Le Kratom Ne Marche Pas ? Voici Comment Régler Le Problème

Publié le :
Catégories : BlogHerbe et graines

Le Kratom Ne Marche Pas ? Voici Comment Régler Le Problème

Voici quelques conseils pratiques pour éviter l'accoutumance au Kratom.

Qu’il soit consommé de manière récréative ou thérapeutique, le Kratom est devenu un phénomène aux États-Unis et en Europe au cours des dernières années.

QU’EST-CE QUE LE KRATOM ?

Le Kratom est le nom populaire pour les feuilles séchées de l’arbre tropical feuillu Mitragyna speciosa. Ce membre de la famille du café est originaire de nombreux pays en Asie du Sud-Est, surtout en Thaïlande et en Indonésie. Il est consommé comme remède par les peuplades indigènes depuis des siècles, comme plante récréative psychoactive et physiquement stimulante. Traditionnellement, les feuilles fraîches sont mâchées par les travailleurs en Thaïlande comme stimulant durant les travaux difficiles et comme améliorateur d’humeur durant les tâches monotones.

COMMENT AGIT LE KRATOM ?

Le Kratom contient plus de 25 composés actifs différents dont les alcaloïdes Raubasine, Corynanthéidine, Epicatéchine, Mitraphylline et Mitragynine pseudoindoxyle. Les principaux alcaloïdes actifs sont la Mitragynine et la 7-Hydroxymitragynine.

Ces alcaloïdes sont des agonistes à la fois opioïdes et adrénergiques. À faible dose, ils agissent comme stimulant avec une domination des effets adrénergiques. À forte dose, les effets sédatifs dominent. Différents types de Kratom ont différents effets, en raison du profil en alcaloïdes unique de chaque sous-espèce.

ACCOUTUMANCE AU KRATOM

Spécialement pour les consommateurs réguliers, une tolérance ou accoutumance peut s’installer. Comme pour toute autre substance, le corps s’adapte à sa consommation et développe une tolérance. Le cerveau est fantastique dans ses capacités d’adaptation. Il rétrograde et produit ses propres composés chimiques pour compenser l’introduction extérieure d’autres composés, pour pouvoir conserver l’équilibre ou homéostasie. Ceci est ressenti par le consommateur comme l’accoutumance.

La tolérance ou accoutumance peut entraîner une augmentation des doses pour obtenir les effets désirés en comparaison de ce qui serait considéré comme une dose raisonnable par jour. Ce genre de tendance, quand elle est continue, favorise la désensibilisation et la surconsommation, ce qui peut finir par entraîner l’addiction.
Que faire si le kratom cesse d’agir ? Il n’y a pas de solution miracle à la tolérance au Kratom, cependant, vous pouvez prendre quelques mesures.

LE MÉLANGER

Éviter le « syndrome de la variété stagnante » est clé. Ce problème survient quand on prend la même espèce de Kratom durant une période de temps prolongée. Consommer la même variété ou le même mélange de variétés tous les jours développe bien plus rapidement l’accoutumance. Il est donc préférable d’avoir sous la main plusieurs types de Kratom et de varier régulièrement, en ajustant les doses et en faisant tourner les variétés. De cette façon les agonistes n’atteignent pas une concentration stable dans le cerveau et la tolérance a moins de risques de se produire.

FAIRE UNE PAUSE

Pour ceux qui en ont trop pris, la dure réalité sur le sujet est que vous allez devoir faire une pause, pour permettre au cerveau de se reposer et de revenir à zéro.

Réduisez votre consommation à un quart de votre dose normale par jour ou stoppez même complètement durant une période. Plus les prises sont espacées dans le temps, plus la tolérance disparaît rapidement.

Pour éliminer une accoutumance vraiment élevée, au moins 2 mois d’abstinence sont nécessaires. Quand vous reprenez après cette période d’abstinence, surveillez un éventuel retour rapide de la tolérance. Si c’est le cas, une période d’abstinence plus longue est alors nécessaire pour retrouver le niveau de base.

LE CONSOMMATEUR DÉBUTANT

Quand on consomme du Kratom, il est important d’éviter l’installation d’une accoutumance dès le départ. Si vous consommez du Kratom dans le cadre de la gestion naturelle de votre santé, essayez de limiter la prise à une dose par jour. Une seule grosse dose est préférable à plusieurs petites doses. Si vous êtes plus branché par une consommation récréative, essayez de ne consommer que deux ou trois fois par semaine. Ceci donnera le temps au corps d’ajuster l’équilibre chimique du cerveau pour revenir au niveau de base pour éviter l’accoutumance.

Les débutants ne devraient consommer que de la poudre et devraient éviter les concentrés car le cerveau s’adaptera trop vite à ces doses élevées et la tolérance s’installera rapidement.

Profitez bien et restez en sécurité.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs