Le cannabis et l'économie : Comment se porte Washington ?

Publié le :
Catégories : Blog

Le cannabis et l'économie : Comment se porte Washington ?

On entend dire depuis longtemps que la légalisation du cannabis aux États-Unis améliorerait son économie, aidant le pays à survivre à travers la récession actuelle. Avec de plus en plus d'États décrim

On entend dire depuis longtemps que la légalisation du cannabis aux États-Unis améliorerait son économie, aidant le pays à survivre à travers la récession actuelle. Avec de plus en plus d'États décriminalisant le cannabis médicinal et récréatif, est-ce que cette vague économique propulsée par le THC se montre enfin ?

Kim Ridgway et Kimberly Bliss, deux femmes mariées vivant à Olympia, Washington, ont leur mot à dire sur le sujet. Deux ans et demi auparavant, l'entreprise qui les employait a fait une erreur économique et s'est retrouvée sur le carreau pendant la récession. Elles ont perdu leur travail.

Elles ont survécu en utilisant leurs économies et avec le peu de travail à temps partiel que Bliss avait pu trouver. La situation était mauvaise, jusqu'à ce que l'État de Washington légalise le cannabis, et que le couple décide d'ouvrir leur "magasin de vente de cannabis".

Avec environ 20 000$ (ou 15 000€) d'économies durement gagnées, Bliss and Ridgeway ont ouvert leur propre magasin de cannabis dans le centre ville.

Ridgeway explique sa motivation pour ouvrir ce magasin :

"Je vais travailler pour mon Rêve Américain, et pour moi c'est ouvrir un magasin de vente de cannabis. Ce sera un tel soulagement financier. Nous avons aussi des amis en difficulté, ceci va aussi leur donner du travail."

Beaucoup d'autres cherchent une opportunité dans les nouvelles lois de l'État. Des dispensaires ont été ouverts et se sont répandus dans l'État depuis plusieurs années : Seattle en compte plus de soixante, qui étaient, jusqu'à récemment, illégaux d'après la loi de l'État.

Une grande variété de revendeurs, de ces dispensaires médicaux jusqu'aux entreprises de cannabis établies en passant par les nouveaux cultivateurs amateurs entrant juste sur le marché comme Ridgway and Bliss, s'installera dans les villes de l'État de Washington en 2014 lorsque le WSLCB (Washington State Liquor Control Board) aura complété les règles et règlements concernant la nouvelle approche de l'État sur la légalisation du cannabis.

Et ce ne sera pas des endroits louches et obscurs, trafiquant du cannabis pour des clients louches. Un rapport sur un dispensaire de Seattle, ironiquement nommé The Joint, décrit sa réception propre et organisée comme semblable à celle d'un dentiste dans une petite ville.

The Joint est même le sponsor d'une ligue de football junior et reverse une portion du bénéfice de ses ventes au Pompiers de Seattle (ainsi qu'aux Marins de Seatlle, va savoir). "Nous organisons même une collecte de jouets annuelle", explique le manager Shy Sadis.

Sadis, comme beaucoup d'autres dispensaires, espère que sa façon de faire des affaires avec une qualité professionnelle et une équipe compétente l'aidera à obtenir une licence professionnelle pour The joint. Avec une licence pour la vente de cannabis à usage récréatif, Sadis pourrait étendre son entreprise dans tout l'État.

Jusqu'ici, l'économie du cannabis dans l'État de Washington semble prometteuse. "Seattle va devenir la Mecque du cannabis ... Et je suis heureux et fier d'en faire partie", déclare avec enthousiasme Sadis. Mais parmi les petits dispensaires et les propriétaires des petites entreprises se profile la menace de l'installation de grandes entreprises et compagnies à Seattle et dans tout l'État.

Actuellement, aucune grande entreprise n'a investi dans l'industrie du cannabis de l'État de Washington. Et ceci est dû à l'opposition entre les nouvelles lois de l'État et les réglementations fédérales sur le cannabis. Le THC est une drogue du tableau I de la loi relative aux substances placées sous contrôle de 1970 aux États-Unis.

Les vendeurs de cannabis et les officiels de l'État de Washington attendent toujours une réponse du gouvernement fédéral.

Les grandes compagnies du cannabis n'investiront pas tant que cette réponse n'est pas arrivée. Certains petits investisseurs de l'État, comme Kimberly Bliss, s'inquiètent : "Il y des risques et des défis pour tous ceux qui commencent une nouvelle affaire ... Ceci représente un risque plus élevé ... Je suis sûre que les prisons fédérales ne sont pas une partie de plaisir. Mais si nous agissons correctement, peut-être pourrons-nous ouvrir certains esprits", remarque Bliss.

Ridgway et Bliss n'iront probablement pas en prison pour leur magasin. Mais elles pourront peut-être faire ouvrir les yeux sur la forme légitime qu'a pris la consommation de cannabis de nos jours. Un porte parole du WSLCB (Washington State Liquor Control Board) explique l'idée derrière les lois de l'État : "Une partie des raison pour lesquelles les lois ont été adoptées est que ceci dure depuis une longue période. Il était temps que nous réglementions ce secteur pour en dégager des revenus pour l'État".

Cette nouvelle loi, Washington Initiative 502, a été soumise pour la première fois au Secrétaire d'État de Washington à l'été 2011. À la fin de l'année, l'initiative avait recueilli les 241 153 signatures requises pour pouvoir être soumise au Congrès. Le parlement a ajourné la décision pour supporter ou s'opposer à l'initiative et, en résultat, elle a trouvé son chemin vers le vote de 2012. En novembre, les citoyens de l'État ont voté cette initiative en une loi, avec presque 350 000 voix de plus pour le Oui que pour le Non, soit 55,7% contre 44,3%. La participation au vote était l'une des plus élevées dans l'histoire de l'État, avec presque 80%.

Mais actuellement, le gouvernement fédéral peut toujours s'opposer à la Washington Initiative 502, car elle est en conflit direct avec l'interdiction fédérale de toutes formes de cannabis et de THC. L'administration Obama réfléchit à une réponse, mais aucune décision formelle n'a été prise, selon le Procureur Général Eric Holden.

Le Colorado est le seul autre État à avoir actuellement complètement légalisé le cannabis. Mais, en plus de Washington et du Colorado, vingt autres États ont légalisé ou décriminalisé l'herbe pour une consommation médicinale ou récréative.

Toutes les lois de ces États sont en conflit avec la loi relative aux substances placées sous contrôle aux États-Unis. Le gouvernement fédéral a en général fermé les yeux sur la décriminalisation de la consommation récréative et la légalisation du cannabis médical, sous réglementation. Mais comme Washington est le second État à l'avoir totalement légalisé, la façon dont l'administration Obama va réagir à la nouvelle loi est encore inconnue.

Ridgway et Bliss espèrent bien sûr que le cannabis légal dans leur État est parti pour durer, comme l'espèrent beaucoup d'autres citoyens de l'État. Avant Washington et le Colorado, aucun État n'a adopté de loi légalisant le cannabis pour un usage récréatif depuis l'interdiction originelle de 1970. Si l'entreprise des deux femmes est un succès, et comment l'économie de Washington va réagir à l'expansion du secteur du cannabis, donnera une bonne image des effets du cannabis sur l'économie. Si ces effets sont positifs, d'autres États, et d'autres pays, suivront sûrement avec des mesures similaires.

comments powered by Disqus