Le produit a été ajouté à votre panier.
Commander

QUE SONT LES CACTUS À MESCALINE? 

Les cactus à mescaline sont tout simplement des espèces de cactus qui produisent et contiennent la substance psychédélique mescaline. Connus grâce à de multiples travaux ethnographiques, les cactus à mescaline Peyotl et San Pedro sont tous deux devenus célèbres comme plantes rituelles et provoquant l'ébriété, aussi bien que comme plantes médicinales dans le monde entier. Si l'on pense que ces deux espèces sont les seules représentantes des cactus à mescalines, on est alors dans l'erreur. Il existe, en plus de ces deux exemples très connus, toute une série d'autres cactus contenant de la mescaline, pour certains en grande quantité.

CACTUS À MESCALINE LES PLUS CONNUS

Les espèces les plus connues sont certainement Lophophora williamsii, aussi appelé Peyote, peyotl, pellote, híkuli, hikuri, mescalito et Echinopsis pachanoi aussi appelé San Pedro, qui était jusqu'à peu appelé Trichocereus pachanoi et qui est toujours désigné populairement par les vocables de Simora, Aguacolla et Kachum.

Peyote

 

PEYOTL

Le Peyotl est utilisé rituellement dans le Nouveau Monde depuis les temps préhistoriques, surtout dans le cercle rituel connu comme assemblée Peyotl. Les plus anciens boutons de Peyotl découverts viennent du Texas et sont vieux de 6000 ans. Lophophora est présent du Texas au Mexique et c'est toujours une plante sacrée pour certaines tribus et croyances, par exemple pour Huichol et l'Église Amérindienne.La signification culturelle du cactus est primordiale et extrêmement importante. Les peuples indigènes ont utilisé et utilisent toujours le sacrement du Peyotl comme sauveur universel. Le cactus est utilisé en médecine, pour l'ébriété, pour les chamans, comme éducateur végétal, il rythme la vie culturelle et sert à bien d'autres usages.

À la fin du 19ème siècle, le Peyotl a été enregistré par les botanistes, Arthur Heffter et Louis Lewin ont réalisé l'analyse chimique et psychonautique. Le Peyotl est la plante rituelle ethnobotanique qui a fait l'objet du plus grand nombre de recherches. Aucune autre plante aux propriétés visionnaires n'a été l'objet d'autant de rapports que Lophophora williamsii et les espèces apparentées. Le Peyotl contient environ 60 alcaloïdes différents, des béta-phénéthylamines. Le plus important d'entre eux est le 3,4,5-triméthoxy-béta-phénéthylamine enthéogène, à l'effet psychédélique, plus connu sous le nom de mescaline.

San Pedro

 

SAN PEDRO

Le San Pedro, comme le Peyotl, est une sacrement enthéogène, mais est originaire du Pérou. De nos jours il peut être trouvé sous la forme de cultures dans de larges portions de la région des Andes. Au contraire de Lophophora, qui est connu comme un cactus sphérique (boule), le San Pedro est un cactus colonnaire. La plante est appelée, après une révision taxinomique, Echinopsis pachanoi mais était auparavant nommée Trichocereus pachanoi. C'est sous ce dernier nom que la plante est souvent appelée de nos jours. Un cactus apparenté, aussi originaire du Pérou, Echinopsis peruviana (Trichocereus peruvianus, Torche Péruvienne), est également appelé San Pedro et contient aussi de la mescaline. San Pedro contient, entre autres, plusieurs béta-phénéthylamines, incluant une grande quantité de mescaline. La concentration de la substance varie grandement d'une plante à l'autre. Les spécimens les plus puissants sont plus jeunes, mais pas les plus jeunes. Les San Pedro lignifiés contiennent moins de mescaline que les plus jeunes, verts et frais. Echinopsis peruviana est bien plus puissant que Echinopsis pachanoi.

Peruvian Torch

San Pedro a fait l'objet de bien moins de rapports et d'attention que, par exemple, le Peyotl. Une raison pourrait être que les conquistadors, zélés missionnaires, n'ont pas saisi la nature rituelle du cactus. San Pedro est principalement utilisé comme enthéogène à des fins rituelles. Il n'est pas significatif en ethno-médecine, bien moins que le Peyotl. San Pedro est occasionnellement utilisé comme tonique et aphrodisiaque.

 

 

ET QU'EN EST-IL DU CACTUS DOÑANA?

Le cactus Doñana ou Dona-Ana cactus Coryphantha macromeris est souvent mentionné en relation avec le Peyotl et le San Pedro. Il est appelé Mulato et parratient aussi aux plantes sacrées amérindiennes et sert aussi à des fins enthéogènes. Il ne contient pas de mescaline mais de la Macromérine et d'autres phénéthylamines psychoactives. La Macromérine produit des effets similaires à la mescaline, en étant moins puissant.

D'AUTRES CACTUS PSYCHOACTIFS

Il existe beaucoup d'autres cactus psychoactifs. Parmi 70 espèces, actuellement environ 300 cactus sont connus pour contenir des agents psychoactifs, qui ne sont pas nécessairement de la mescaline. Il existe une variété d'autres composés pschoactifs détectés dans les cactus ou en cours de détection. Pour la plupart, les substances contenues dans les plantes ne font actuellement pas l'objet de recherches.

Par exemple, on sait à travers des recherches ethno-botaniques que Epithelantha micromeris et ses fruits, les Chilitos, sont consommés par les amérindiens, avec des mini cactus psycho-actifs, comme dopants car ils agissent comme stimulants. Nous avons aussi mentionné précédemment le DoñanaCoryphantha macromeris. Certains cactus contiennent de la caféine, comme les Harrissia adscendens, Leocereus bahiensis et Cereus jamacaru (qui contient également de la mescaline). D'autres cactus psychoactifs assez bien connus sont les espèces Ariocarpus et leurs nombreuses phénéthylamines, considérées comme "enrageants", les mitres d'évêques au principes actifs encore inconnus, les Opuntia, qui contiennent beaucoup de substances, etc. Echinocereus triglochidiatus contiendrait même le psychédélique puissant 5-MeO-DMT. Beaucoup de cactus sont aussi utilisés à des fins thérapeutiques et un bon nombre d'entre eux sont comestibles. Les cactus sont véritablement des plantes polyvalentes d'un point de vue ethno-botanique.

DU FAUX PEYOTL?

Le mot faux Peyotl ne signifie pas que des faux cactus sont proposés à la vente. Le Faux Peyotl est un terme indigène pour des plantes qui agissent et/ou sont utilisés comme le Peyotl. Par exemple, bien des espèces de cactus Mammillaria, Ariocarpus, Obregonia, Aztekium, Pelecyphora et Turbinicarpus, mais aussi des plantes qui ne sont pas des cactus comme les espèces Tillandsia, différentes espèces de séneçon et bien d'autres.

Peyote with pups

 

À TRAVERS LA JUNGLE DES NOMS

Faire face à des appellations botaniques n'est pas toujours une chose aisée. C'est une vérité générale, mais c'est particulièrement le cas avec les cactus, où les noms varient pour une même espèce. La raison est en partie qu'il n'existe pas de système reconnu pour les nommer, les appellations varient donc en fonction de qui les utilise. San Pedro et les espèces apparentées étaient listées jusqu'à peu sous le nom générique de Trichocereus mais il appartiennent désormais au genre Echinopsis. Ils étaient auparavant regroupés sous le genre Cereus. Encore plus confus, le Pterocereen contenant de la mescaline devient Stenocereus et le genre Dolichothele, également psychoactif, a été complètement déplacé vers le genre Mammillaria . On pourrait trouver bien d'autres exemples de cette confusion.

Les chercheurs et les usagers sont alors confrontés à un problème. Que faire si, par exemple, vous avez en tête la vieille nomenclature mais que les produits du commerce ont déjà adopté la nouvelle ? Ou alors dans le cas contraire ? Sans un guide complet et à jour des cactus, ou une connaissance approfondie, on est vite perdu. Mais tout se complique encore plus. Même pour ce qui est de la diversité d'une espèce, il existe des désaccords : par exemple, pour le genre Lophophora (Peyotl). Certains affirment qu'il n'existe que l'espèce Lophophora Williamsii avec ses variétés Lutea et Williamsii, d'autres pensent que, en plus de la Williamsii, il existe; au moins les espèces Lophophora Fricii, Lophophora Diffusa et Lophophora JourDiana. Quelle que soit la division et le classement, toutes les espèces et variétés contiennent de la mescaline et d'autres phénéthylamines.


Zamnesia


Cactus à Mescaline