Une Étude Révolutionnaire Montre Le Cerveau Sous LSD

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliquesScience

Une Étude Révolutionnaire Montre Le Cerveau Sous LSD

Un des plus grands mystères scientifiques sur les psychédéliques était de comprendre ce qu'ils font vraiment au cerveau. Eh bien, ce mystère vient d'être résolu.

L’année dernière, un groupe de scientifiques britanniques s’est mis en chemin pour étudier le cerveau sous les effets du LSD. C’était la première étude du genre, et une des premières explorations dans le champ de la recherche psychédélique en plus de 50 ans. Les phases finales de cette étude viennent de se terminer et le groupe a décidé de publier des résultats très complets et révolutionnaires.

Utilisant toute une gamme de techniques d’imagerie du cerveau, l’équipe de recherche, qui comprend les renommés Professeur David Nutt et Dr. Robin Carhart-Harris, ont réussi à dresser la carte du cerveau sous l’influence du LSD. Depuis un certain moment, la science examine les applications potentielles des substances psychédéliques comme médicament pour traiter divers troubles psychologiques, comme la dépression et l’addiction. Le fait est que, alors que les résultats initiaux ont prouvé leur efficacité, on ne comprend pas comment ces effets se produisent. Cette étude d’imagerie va donner aux scientifiques du monde entier un aperçu de ce qui se passe exactement dans le cerveau quand il est sous l’influence de substances hallucinogènes, pour avoir un plan général des interactions.

Comme l’a élégamment déclaré le Professeur Nutt, «Ceci est à la neuroscience ce que le boson de Higgs était à la physique des particules. [...] Nous ne savions pas comment ces profonds effets étaient produits. C’était trop difficile de le savoir. Les scientifiques avaient soit peur, soit étaient découragés par les difficultés énormes pour le faire.»

LA RECHERCHE

Afin d’obtenir ces images, 20 participants en bonne santé ont été soumis à diverses techniques d’imagerie du cerveau, dont par sonde radicalaire, par IRMf et MEG - ce qui a permis aux chercheurs de surveiller la circulation sanguine, l’activité du cerveau et les ondes cérébrales. Certains des participants ont reçu 75mcg de LSD alors que d’autres ont reçu un placebo. Les différences dans les images obtenues étaient profondes.

Une des découvertes les plus étonnantes était de voir à quel point le cerveau s’allume ! Un niveau incroyable de connectivité est établi à travers le cerveau et des régions qui ne communiquent jamais se relient. Les chercheurs ont découvert que les visuels observés par les participants étaient tirés de nombreuses zones du cerveau, pas seulement du cortex visuel, ce qui aide à expliquer d’où viennent les hallucinations sous les effets de la substance.

Au contraire, certaines zones du cerveau qui communiquent normalement dressent des barrières et communiquent moins. Ceci pourrait expliquer la sensation d’unicité ressentie sous les effets du LSD, alors que les schémas de pensée humains habituels sont interrompus. C’est connu sous le nom de «dissolution de l’ego.»

Le Dr. Carhart-Harris a déclaré aux journalistes, «nos cerveaux deviennent plus contraints et compartimentés alors que nous développons de l’enfance à l’âge adulte, et nous devenons plus concentrés et rigides dans notre pensée avec l’âge. Sous de nombreux aspects, le cerveau sous LSD ressemble à l’état du cerveau à l’enfance : libre et non contraint. Ceci a également du sens quand on prend en compte la nature hyper-émotionnelle et imaginative de l’esprit d’un enfant.»

LES PSYCHÉDÉLIQUES ET LE FUTUR DE LA THÉRAPIE PSYCHIATRIQUE

Comment tout ceci peut-il aider ? Cela n’a certainement pas d’implications pratiques immédiates pour les gens ordinaires. Cependant, la façon dont nous sommes connectés détermine comment nous pensons et il est très difficile de penser hors de ces schémas. Pour certaines personnes, cela peut être destructeur. Des substances psychédéliques comme le LSD ont le pouvoir de briser et modeler ces schémas de pensée, en permettant au consommateur de penser différemment. Pour ceux qui souffrent de troubles tels que l’addiction psychologique ou la dépression - troubles qui sont souvent une spirale de schémas de pensée inarrêtables - les implications sont énormes. Avec une thérapie structurée, ceci pourrait permettre une réflexion et une analyse rarement vues. Ces images donneront aux scientifiques un plan et un manuel de ce que les substances psychédéliques font et de comment elles pourraient être utilisées pour le bien de tous.

Avant d’être déclarées illégales il y a de nombreuses décennies, les substances psychédéliques comme le LSD étaient étudiées dans ce but. C’est un vrai gâchis qu’il ait fallu si longtemps pour que les recherches redémarrent, mais maintenant qu’elles sont lancées, qui sait ce qu’elles vont découvrir. Les substances psychédéliques pourraient bien être le futur de la psychiatrie.

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs