinoxe, des changements notables se produisent dans vos plants de cannabis.

Pendant les jours plus courts après l’équinoxe et les dernières semaines de la saison de culture, mais avant de passer sous la barre des douze heures de photopériode nécessaire à la pleine floraison, le cannabis va se différencier. Le schéma de croissance de vos plants commence à s’altérer.

La symétrie en étirement de la croissance végétative est remplacée par une croissance en zig-zag et compressée avec moins de distance entre les nœuds. Les pointes au bout des branches se tournent vers le haut en créant des coins et recoins, berceau pour la formation des fleurs. Les branches individuelles se distinguent plus dans la canopée générique de la verdure.

Floraison du cannabis

Rapidement après la différenciation, la floraison proprement dite commence.

Les grappes de fleurs commencent à se former et la structure en zig-zag compressée commencent à s’étirer, parfois à cinquante pourcent de la hauteur du plant. De nouveaux calices se forment aux intersections de support entre les feuilles et les tiges en zig-zag. Les pistils turgescents et déjà résineux s’étendent à partir de chaque calice, donnant à chaque grappe l’aspect d’une petite anémone.

Les petites boules des calices s’étendent avec leurs propres fourches délicates, en donnant plus de place pour la formation des grappes. Les petites feuilles spécifiques aux têtes commencent à émerger, différentes des feuilles gorgées de résine. Elles sont plus petites, plus épaisses, semblent feutrées et sont très striées et couvertes de trichomes. Elles finissent par être totalement submergées par la grappe de fleur alors qu’elle gonfle.

Chaque nœud de calice produit plus de grappes de calices, dans un schéma qui rappelle des céréales comme le blé ou l’orge. Chacun avec deux pistils couverts de trichomes, ces calices fleuris frais s’empilent les uns sur les autres jusqu’à atteindre le pic de floraison. C’est souvent à ce moment que les plus belles photos de cannabis sont prises. Ces grappes de fleurs en nœud et en bouton possèdent un halo de pistils à la recherche du pollen qui ne viendra jamais.

C’est là où les bonnes choses commencent vraiment. Dans la nature, le cannabis aurait été fertilisé et serait en train de produire des graines matures. Le manque de pollen mâle pousse les plants de cannabis à produire plus de fleurs que dans une plantation naturelle possédant les deux sexes. Une fois le pic de floraison atteint, le plant continue à maturer et produit de copieuses quantités de résine.

Microscope Resin guard

En utilisant la méthode de grossissement de votre choix, une loupe ou un microscope de poche par exemple, vous pouvez surveiller le grossissement des trichomes porteurs de résine. Les calices eux-mêmes vont aussi grossir, dans une fausse grossesse, en replissant le compartiment à graine non-fertilisé par des huiles.

SE PRÉPARER À RÉCOLTER LES PLANTS

Recouverts de trichomes qui continuent à gonfler, les pistils commencent à se recroqueviller et à changer de couleur : leur période de récolte du pollen est bel est bien finie. Des teintes et des colorations sur tout le spectre peuvent apparaître. Roux, lavande, marron foncé ou même bleu ou argenté, autant de couleurs qu’il y a de variétés de weed.

Le processus de maturation fera aussi changer de couleur tout le plant alors que la fin de la saison approche. Les petites feuilles couvertes de résine commencent à imiter les forêts par la couleur et les grappes de fleurs sont gonflées et fermes au toucher. L’odeur de vos plants sera à son maximum. Des fragrances complexes facilement distinguables d’une espèce à l’autre et qui annoncent les délices à venir.

trichomes cannabis

Dans ces dernières semaines, les trichomes et leur glande à résine commence à changer de couleur par vagues sur tout le plant. En général en commençant par les plus vieux.

Les trichomes deviennent d’abord laiteux au lieu de transparents, puis le côté nuageux devient d’un ambre profond. Idéalement, vous devez récolter quand la couleur des trichomes est moitié laiteux, moitié ambré. Ceci vous garantit un contenu en THC maximum, si vous attendez trop le THC commence à se transformer en cannabinoïdes moins désirables.

C’est le moment de vous emparer de vos ciseaux préférés et de récolter le résultat de votre travail.

COUPER VOS PLANTS

En général début octobre pour les indicas et quelques semaines plus tard pour les sativas, les couleurs des trichomes et les odeurs prononcées indiquent qu’il est temps de récolter.

Admirez une dernière fois le fruit de vos efforts avant de le passer au sécateur.

Pendant que le plant est toujours en terre, commencez par retirez toutes les feuilles dont la tige est facilement accessible. Y compris les petites feuilles. Vous pouvez aussi le faire facilement avec vos ongles. Une fois cette opération finie, il ne vous restera que les tiges et les têtes, avec seulement les feuilles difficiles d’accès.

trimming cannabis

Vous avez gratté vos résidus de taille et vos doigts à de multiples reprises et vous voilà en possession d'une magnifique boule de haschisch changa noir bien résineux. Roulez-vous un gros joint en préparation de l’étape suivante. Si vous débutez dans la culture du cannabis, vous allez vouloir prendre une pause, devant l’étendue du travail que représente la taille.

Il est temps de couper le plant. Il n’y a pas vraiment de règles ici, mais pensez à votre méthode de séchage. Suspendez le plant entier ou des branches individuelles et finissez la taille une fois la matière sèche. Ou bien faites la taille de détail sur les fleurs humides et faites-les sécher sur des grilles ou dans un placard à l’humidité contrôlée. Les deux méthodes sont valables et les deux donnent de la weed sèche de qualité quand elles sont réalisées correctement.

Notez que les résidus de taille peuvent être utilisés pour produire des aliments au cannabis – même si leur contenu en cannabinoïdes n’est pas aussi élevé que les fleurs, il y en a toujours. Découvrez notre section des recettes pour les utiliser !

Six semaines plus tard, vous pourrez profiter des fruits parfaitement secs et affinés de vos compétences horticoles. Savourez bien !



Produits connexes