La DEA Fait Machine Arrière Sur l’Interdiction Du Kratom

Published :
Catégories : BlogHerbe et grainesLois sur les drogues

La DEA Fait Machine Arrière Sur l’Interdiction Du Kratom


Le Kratom est populaire comme traitement pour l’anxiété ou dépression. En août, la DEA a voulu interdire le Kratom, interdiction annulée par le besoin de plus d’études. Cette décision sans précédent donne de l’espoir aux défenseurs du Kratom.

Le Kratom est un nouveau venu parmi les herbes et plantes altérant la conscience connues en Occident. Préparé à partir d’un arbre originaire d’Asie du Sud Est, le Kratom apporte des effets similaires aux opiacés et stimulants et il semble avoir un fort potentiel médical et thérapeutique.

LA DEA ANNULE UNE PROPOSITION D’INTERDICTION DU KRATOM

Plus tôt ce mois-ci, la Drug Enforcement Administration américaine a concédé qu’elle avait été trop vite en essayant d’imposer une interdiction du Kratom.

La DEA a publié une note dans le Registre Fédéral dans laquelle l’agence déclare être revenue sur une précédente annonce dans laquelle elle avait initialement détaillé des plans pour placer deux composés actifs du Kratom, mitragynine et 7-hydroxymitragynine, sur la liste interdite de la Classe I. Aux États-Unis, les substances qui sont classées dans la Classe I incluent des drogues comme l’héroïne et le LSD, censées avoir un fort potentiel d’abus et aucun bienfait thérapeutique connu.

La proposition initiale d’interdiction par la DEA avait fait l’objet de critiques étendues de la part des défenseurs du Kratom. À présent, l’agence déclare qu’elle va ouvrir une période officielle de commentaire qui durera jusqu’à décembre. Il est probable que la DEA demande à présent à la FDA une évaluation complète scientifique et médicale qui sera utilisée pour une recommandation de classification mise à jour.

LE KRATOM COMME ALTERNATIVE POUR TRAITER LES TROUBLES DE L’HUMEUR

Le Kratom, préparé à partir des feuilles d’un arbre à feuilles persistantes natif d’Asie du Sud-Est, est parfois comparé au café. Les deux composés actifs principaux du Kratom ont des effets similaires aux opiacés, sédatifs et stimulants. La plante a une longue histoire dans la médecine traditionnelle asiatique.

 

Kratom bali

Le Kratom a récemment vu sa popularité augmenter en Occident pour ses effets sédatifs et la plante est utilisée comme traitement alternatif pour la dépression, l’anxiété et l’addiction aux opiacés.

Mais la DEA avait précédemment indiqué son inquiétude sur le potentiel addictif du Kratom et sur un certain nombre de rapports parlant de dommages liés à sa consommation. La marche arrière de l’agence concernant ses plans d’interdiction de l’herbe font du Kratom une substance toujours légale, mais on ne sait pas encore pour combien de temps.

Si la DEA devrait conclure après le 1er décembre qu’il y a « des preuves substantielles d’un potentiel d’abus » l’agence pourrait alors continuer son action vers un processus de classement permanent ou temporaire. La DEA devra alors soumettre une note additionnelle proposant un règlement pour une interdiction permanente.

Autre scénario possible, si l’agence maintient que le classement en urgence du Kratom est nécessaire pour éviter un risque au grand public. Dans ce cas, la DEA publierait une note d’intention qui pourrait entrer en effet en un mois. Il existe aussi d’autres options sur la table, l’agence pourrait vouloir faire les deux, un classement en urgence et un classement permanent en même temps, ou bien la non-régulation de la plante.

UN ESPOIR POUR LES DÉFENSEURS DU KRATOM ?

Il faut remarquer que la décision de la DEA d’annuler une interdiction proposée sur une substance est sans précédent. Cette action a poussé de nombreux défenseurs de la réforme de la politique des drogues, opposés à l’interdiction du Kratom, à crier victoire.

Le Directeur Adjoint des affaires nationales à la Drug Policy Alliance, Grant Smith, a déclaré que « c’est un moment vraiment remarquable de voir la Drug Enforcement Administration, une agence de maintien de l’ordre avec une longue histoire d’ignorance de la science et de l’opinion publique, être forcée de prendre en compte les éléments scientifiques et l’opinion publique avant de prendre des mesures supplémentaires dans le cas du Kratom ».

Il a ajouté que ceux qui s’opposent à l’interdiction n’ont que six semaines pour dire au gouvernement fédéral que la plante n’a pas sa place dans ce qu’il appelle « notre système inadéquat de classement des substances »

Les défenseurs du Kratom aux États-Unis espèrent bien évidemment que l’arrêt actuel du classement du Kratom dans la Classe I aura pour résultat final que la substance reste totalement légale. Mais rien n’est encore fait et il reste à voir quel sera le résultat final.

 

         
  Georg  

Écrit par: Georg
Basé en Espagne, Georg passe beaucoup de temps non seulement sur son ordinateur mais aussi dans son jardin. Avec une passion dévorante pour la culture du cannabis et l'étude des substances psychédéliques, Georg s'y connaît bien pour tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes