Têtes bio – Culture de cannabis en intérieur

Publié le :
Catégories : BlogCulture du Cannabis

Têtes bio – Culture de cannabis en intérieur

Si vous voulez avoir du cannabis de la meilleure qualité possible, alors vous voulez de l'herbe bio. Cultiver du cannabis bio en intérieur peut cependant être un vrai défi. Nous avons exploré les techniques de culture bio et nous avons préparé un guide

Si vous voulez avoir du cannabis de la meilleure qualité possible, alors vous voulez de l'herbe bio. Cultiver du cannabis bio en intérieur peut cependant être un vrai défi. Nous avons exploré les techniques de culture bio et nous avons préparé un petit guide.

Les pesticides existent sous toutes les formes, sortes et tailles : des gaz, granulés, aux poudres et aérosols. Mais ils ont tous une chose en commun : ce sont d'affreux produits chimiques. Malheureusement, la présence de contaminants dans le cannabis du commerce est devenue un souci sérieux. Quand un laboratoire californien a testé la présence de pesticides dans du cannabis légal, il a découvert des niveaux « élevés de façon alarmante » de toxines résiduelles. En l'absence de réglementation légale, le contrôle de la qualité est laissé aux cultivateurs, qui ne se sentent pas forcément concernés par votre santé. Dans le même temps, des études ont monté qu'aux États-Unis, 43 % des consommateurs de cannabis considèrent « primordial » que leur herbe soit bio et sans pesticides.

Donc, si vous voulez la plus parfumée et la plus sûre des herbes, il vaut mieux la cultiver vous-même. Mais comment produire des têtes de haute qualité sans tous ces produits chimiques nocifs ? La suite de ce texte devrait vous donner une idée des options disponibles pour le cultivateur de cannabis biologique.

Mieux vaut prévenir que guérir

En extérieur, la nature offre un environnement complexe et équilibré. Mais en intérieur, il est bien plus difficile de maintenir des conditions de culture favorables. Le meilleure moyen de ne pas avoir recours au pesticides est de s'assurer de ne pas en avoir besoin. Prévenir l'apparition d'un problème est préférable à devoir le traiter. Jetons un œil aux mesures préventives que vous pouvez prendre.

Pasteuriser le sol

Cultiver avec un sol naturel et composté est la façon de faire si vous voulez des têtes bio. Même si vous pouvez éliminer toute contamination aérienne dans votre culture, ce ne sera pas d'une grande efficacité car le sol grouille de vie. Un terreau du commerce, venu d'un bon producteur, sera assez propre, mais la plupart des terreaux, surtout ceux qui sont naturels, contiennent une pléthore d’œufs d'insectes et de spores de moisissures. La stérilisation n'est pas un choix adapté, car elle tue les bactéries bénéfiques en même temps que les œufs d'insectes. La solution est la pasteurisation, qui tue la plupart des mauvaises choses, tout en épargnant les bonnes. Afin de pasteuriser votre terreau, faites-le cuire au four pendant 30 minutes à 82 degrés Celsius. Utilisez un thermomètre résistant à la chaleur pour surveiller la température et l’empêcher de dépasser 95 degrés, car ceci pourrait alors tuer les bactéries bénéfiques.

Favoriser la symbiose des champignons

MyceliumAu cours de millions d'années d'évolution, la terre naturelle a développé un système de symbiose incroyablement étroit entre les plantes et les champignons. Cette coopération est appelée mycorhize, et beaucoup de plantes ont des alliés champignons spécifiques qui aident les deux formes de vie à s'épanouir. Dans la terre, le mycélium et les racines se mêlent et fusionnent, étendant ainsi de plusieurs fois le réseau des racines. Ceci aide les racines à absorber plus facilement les nutriments, et améliore leur système immunitaire face aux maladies transmises par le sol. Après la pasteurisation du sol, ça peut être une très bonne idée d'ajouter un mélange de spores de champignons qui ont une relation de symbiose avec le cannabis. Il existe plusieurs produits de ce type sur le marché.

Fournir une circulation d'air suffisante
Une circulation d'air pas assez importante crée un environnement favorable sur vos plantes, mais favorable pour des nuisibles comme les tétranyques qui n'attendent qu'un environnement dense et humide pour proliférer. Ne disposez pas vos plantes trop densément dans un espace limité et assurez-vous qu'elles aient un flot d'air frais continu.

Utiliser des pièges collants jaunes

Les insectes sont naturellement attirés par la surface jaune brillante, et c'est une attraction fatale. Les pièges sont très bons pour vous aider à identifier les nuisibles en amont. Plus tôt vous découvrez une infestation, plus elle est facile à traiter.

Engrais biologiques

La plupart des engrais du commerce sont synthétisés à partir de produits pétroliers. Commencer une culture avec une bonne terre solide fournit déjà beaucoup de nutriments. Il existe un grand nombre d'engrais dérivés à 100 % de matières végétales qui sont bien plus sains pour vous et vos plantes.

Pesticides biologiques : alcool isopropylique, huile de margousier et pyrèthre
NeemLa clé pour ne pas avoir à éliminer de nuisibles est de toujours garder les cultures propres, fortes et en bonne santé. Mais parfois, ça ne marche pas. Si vous devez combattre des nuisibles, sans avoir recours à des produits chimiques, voici quelques solutions que vous pouvez essayer et combiner. Pour lutter contre les tétranyques, certains cultivateurs ont rapporté avoir utilisé avec succès un mélange d'alcool isopropylique. L'alcool peut tuer les insectes comme brûler les feuilles, mais il marche très bien quand il est dilué dans de l'eau. Visez un ratio de 1 pour 10 : une part d'alcool isopropylique pour 10 parts d'eau. Nous avons entendu dire que ce mélange peut être utilisé jusqu'à la récolte, mais attention aux excès : l'alcool isopropylique dissout les résines de cannabis et pourrait potentiellement détruire vos têtes.

La seconde ligne de défense est l'huile de margousier. Extraite des graines du margousier, un arbre indien, cette huile est un pesticide et fongicide naturel très puissant. Efficace contre les tétranyques, elle peut même être utilisée préventivement durant la période végétative. Le point clé pour utiliser l'huile de margousier est de la mélanger à du savon liquide. Visez un ratio de 8ml d'huile pour 5ml de savon liquide dans 1 litre d'eau tiède. Vous devriez avoir un liquide laiteux que vous pouvez verser. L'huile de margousier non diluée est très puissante et pourrait brûler vos plantes. Appliquez le mélange tous les 3 jours pendant au moins 2 semaines.

Si les choses deviennent sérieuses et que vous devez monter en gamme, essayez d'ajouter de l'huile de citron au mélange d'huile de margousier. Pour préparer un mélange naturel tueur afin de traiter une infestation résistante, ajoutez une goutte de pyrèthre. C'est l'un des insecticides naturels les plus puissants, mais il n'est pas toxique pour les humains. Le pyrèthre devrait être utilisé en dernier recours, car il peut engendrer des souches de bactéries ou de nuisibles résistants. Bien qu'il soit considéré comme l'un des pesticides les plus sûrs, utilisez-le avec la quantité efficace la plus faible possible et assurez-vous de ne pas l'inhaler.

Prédateurs bénéfiques

LadybugTous les insectes ne sont pas des nuisibles, et bien que techniquement n'étant pas des pesticides, les prédateurs naturels peuvent être une vraie bénédiction pour votre culture de cannabis, surtout en extérieur. En leur permettant de se développer, ils vous aideront à contrôler naturellement le nombre de nuisibles dans votre jardin ou salle de culture. Vous pouvez même acheter plusieurs de ces prédateurs pour les élever, afin d'en avoir un approvisionnement constant. La coccinelle est un bon exemple de ce genre de prédateurs. Ce petit insecte dévorera les nuisibles présents sur vos plants de cannabis sans endommager les plants eux-mêmes. Elles peuvent s'acheter en grandes quantités sur internet, elles dévorent des tas d'insectes et se reproduisent rapidement – pourquoi s'en passer ?

Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup d'options valables pour le cultivateur bio. Ce qui est important, c'est de choisir celle qui vous convient. Souvenez-vous, mieux vaut prévenir que guérir : maintenez votre espace de culture aussi propre que possible !

comments powered by Disqus