Les États-Unis veulent bannir le kratom ?

Publié le :
Catégories : BlogHerbe et grainesLois sur les drogues

Les États-Unis veulent bannir le kratom ?

D'une façon très rétrograde, la Floride est en train d'envisager de bannir la vente et la consommation de Kratom.

Selon des rapports récents, les législateurs de l'état de Floride veulent faire du Kratom une substance illégale, une substance classée à l'annexe I, ce qui la définit comme n'ayant aucune valeur médicinale et un fort potentiel addictif.

QU'EST-CE QUE LE KRATOM ?

Le Kratom est un arbre appartenant à la même famille de plantes que le café. Il pousse en Asie du Sud-Est et il est cultivé pour ses effets médicinaux soulageant la douleur et inspirants. Il est souvent utilisé comme composant végétal dans des infusions.

POURQUOI TOUTE CETTE HYSTÉRIE ?

Même si le kratom est consommé depuis des milliers d'années sans aucun effet secondaire grave ou décès directement lié, pour certaines raisons (probablement à cause d'une mauvaise représentation dans les médias), la DEA et la FDA (autorités sanitaires et de contrôle des stupéfiants) le surveillent de près. Et même si le kratom n'est pas illégal, la FDA n'a aucun problème à émettre des interdictions de vente quand elle trouve des magasins qui ont la substance en stock.

Même si ces deux agences gouvernementales sont certainement préoccupées par le kratom, il reste complètement légal aux USA et tout ceci n'explique pas cette hystérie. Eh bien, il faut remercier les médias pour ceci ! Il y a eu récemment quelques incidents qui ensembles semblent être suffisamment importants pour essayer de bannir le kratom.

Le premier cas est celui d'une mère en deuil. En août dernier, Ian Mautner, un homme de 20 ans souffrant de dépression, s'est suicidé en sautant d'un pont. Selon sa mère, Ian était dépendant au kratom, qui serait la cause de son décès, même s'il prenait tout un cocktail de médicaments antidépresseurs. Même si nous pouvons comprendre l'envie d'une mère de trouver une raison et de chercher une chose à blâmer pour la mort de son fils, ce n'est pas correct de blâmer une chose parce qu'on ne la comprend pas. Nous sommes désolés pour son fils, mais il est peu probable que le kratom soit la cause de son décès.

Ceci nous amène au second point. La DEA pense que le kratom est addictif et les médias se jettent dessus en affirmant que c'est aussi addictif que l'héroïne et que c'est la nouvelle drogue dont tous les jeunes parlent dans la rue. Quand les médias se mettent à répandre de telles absurdités, bien sûr que cela provoque de l'hystérie ! La vérité a été explorée par l'ONU et, selon ses rapports, le kratom a le potentiel de créer une dépendance psychologique (et non une addiction physique) chez un très faible pourcentage de consommateurs à long terme, souvent chez des personnes en faisant une consommation quotidienne sur plus de 10 ans. Même chez ces personnes, le potentiel addictif est considéré par l'ONU comme moindre que celui de la caféine dans le café.

LA RAISON PRINCIPALE DERRIÈRE CETTE PROPOSITION D'INTERDICTION

L'un des points majeurs que les législateurs, tels que le Représentant de l'état Kristin Jacobs, utilise comme argument principal pour l'interdiction est que le kratom est similaire à l'héroïne. C'est extrêmement faux et c'est l'une des raisons pour lesquelles le kratom se retrouve souvent au cœur de polémiques. Même si le kratom et l'héroïne interagissent avec les mêmes parties du corps, ils le font de manières bien différentes. Les opiacés de l'héroïne se lient à des récepteurs, fusionnent avec et altèrent même la façon dont ces récepteurs fonctionnent, ce qui fait des opiacés une nécessité pour un fonctionnement normal. D'un autre côté, le kratom contient des alcaloïdes. Ces substances ne fusionnent pas avec les récepteurs, ce qui signifie qu'il n'y a pas de dégâts, d'addiction ou d'effets à long terme.

Il y a aussi le fait que le kratom agit comme une endorphine, provoquant des effets similaires aux opiacés (mais pas les mêmes) : soulagement de la douleur et relaxation. Ceci pousse les gens à croire qu'il s'agit de la même chose sans comprendre les différences majeures et très importantes.

LE KRATOM AIDE LES GENS

Le côté triste de toute cette affaire, c'est toutes les personnes qui seront vraiment affectées par une interdiction car elles s'appuient sur le kratom pour soulager leurs souffrances. Essayer d'interdire une substance qui aide des milliers de personnes à vivre normalement, juste à cause d'une campagne de terreur et de désinformation est non seulement incorrect, mais répréhensible. Vous avez bien vu ce qu'il se passe quand on essaye d'interdire une plante. Floride, règle ce problème !

comments powered by Disqus