Blog
La Weed, Les Champignons Et L’Ayahuasca Ne Sont Pas Des Drogues
5 min

La Weed, Les Champignons Et L’Ayahuasca Ne Sont Pas Des Drogues

5 min
Éditoriaux News

La prohibition a totalement changé notre relation avec des plantes telles que le cannabis, le peyotl et les champignons. Au cours du siècle passé, on nous a répété que ces substances étaient juste des « drogues »—de dangereuses substances ne méritant pas leur place dans notre société. Voici comment changer tout ceci.

Bienvenue dans les Éditoriaux de Zamnesia, où notre auteur, Steven, partage son opinion sur tout ce qui tourne autour de l’industrie du cannabis, du CBD et des smartshop. Rappelez-vous que toutes les opinions exprimées dans ces articles sont celles de l’auteur et ne correspondent pas nécessairement aux opinions de Zamnesia en tant qu’entreprise. Pour partager vos opinions avec notre auteur et notre équipe, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Le monde est en train de changer sa perception des substances comme le cannabis. De nos jours, de plus en plus de gens votent pour des approches plus progressistes/ouvertes sur les politiques de drogues, après avoir enfin réalisé que la prohibition ne fonctionne pas, à tous les niveaux.

Malheureusement, la prohibition s'est basée sur plus que des lois criminalisant la possession, la commercialisation et la consommation de substances telles que le cannabis. Ces changements politiques se sont accompagnés de centaines de campagnes conçues pour tromper le peuple au sujet de diverses substances, de leurs effets, de leurs origines et bien plus.

Articles liés

Où Fumer Légalement Du Cannabis En Europe

À travers des programmes issus de Reefer Madness et D.A.R.E. (pour ne citer que quelques exemples nord-américains), les prohibitionnistes ont réussi à persuader des millions de personnes dans le monde de craindre les plantes psychoactives comme le cannabis. Cette peur est si profonde qu'elle a totalement changé notre manière de parler et d'envisager ces plantes, en dépit du fait que l'humanité les consommait depuis l'antiquité.

En fait, les prohibitionnistes ont été si efficaces dans leurs campagnes de désinformation que même de nos jours, nous appelons des plantes comme le cannabis des « drogues », plutôt que de les voir pour ce qu'elles sont réellement : des plantes qui ont joué des rôles clés dans nos sociétés pendant des milliers d'années.

Que Veut-On Vraiment Dire Quand On Parle De « Drogues » ?

Que Veut-on Vraiment Dire Quand On Parle De « Drogues » ?

Si vous faites une recherche Google sur le mot « drogue », vous tomberez sur la définition suivante : « une substance qui possède un effet physiologique quand ingérée ou autrement introduite dans le corps ».

« Une substance qui possède un effet physiologique quand ingérée ou autrement introduite dans le corps »

Il existe d'innombrables substances qui produisent des réactions physiologiques dans le corps. Le gingembre, l'ail, la menthe et le thé ne sont que quelques exemples. Et pourtant, nous ne considérons pas ces substances comme des « drogues », ce qui suggère que nous avons une définition légèrement différente du mot.

La prohibition nous a enseigné que les « drogues » sont des substances qui modifient substantiellement la façon dont nous ressentons, nous pensons et nous agissons. En fait, le mot est presque toujours utilisé en référence à des substances illicites, censées mettre en danger notre bien-être physique et mental. En fait, combien de fois avez-vous entendu « drogues et alcool » dans une phrase sans y réfléchir à deux fois ?

Les campagnes de prohibition des 100 dernières années ont été si efficaces que beaucoup d'entre nous oublient que les drogues ne se vendent pas juste dans un coin de rue louche, ou à l'abri d'un parc—elles peuvent aussi s'acheter légalement dans la supérette du coin ou en pharmacie.

Cannabis, Champignons, Peyotl—Antiques Remèdes Et Guides Spirituels

Cannabis, Champignons, Peyotl—Antiques Remèdes Et Guides Spirituels

Il semble donc bien que notre utilisation du mot « drogue » est un peu décalée. Et même si cela pourrait sembler être détail, ce n'est pas le cas. Voilà pourquoi :

Beaucoup des substances que nous appelons « drogues » viennent de plantes avec lesquelles nos ancêtres ont eu des liens riches et profonds, pendant des milliers d'années. En fait, bon nombre de ces plantes étaient même considérées comme de puissants remèdes, bien longtemps avant qu'on ne commence à les consommer pour planer.

Le cannabis, par exemple, a commencé par être une plante agricole cultivée en Chine pour obtenir des fibres et des aliments, avant de rejoindre les milliers de plantes utilisées en médecine chinoise traditionnelle. Le Ben Cao[1], un antique livre médical chinois qui constitue la plus vieille pharmacopée au monde, mentionne le cannabis comme traitement pour les douleurs rhumatismales, la constipation intestinale, la malaria et bien plus. D'autres textes antiques, comme le Sushruta Samhita Sanskrit[2], mentionnent également le cannabis comme traitement contre l'inflammation, la diarrhée et bien plus.

L'ayahuasca, souvent affublée de la définition de « drogue extrêmement dangereuse », était et est toujours considérée comme un remède par les cultures amazoniennes au Brésil, au Pérou, en Bolivie, et dans d'autres pays d'Amérique du Sud. En fait, une partie de l'expérience ayahuasca est la « purge » (ou « purga » en espagnol), que beaucoup considèrent comme étant une forme de libérer les fardeaux et souffrances émotionnelles profondes. C'est absolument vrai, mais l'ayahuasca contient également des composés uniques connus sous le nom d'alcaloïdes harmala[3] (également présents dans les médecines populaires antiques en Inde et au Pakistan) qui aident à purger les parasites du corps.

Le Peyotl possède une histoire similaire. Pour les tribus amérindiennes du sud-ouest des États-Unis, les cactus Peyotl étaient utilisés pour traiter un éventail de troubles, dont les douleurs et inconforts, les fièvres, les rhumes et bien plus. Le biologiste américain Richard Evan Schultes, par exemple, a écrit au sujet du potentiel du peyotl comme médicament[4], en décrivant certaines de ses propriétés et applications médicales dans le journal American Anthropologist en 1938.

Des preuves historiques, comme l'art rupestre, nous montrent même que nos ancêtres consommaient des champignons[5] à psilocybine pour des rituels spirituels et religieux aussi tôt qu'il y a 9000 ans.

Articles liés

Les Champignons Magiques Sont La Substance La Moins Dangereuse

Malheureusement, la prohibition et la tristement célèbre guerre contre les drogues nous ont forcé à oublier la riche histoire de ces plantes et nous ont à la place enseigné qu'elles étaient des drogues dangereuses et illicites qui n'avaient pas leur place dans notre société. Au-delà des propriétés des drogues elles-mêmes, il apparaît clairement que les prohibitionnistes ont également ciblé les substances spécifiques présentées plus haut comme un moyen de diaboliser ou d'éliminer les cultures indigènes qui les consommaient. C'est tout à fait dans la lignée du colonialisme et du racisme de l'Occident, qui a déteint sur la manière dont nous envisageons toutes sortes de substances légales et illicites.

Pourquoi Il Est Temps De Changer Notre Perception Des « Drogues »

Pourquoi Il Est Temps De Changer Notre Perception Des Drogues

Il faudra du temps pour défaire les basses œuvres des prohibitionnistes, mais changer la façon dont nous parlons du cannabis et des autres substances psychoactives est un bon point de départ. En regardant en arrière dans l'histoire, on peut constater que nos ancêtres avaient de riches et profondes connexions avec des plantes comme le cannabis, le peyotl et les substances utilisées dans la concoction de l'ayahuasca.

Ils consommaient ces plantes avec soin et respectaient leur force. La nature rituelle avec laquelle nos ancêtres consommaient ces substances le prouve tout à fait. Si nous voulons tisser de nouveau ces liens avec ces plantes, il est temps d'arrêter de les désigner avec des termes qui continuent à propager la peur et la désinformation.

Attention, que les choses soient bien claires : je ne fais en rien la promotion ou l'apologie de la consommation d'aucune substance illicite. Cependant, ces plantes possèdent une riche histoire et un réel potentiel médical ; il est temps de se débarrasser de nos fausses croyances sur les « drogues » afin d'apprendre la vérité sur ces antiques substances.

Steven Voser

Écrit par: Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant nominé aux Emmy Award avec beaucoup d'expérience. Grâce à sa passion pour le cannabis, il consacre beaucoup de son temps à l'exploration du monde de la weed.

De nos auteurs
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.

Ressources externes :
  1. Chinese History of Cannabis - http://antiquecannabisbook.com/chap2B/China/Pen-Tsao.htm
  2. - https://www.researchgate.net
  3. Some folk uses of Peganum harmala in India and Pakistan | SpringerLink - https://link.springer.com/article/10.1007/BF02860378
  4. - https://www.jstor.org
  5. Artepreistorica.com | THE OLDEST REPRESENTATIONS OF HALLUCINOGENIC MUSHROOMS IN THE WORLD (SAHARA DESERT, 9000 – 7000 B.P.) - http://www.artepreistorica.com/2009/12/the-oldest-representations-of-hallucinogenic-mushrooms-in-the-world-sahara-desert-9000-%E2%80%93-7000-b-p/

Read more about
Éditoriaux News
Recherche par catégories
ou
Rechercher