Culture verte : comment cultiver du cannabis durablement

Publié le :
Catégories : BlogCannabisCulture du Cannabis

Culture verte : comment cultiver du cannabis durablement

Si elle n'est pas réalisée correctement, la culture du cannabis peut entraîner beaucoup de gaspillage. Surtout pour ce qui est de l'eau.

Avec l'étendue de la légalisation du cannabis autour du monde, il est plus important que jamais de s'assurer que le cannabis est cultivé de manière responsable, avec aussi peu d'impact sur l'environnement que possible. Sans une préparation correcte, la « ruée vers l'or » du cannabis menace de réduire à néant tous les efforts que les activistes pro-cannabis ont faits.

Ce phénomène est nulle part plus apparent qu'en Californie, qui souffre actuellement d'une sécheresse. La nature grise de la régulation du cannabis a provoqué un boom de la culture du cannabis, souvent avec des effets négatifs sur l'environnement : le peu d'eau disponible est pillé et les forêts sont noyées sous les pesticides. C'est non seulement une tragédie pour l'environnement, mais en plus cela fait apparaître la légalisation sous un mauvais jour, à un moment où elle a besoin d'apparaître aussi propre que possible. Les opposants surveillent de près et des cultures non régulées et néfastes leur donnent des munitions pour ralentir les progrès.

CONSERVER UNE CULTURE DU CANNABIS RESPECTUEUSE DE L'ENVIRONNEMENT

Même si la vraie solution pour une industrie du cannabis durable est d'avoir des régulations adaptées et structurées, les décisions conscientes et informées que peuvent prendre des cultivateurs peuvent également faire une énorme différence, surtout pour ce qui est de l'eau. En fait, de tous les problèmes de développement durable qui se posent avec le développement de l'industrie du cannabis, c'est la consommation d'eau qui est au centre de l'attention, ce qui rend ce problème d'autant plus important.

Alors on peut se demander, comment tous les cultivateurs peuvent-ils rendre leurs opérations de culture plus durables ? Selon Ed Rosenthal du American Cannabis Consulting, une des façons majeures de réduire le gaspillage en eau est d'arroser plus fréquemment avec de plus petites quantités d'eau. En l'état actuel des choses, la plupart des cultivateurs en extérieur arrosent leurs plants de cannabis quelques fois par semaine, avec de grandes quantités d'eau déversées dans le sol. Cependant, un plant de cannabis ne peut utiliser qu'une quantité limitée d'eau et toute l'eau qui n'est pas retenue dans l'environnement immédiat des racines est rapidement gaspillée.

« Une fois que l'eau passe en-dessous du niveau des racines, elle est perdue, » déclare Rosenthal. « Et c'est là que vous gaspillez de l'eau. »

Arroser avec de plus petites quantités signifie qu'il faut arroser plus fréquemment, car moins d'eau est retenue dans l'environnement immédiat des racines, mais cela peut vous permettre d'économiser beaucoup d'eau sur le long terme. Et si vous avez les compétences pour trouver le point d'équilibre, point dans lequel vous utilisez juste assez d'eau pour hydrater le plant et humidifier un peu le sol environnant, vous pouvez même éviter le gaspillage sans avoir à vraiment augmenter la fréquence de votre arrosage.

L'ÉCONOMISEUR D'EAU ULTIME : LA CULTURE AVEC LES -PONIQUES

Pour un cultivateur amateur qui cherche à diminuer sa consommation d'eau, cultiver en hydro, aqua ou aéroponique peut permettre d'économiser beaucoup. Nous parlons ici d'une économie d'un ordre de 80-90 pour cent : de quoi avoir une culture durable bien au-delà des niveaux normalement attendus.

C'est surtout vrai pour l'aéroponie, qui diffuse une brume d'eau gorgée de nutriments sur des racines exposées. La brume créée par ces systèmes est si fine que les racines du plant de cannabis peuvent absorber les nutriments directement dans l'air ! Le résultat est une plus grande efficacité, des têtes plus grosses et une consommation d'eau minimale. Une situation avec uniquement des avantages, si vos compétences vous le permettent.

Un bon exemple de techniques de culture conscientes de l'environnement nous vient du Colorado, où Stephen Raisner, un cultivateur de cannabis professionnel, a installé un système aquaponique adapté pour la culture de toute son herbe, à une échelle commerciale. Ce qui rend ce système si exceptionnel, c'est qu'il est presque auto-alimenté à 100% !

Le système de Raisner utilise deux réservoirs d'eau installés en circuit fermé. Un réservoir contient des poissons, alors que l'autre est utilisé pour la culture du cannabis. Les bactéries de l'eau transforment tous les déchets des poissons en nutriments. Cette eau est alors pompée vers le réservoir pour le cannabis et elle sert ensuite à nourrir les plants, plants qui nettoient l'eau avant qu'elle ne soit renvoyée vers les poissons. Les pertes d'eau sont minimales, environ un pour cent par jour selon les estimations. Tout ce qu'il faut en plus, c'est ajouter des micronutriments et des aliments pour les poissons.

Ce système est une méthode extrêmement efficace, économe et respectueuse de l'environnement qui réussit toujours à produire de grandes quantités de têtes de haute qualité.

De quoi montrer que la culture du cannabis n'est pas forcément un processus destructeur, même dans le cas d'une culture à grande échelle. Avec des processus et techniques bien pensées, la culture du cannabis peut être très respectueuse de l'environnement, probablement la plus respectueuse de toute industrie à grande échelle. Tout est question de régulation et d'encourager l'utilisation de ce genre de méthodes. De quoi épargner bien des soucis à l'environnement et au cultivateur.