Cannabis Et Grossesse : Un Aperçu De La Recherche

Publié le :
Catégories : BlogScience
Dernière édition :

Cannabis Et Grossesse : Un Aperçu De La Recherche

Tout le monde sait qu’il est conseillé aux femmes d’éviter de boire de l’alcool, de fumer des cigarettes et autres substances nocives durant la grossesse. La question de la dangerosité de la consommation du cannabis pendant la grossesse n’y fait pas exception.

Même si cela devrait être évident, les experts ne sont pas encore certains des risques associés à la consommation de cannabis durant la grossesse.

Tout le monde sait qu’il est conseillé aux femmes d’éviter de boire de l’alcool, de fumer des cigarettes et autres substances nocives durant la grossesse.

La question de la dangerosité de la consommation du cannabis pendant la grossesse n’y fait pas exception et elle est débattue depuis les années 1960, avec la peur de malformations congénitales et au fil des années d’autres problèmes liés à la naissance pourraient bien avoir été identifiés.

Le Dr Arnold Shoichet, médecin et membre du conseil pour le Medicinal Cannabis Resource Centre à Vancouver en Colombie Britannique, (http://www.mcrci.com) explique qu’il y a eu des études qui suggèrent que la consommation de cannabis durant la grossesse pourrait avoir des liens avec « un poids de naissance plus faible, des accouchements prématurés et des problèmes de comportement ultérieurs chez l’enfant. » Cependant, « des critiques soulignent le fait que certaines de ces études ont eu des résultats ambivalents », note le Dr Schoichet. « Une relation de cause à effet entre les résultats mesurés et la consommation de cannabis n’a pas été établie. »

La plupart des professionnels de santé seraient d’accord pour dire que le sujet n’est peut-être pas assez bien étudié, en fait, la plupart des études reposent sur une auto-déclaration, ce qui rend difficile des mesures précises des quantités consommées, un problème courant avec cette méthode.

Bien entendu, très peu de médecins ou de professionnels de santé recommanderaient de consommer du cannabis durant la grossesse, mais il y a en réalité eu des résultats positifs.

Un de ces études, « Prenatal marijuana exposure and neonatal outcomes in Jamaica: An ethnographic study » par le Dr Melanie Dreher, a été publiée dans The American Journal of Pediatrics en 1994.

Le Dr Dreher a étudié des mères vivant dans la Jamaïque rurale et certaines mères utilisaient le cannabis pour remédier à leurs nausées matinales, alors que d’autres n’en consommaient pas du tout. Après la naissance du bébé, elle a utilisé l’Échelle d’Évaluation Néonatale à 3 jours, puis à 1 mois pour mesurer les performances neurologiques et le comportement des bébés.

Alors qu’elle s’attendait à trouver des complications comme un poids de naissance plus faible ou un développement neurologique compromis, l’étude a trouvé que les bébés nés de mère consommant du cannabis durant la naissance avaient des compétences sociales dépassant celles des bébés dont les mères n’avaient pas consommé de cannabis.

Dreher a rapidement ajouté que l’étude n’était en aucune façon un soutien à la consommation de cannabis pour avoir des bébés en meilleure santé, mais elle démontre bien l’absence d’effets négatifs.

Elle explique que des facteurs sociaux externes pourraient avoir influencé les résultats : « même si elles étaient les mêmes, qu’elles avaient le même âge et le même statut socio-économique, il y avait des différences dans le mode de vie des mères ayant consommé et des mères n’ayant pas consommé qui, nous le pensons, expliquent les différences. Par exemple, bon nombre des mères consommatrices étaient aussi des vendeuses de ganja et elles étaient donc pratiquement tout le temps à la maison durant la période néonatale, donc elles étaient assez attentives à leur bébé. »

Sa conclusion était que « la performance des enfants n’était en rien corrélée avec l’exposition néonatale au cannabis. » Le Dr Dreher voulait faire une autre étude sur le sujet mais cela lui a été refusé par le National Institute of Health.

Les résultats d’une seule étude ne peuvent toutefois pas faire le poids comme preuves, certainement pas alors que d’autres études suggèrent le contraire. Selon le Dr Nachim, si une femme enceinte consomme du cannabis pour des raisons médicales, elle devrait chercher des alternatives. « Idéalement, elle ne devrait consommer aucune médication. Mais si elle doit le faire, elle devrait utiliser des médications possédant le plus de preuves d’une non-dangerosité pour le bébé. »

Une étude sur les effets du THC sur les fœtus de primates a montré un développement neurologique dégradé, mais les résultats de cette étude pourraient bien être différents si un fœtus humain était utilisé. En général, il est recommandé d’éviter toutes les substances intoxicantes durant la grossesse.

Selon un médecin basé à Toronto qui prescrit du cannabis médical à certains de ces patients, « je pense que le mieux est de ne consommer aucune substance, ou médication, ou drogue, pour que le fœtus ait les meilleures chances de développement » et si une femme enceinte consomme du cannabis pour des raisons médicales, « idéalement elle ne devrait consommer aucun médicament. Mais si elle doit le faire, elle devrait prendre un médicament dont la sûreté pour le bébé est la plus prouvée. »

Au final, peut-être que c’est sans danger ? Mais est-ce que ça mérite le risque ? Probablement pas.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs  

Produits connexes